Rechercher

Les entreprises high-tech en Israël ont levé près du double des fonds de 2020

Plus de la moitié des levées de fonds en 2021 concernent des montants supérieurs à 100 millions de dollars ; les acquisitions ont dépassé 18 milliards de dollars

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

La ligne d'horizon de Tel Aviv la nuit. (Crédit : Shai Pal sur Unsplash)
La ligne d'horizon de Tel Aviv la nuit. (Crédit : Shai Pal sur Unsplash)

Le secteur technologique israélien a une fois de plus battu des records de financement en capital, les entreprises ayant levé un total de 17,78 milliards de dollars dans 575 opérations depuis le début de 2021, soit près du double du total levé sur toute l’année 2020, elle-même une année record.

Au cours des trois premiers trimestres (T1-T3) de 2021, le montant des capitaux levés par les entreprises israéliennes de haute technologie a augmenté de 71 % par rapport au total annuel de 2020, qui était de 10,3 milliards de dollars, selon les données publiées mercredi par l’IVC-Meitar Israel Tech Review, publié par le centre de recherche IVC et le cabinet d’avocats Meitar. Ce montant historique est dû en partie à un nombre important de tours de financement de plus de 100 millions de dollars – 53 opérations de ce type – qui ont représenté une part de 51% de la somme totale pour le T1-T3, selon le rapport.

Au cours du troisième trimestre, les entreprises israéliennes ont levé 5,89 milliards de dollars dans le cadre de 177 opérations, soit une légère baisse par rapport aux 6,5 milliards de dollars levés au deuxième trimestre, mais une augmentation par rapport aux 5,3 milliards de dollars du premier trimestre.

Le nombre d’opérations a également atteint un niveau sans précédent. Selon l’estimation d’IVC, le nombre de transactions prévu d’ici la fin de l’année atteindra 1 800, soit un gain de 33 % par rapport à 2020.

En outre, la valeur des exit des entreprises de haute technologie a grimpé en flèche jusqu’à présent cette année, atteignant 18,92 milliards de dollars, soit une hausse de 92 % par rapport aux résultats annuels de 2020. Selon les conclusions de l’étude, cette hausse est principalement due à une augmentation du nombre d’introductions en bourse, 65 au total.

« Nous avons observé la tendance actuelle à la hausse depuis mars 2021, menant les moyennes mensuelles du T1-T3/2021 à 1,98 milliard de dollars, contre une moyenne mensuelle de 864 millions de dollars en 2020, car les entreprises israéliennes plus matures ont établi des relations de confiance avec leurs investisseurs étrangers, se révélant être des cibles stables pour les investissements de croissance. Nous pensons qu’au moins à court terme, cette tendance va se poursuivre « , a déclaré Mariana Shapira, analyste principale chez IVC, dans un communiqué accompagnant le rapport.

Les méga-tours

Les tours de financement de 100 millions de dollars ou plus ont défini les trois premiers trimestres de 2021, avec un nombre exceptionnellement élevé de ces « méga-tours » représentant 9 milliards de dollars sur les 17,78 milliards de dollars de cette période. Cela peut être attribué au nombre croissant de licornes – des entreprises privées évaluées à plus d’un milliard de dollars – dans l’industrie technologique israélienne, selon le rapport.

Ilan Atias, directeur technique de Melio, de gauche à droite, Matan Bar, PDG, et Ziv Paz, directeur de l’exploitation (Crédit : avec la permission de Melio).

Ces tours de table comprennent des investissements récents dans la startup fintech Melio, qui a levé 250 millions de dollars pour une valorisation de 1,4 milliard de dollars, dans la plateforme mondiale de gestion des salaires et des paiements Papaya Global, qui a levé 250 millions de dollars pour une valorisation de 3,7 milliards de dollars, et dans la société de l’internet des objets (IoT) Wiliot, qui a levé 200 millions de dollars en juillet avec SoftBank.

Les tours de financement de 50 millions de dollars ou plus sont également en hausse cette année jusqu’à présent, avec 114 opérations de ce type au T1-T3, contre 22 au cours des trois premiers trimestres de 2020.

Les premiers tours de table (capital d’amorçage et série A), quant à eux, ont atteint 293 opérations jusqu’à présent, contre 343 pour toute l’année 2020.

Les tours ultérieurs ont atteint 15,3 milliards de dollars, soit 85 % du total des fonds levés, dans 282 opérations.

Investissements par secteur

Les entreprises de cybersécurité ont attiré les plus gros investissements en 2021 jusqu’à présent, apportant plus de 4,5 milliards de dollars de financement, les entreprises de fintech n’étant pas loin derrière avec 4,4 milliards de dollars.

