Les familles des olim, arrivés il y a 4 ans, pourront venir en Israël
Rechercher

Les familles des olim, arrivés il y a 4 ans, pourront venir en Israël

Malgré l'interdiction due au virus, les députés sont parvenus à trouver un compromis avec le ministère de l'Intérieur ; les règles de quatorzaine s'appliqueront

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des personnes portant des masques de protection par crainte du coronavirus arrivent à l'aéroport international Ben Gurion, le 10 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)
Des personnes portant des masques de protection par crainte du coronavirus arrivent à l'aéroport international Ben Gurion, le 10 mars 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministère de l’Intérieur a accepté, mercredi, d’alléger les restrictions entraînées par l’épidémie de coronavirus et de permettre l’entrée dans le pays des parents au premier degré des nouveaux immigrants (olim) arrivés au sein de l’État juif au cours des quatre dernières années.

Cette mesure – une proposition conjointement soumise par le député de Yesh Atid, Yorai Lahav Hertzanu et le parlementaire du Likud David Bitan – devrait entrer en vigueur dans quatre semaines.

S’exprimant lors d’une réunion de la commission de l’Immigration et de l’Intégration à la Knesset qu’il préside, Bitan a expliqué, mercredi matin, qu’il avait reçu la confirmation de cette autorisation de la part de Shlomo Ben-Yosef, à la tête de l’Autorité de la population et de l’immigration.

Selon Bitan, le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, dont le ministère supervise l’Autorité de l’immigration, a lui aussi donné son autorisation à cette initiative, demandant néanmoins que sa mise en œuvre n’intervienne que dans un mois « en raison de la situation actuelle aux États-Unis et en Europe concernant le coronavirus ».

Le député David Bitan du Likud, à la Knesset, le 15 janvier 2020. (Olivier Fitoussil/Flash90)

Actuellement, seuls les Israéliens et les étrangers possédant un certificat de résidence sont autorisés à entrer dans le pays. Les personnes débarquant d’avions en provenance de « pays rouges » – où les taux d’infection sont élevés – doivent, pour leur part, respecter une quatorzaine de 14 jours.

De plus, une catégorie limitée de non-ressortissants – avec, en premier lieu, les parents au premier degré – ont le droit d’entrer en Israël aux occasions telles qu’une naissance ou un mariage, chaque dossier étant individuellement évalué par le ministère de l’Intérieur.

Israël continue toutefois à permettre aux nouveaux immigrants de pénétrer sur son sol.

La période de quatorzaine s’appliquera également pour les membres des familles des immigrants, a déclaré Bitan.

Cet accord avec le ministère a été trouvé après la proposition d’un compromis par le député Likud entre le projet initial de Lahav Hertzanu – qui voulait autoriser l’entrée des familles de tous ceux qui ont immigré au sein de l’État juif au cours des dix dernières années – et la préférence exprimée par l’Autorité de l’immigration qui voulait que cela ne concerne que ceux arrivés ces deux dernières années seulement.

Yorai Lahav-Hertzano, qui appartenait alors à Kakhol lavan, à la Knesset, le 14 mai 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

S’exprimant auprès du Times of Israel après l’annonce faite lors de la réunion parlementaire, Lahav Hertanu a remercié Bitan pour « s’être joint à moi dans la défense de cette cause importante et d’avoir trouvé un compromis avec les bureaux gouvernementaux ».

« Les immigrants sont plus seuls ici que moi, et j’ai immédiatement réalisé l’importance de trouver une solution qui leur permettrait d’avoir une visite de la part de leurs proches. Je sais qu’avoir ma famille, ici, est une source de grande force pour moi à travers ce confinement, et j’espère maintenant que cette source sera davantage mise à la disposition des nouveaux immigrants aussi », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...