Le tube « Jerusalema » dépasse les 260 millions de vues sur YouTube
Rechercher

Le tube « Jerusalema » dépasse les 260 millions de vues sur YouTube

En pleine pandémie, la chanson et sa chorégraphie ont inondé les réseaux sociaux qui diffusent le message d'espoir

Une chanson aux inspirations gospel au sujet de Jérusalem et de la foi est devenue un véritable phénomène mondial et enregistre plus de 260 millions de vues sur YouTube (pour le moment !) et a inspiré de nombreux défis sur les réseaux sociaux.

« Jerusalema », interprété par les artistes sud-africains Master KG et Nomcebo Zikode, comprend des mots en zoulou et parle de sauvetage, d’appartenance et de solidarité et de Jérusalem qui incarnerait ces valeurs.

Son rythme entraînant a incité des centaines de personnes à poster des vidéos dans lesquelles elles dansent, tout sourire, sur son énergie positive, inspirée de la prière disent ses créateurs.

Partout dans le monde, soignants devant leur hôpital, mineurs autour de leur camion, religieux un poil raides ou convives au restaurant, et même l’orchestre philarmonique du Cap se sont pris au jeu.

« Les retours ont été impressionnants », reconnaît le DJ sud-africain de 24 ans Master KG, qui a co-écrit et enregistré le morceau avec la chanteuse Nomcebo Zikode.

Pour Lucius Banda, organisateur du festival Sand Music organisé sur les rives du Lac Malawi au début du mois, « Jerusalema » est devenu « l’hymne du Covid », telle une épidémie de bonne humeur dans une période sombre.

Il a raflé le prix du meilleur morceau africain aux prix MTV Europe, face à des poids lourds du continent, le jeune rappeur nigérian Rema, son compatriote star d’afropop Burna Boy ou encore le Congolais Gaz Mawete.

« Nous sommes si fiers de nos ambassadeurs, qui représentent la patrie de manière si rassembleuse et sans précédent », a twitté le ministre sud-africain de la Culture, Nathi Mthethwa.

Le remix en juin de Burna Boy cartonne aussi. Il a obtenu le titre de single de diamant après avoir enregistré 35 millions de vues depuis juin.

Les paroles signifient : « Jérusalem est ma maison, me garde, marche à mes côtés, ne me laisse pas ici – Jérusalem est ma maison, ma place n’est pas là, mon royaume n’est pas là ».

Raphael Loopro, un musicien allemand en concert au Malawi pendant le même festival, a souligné que si la pandémie n’avait pas fermé tant de frontières, Master KG serait actuellement en tournée mondiale, plutôt que quelques concerts ici et là.

Mais le DJ, star modeste, « n’avait même pas l’air de savoir que son tube était numéro un en Allemagne », soulignant qu’aucune morceau africain n’a atteint une telle popularité dans son pays depuis trente ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...