Israël en guerre - Jour 251

Rechercher

Les Kurdes favorables au plan allemand d’une zone sous « contrôle international »

"Le projet est toujours en cours de discussion et aura besoin de l'appui des Etats-Unis et de la Russie", a estimé le chef des Forces démocratiques syriennes

Un combattant des FDS monte la garde pendant qu'un véhicule de l'armée américaine se retire de la ville de Tal Tamr, le 20 octobre 2019. (Crédit : Delil SOULEIMAN / AFP)
Un combattant des FDS monte la garde pendant qu'un véhicule de l'armée américaine se retire de la ville de Tal Tamr, le 20 octobre 2019. (Crédit : Delil SOULEIMAN / AFP)

Les Kurdes en Syrie sont favorables au plan allemand visant à créer une « zone de sécurité » sous contrôle international dans le nord du pays, a affirmé jeudi le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS).

« Il existe un projet (…) visant à déployer une force internationale dans la zone de sécurité. Nous le réclamons et l’acceptons », a affirmé Mazloum Abdi à des journalistes dans la ville de Qamichli (nord-est).

« Le projet est toujours en cours de discussion et aura besoin de l’appui des Etats-Unis et de la Russie », a estimé M. Abdi dont les forces sont dominées par les combattants kurdes.

Il devait être discuté jeudi lors d’une réunion ministérielle de l’OTAN à Bruxelles.

Moscou a annoncé cette semaine avoir conclu un accord avec Ankara prévoyant des patrouilles conjointes des armées russe et syrienne pour « faciliter » le retrait des combattants kurdes de cette zone.

La Turquie, qui avait mené une offensive de plusieurs jours contre les forces kurdes syriennes, exige une « zone de sécurité » de 32 km de profondeur dans le nord syrien, dont la mise en place a fait l’objet d’accords séparés conclus par Ankara avec Washington et avec Moscou.

La chancelière allemande Angela Merkel avait soutenu mardi l’idée d’une zone de protection internationale dans le nord de la Syrie, tout en reconnaissant que « de nombreuses questions » restaient « encore ouvertes ».

La ministre allemande de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer a critiqué la Turquie, l’accusant d' »annexer un territoire en violation du droit international » et d' »expulser des populations » du nord syrien.

L’accord russo-turc contrarie son idée de créer, sous l’égide de l’ONU, une zone de protection internationale dans le nord de la Syrie.

Elle veut « voir si cet objectif est réalisable », a-t-elle déclaré. Mais la faisabilité de sa proposition est mise en doute, car elle suppose l’envoi de troupes, ce que l’Allemagne n’est pas prête à accepter, ont fait valoir plusieurs diplomates.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.