Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Le village de Vendine honore les enfants juifs qu’il a cachés en 1942

Une plaque évoquant le sauvetage d’enfants juifs en 1942 a été inaugurée sur une maison en Haute-Garonne, lieu de leur cache

La mairie et l’église de Vendine (Haute-Garonne). (Crédit : Jack ma / CC BY-SA 3.0)
La mairie et l’église de Vendine (Haute-Garonne). (Crédit : Jack ma / CC BY-SA 3.0)

C’est dans une atmosphère empreinte d’émotion que la ville de Vendine (Haute-Garonne), à proximité de Toulouse, a inauguré le 2 juin une plaque mémorielle rappelant le sort de plusieurs enfants juifs, réfugiés dans la petite commune en 1942.

Le cardinal Monseigneur Jules-Gérard Saliège ainsi que l’évêque Monseigneur Louis de Courrèges d’Ustou, accompagnés d’un réseau de résistance, ont extrait les enfants du camp de Rivesaltes (Pyrénées-Orientales) et les ont cachés dans le petit village. Ils ont été accueillis dans cette maison de Vendine, connue alors sous le nom de « ferme Saliège ». Le bâtiment est bien connu des habitants du village puisqu’il fut tour à tour utilisé comme auberge puis comme boîte de nuit. Aujourd’hui, il renoue donc avec son passé héroïque.

La cérémonie a été entamée par une messe et une célébration eucharistique présidée par Monseigneur Guy de Kerimel, archevêque de Toulouse. Benoît Serre, maire de Vendine, a ensuite salué le travail essentiel des historiens Patrick Cabut et de Noémie Leroy dans la recomposition des évènements.

Un survivant, Léo Shummer, et des descendants se sont ensuite succédé sur scène pour raconter leur sauvetage et le quotidien dans cette maison.

Monseigneur Guy de Kreimel, accompagné des représentants du Consistoire de Toulouse, le rabbin Doron Naïm et Pierre Lasry, ont souligné le rôle crucial du Vatican, qui a apporté une aide financière à l’endroit pendant de la Shoah et l’importance de la solidarité communautaire.

Pour conclure la cérémonie, l’enseignante Alexandra de Almeida, accompagnée de ses élèves de CM2, ont exposé leur travail sur l’histoire de la maison.

En reconnaissance de leurs actes, Monseigneur de Courrèges d’Ustou et Monseigneur Saliège ont été honorés du titre de « Juste parmi les Nations » par l’État d’Israël en 1980 et 1969.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.