Les incidents antisémites en Australie en hausse de 30 %
Rechercher

Les incidents antisémites en Australie en hausse de 30 %

Ces actes antisémites concernent des agressions verbales, des cas de harcèlement et d'intimidation, selon le rapport annuel sur l'antisémitisme en Australie

Une photo montrant un garçon juif qui aurait été forcé à embrasser les pieds d'un camarade de classe entraîne un tollé en Australie. (Twitter via le JTA)
Une photo montrant un garçon juif qui aurait été forcé à embrasser les pieds d'un camarade de classe entraîne un tollé en Australie. (Twitter via le JTA)

L’année 2019 a été marquée par une hausse de 30 % des incidents antisémites graves en Australie impliquant des agressions verbales, des cas de harcèlement et d’intimidation, selon le rapport annuel sur l’antisémitisme en Australie.

Quelque 368 incidents antisémites ont été signalés en Australie entre le 1er janvier et le 30 septembre 2019, selon le rapport annuel publié cette semaine par l’Executive Council of Australian Jewry (ECAJ).

Les incidents ont été enregistrés par l’ECAJ, une organisation-cadre juive présente dans chaque état de l’Australie et d’autres groupes communautaires. Il s’agit notamment ‘agressions physiques, d’abus, de harcèlement, de vandalisme, ds tags, de racisme, et de menaces communiquées directement par e-mail, courrier, appels téléphoniques, affiches, étiquettes et prospectus. Au total, on distingue 225 attaques et 143 menaces.

« Le nombre global d’incidents antisémites a continué, et a même dépassé le nombre déjà inhabituellement élevé de 2018, qui était supérieur de 59 % à celui des années précédentes », a déclaré Julie Nathan, directrice de recherche sur l’antisémitisme à l’ECAJ.

« Les incidents les plus troublants sont les cas de harcèlement antisémite des écoliers juifs dans deux écoles publiques de Victoria et la façon, manifestement inadéquate, dont les écoles ont géré ces incidents », a déclaré Nathan.

Un élève de 12 ans à Melbourne a été contraint, par ses camarades, à embrasser les pieds d’un autre élève musulman.

« Ce qui est plus subtil mais tout aussi inquiétant, c’est la diffusion de calomnies sur les Juifs sous le couvert d’un discours politique sur Israël », a ajouté Nathan.

« Par exemple, un professeur d’université et l’affirmation tout à fait fausse d’un corps enseignant professionnel en juillet qu’Israël persécute les Arabes parce qu' »ils ne suivent pas la religion juive ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...