Les startups de l’IoT ont levé plus de 2 milliards de dollars au premier trimestre, et les entreprises de la technologie alimentaire ont récolté 480 millions de dollars jusqu’à présent.

Eynat Guez, cofondatrice et PDG de la plateforme de gestion du lieu de travail Papaya Global. (Crédit : autorisation)

« Nous constatons l’effet continu du COVID-19 sur nos vies. Le secteur de la technologie s’est accéléré avec la numérisation du monde et la transition vers le cloud dans tous les domaines, ainsi que la demande accrue de solutions cybernétiques « , a déclaré Shira Azran, partenaire du cabinet Meitar Law Offices. « Outre la croissance continue des entreprises matures, nous observons deux grandes tendances – d’abord, l’augmentation des tours de table de démarrage et d’amorçage, et ensuite la participation accrue des investisseurs américains, à tous les stades des investissements dans les entreprises israéliennes. Nous nous attendons à ce que ces tendances se poursuivent pour le reste de cette année et l’année prochaine. »

Investisseurs

En effet, les investisseurs étrangers ont augmenté progressivement leurs financements dans les entreprises israéliennes après une légère baisse de participation au cours des deux derniers trimestres de 2020. Les investisseurs étrangers ont versé plus de 12 milliards de dollars dans les entreprises israéliennes jusqu’à présent en 2021, les investisseurs israéliens représentant le reste.

Au seul troisième trimestre, les investisseurs étrangers ont investi 4,3 milliards de dollars, contre une moyenne trimestrielle de 1,86 milliard de dollars en 2020.

Les investisseurs étrangers ont également été plus impliqués dans les tours de financement plus tardifs (B et plus), les investisseurs israéliens participant aux premiers stades.

Les investissements de suivi ont également continué à grimper jusqu’en 2021, atteignant les chiffres records de plus de 8 milliards de dollars.
Ceci est « la preuve de l’augmentation continue des valorisations des start-up locales et de la conviction des investisseurs que ces valorisations vont continuer à monter en flèche », selon le rapport.

Sorties

Jusqu’à présent, en 2021, les sorties de la haute technologie israélienne ont enregistré des chiffres records avec 180 transactions évaluées à 18,92 milliards de dollars, selon le rapport d’IVC. La majorité du volume de capital provient d’introductions en bourse – 52 % du montant total.

Au cours du premier et du troisième trimestre de 2021, 65 entreprises israéliennes de haute technologie sont entrées en bourse sur les marchés des capitaux pour un montant total de 9,78 milliards de dollars, « soit une augmentation de 225 % en nombre et de 506 % en capital par rapport aux chiffres annuels de 2020 », note le rapport. Leur montant global après évaluation a atteint 76,4 milliards de dollars.

Tomer Weingarten, PDG et cofondateur de la société de cybersécurité SentinelOne à la Bourse de New York ; 30 juin 2021 (Crédit : autorisation)

Les deux introductions en bourse les plus importantes du troisième trimestre ont été celles de l’entreprise de prévention de la fraude Riskified, qui s’est introduite à la Bourse de New York avec une valorisation de 3,3 milliards de dollars, et de l’entreprise automobile REE Automotive, qui a réalisé une fusion avec une SPAC (Special Purpose Acquisition Company=Société d’acquisition à vocation spécifique/SAVS) sur le Nasdaq.

Sur le nombre total d’introductions en bourse, 11 sociétés ont opté pour des SAVS, dont quatre au troisième trimestre, ce qui a permis de lever 2,91 milliards de dollars, soit 30 % de la valeur totale des introductions en bourse au cours de cette période.

Selon le rapport, plus de 40 entreprises israéliennes de haute technologie sont entrées en bourse sur le Tel Aviv Stock Exchange (TASE) en 2021.

Dans le même temps, le volume de capital des fusions et acquisitions (F&A) s’est élevé à 9,14 milliards de dollars et a dépassé le chiffre annuel de 8,2 milliards de dollars de 2020.

Mike Rimon, associé du cabinet Meitar Law Offices, a déclaré : « Nous nous attendons à continuer à voir d’importantes activités de financement par actions ainsi qu’une croissance des transactions de fusions et acquisitions en raison du nombre croissant d’entreprises qui ont levé des montants importants, que ce soit sur les marchés publics (y compris par le biais de fusions avec des SAVS) ou par le biais de tours de table de capitaux privés. »

Rimon a également noté une hausse des acquisitions d’entreprises israéliennes par d’autres entreprises israéliennes, « ce qui ne constituait pas un canal de sortie significatif il y a quelques années. »

« Nous nous attendons à ce que cette tendance devienne plus courante dans un avenir proche », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...