Les élèves de l’école Quaker défendent un enseignant ayant dit « Heil Hitler ! »
Rechercher

Les élèves de l’école Quaker défendent un enseignant ayant dit « Heil Hitler ! »

Une pétition a recueilli des centaines de signatures afin de réintégrer Ben Frisch, expulsé pour avoir levé le bras dans un salut nazi illustrant l'angle obtus

Séminaire des amis à Manhattan. (Capture d'écran: Google Maps)
Séminaire des amis à Manhattan. (Capture d'écran: Google Maps)

Le directeur de l’école, Robert Lauder, a expliqué le geste de Frisch dans une lettre à la communauté.

« Nos élèves savent que les mots et les signes de haine et de peur n’ont pas leur place chez Friends », écrit-il. Lauder a cité l’incident du 14 février et « d’autres actions tout aussi inappropriées et troublantes de la part de Ben ».

Mais une pétition circulant parmi les 279 élèves de l’école a attiré 190 signatures soutenant Frisch, qui a enseigné chez Friends pendant 34 ans. Alumni a également lancé une pétition, qui a attiré 472 signataires, et des étudiants et des professeurs ont participé à une grève pour protester contre son licenciement

« Je pense que nous pouvons tous convenir que quoi qu’il soit arrivé, les intentions de Ben n’étaient ni malveillantes ni fanatiques. Il a toujours été dévoué aux principes Quaker de la non-violence et de la lutte contre l’injustice et n’a pas une once de haine dans son corps », trouve-t-on dans la pétition des anciens. « On dirait qu’il s’est retrouvé dans une situation embarrassante et a fait une blague maladroite. »

Le New York Times, qui a été le premier à signaler son licenciement, a précisé que Frisch, lui-même pratiquant, était le fils d’un juif autrichien dont les grands-parents avaient été tués dans l’Holocauste. L’école recense environ un tiers d’élèves juifs, a rapporté le New York Jewish Week en 2012.

Le Times a cité un parent, Alyssa Sadoff, qui a soutenu le licenciement de Frisch.

« J’aurais été gravement déçue si l’école l’avait gardé », a-t-elle dit, « et aurait été extrêmement malheureuse et mal à l’aise d’avoir mon enfant dans cette classe l’année prochaine.

La chroniqueuse du Times, Gina Bellafante, a écrit : « En même temps, adhérer aux valeurs du pardon et de la justice réparatrice que les institutions comme Friends promeuvent demanderaient une – réprimande et réhabilitation – autre que de renvoyer quelqu’un qui a rendu des personnes mal à l’aise.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...