Les médias sociaux palestiniens ciblent le chef de la police de Jérusalem
Rechercher

Les médias sociaux palestiniens ciblent le chef de la police de Jérusalem

Un post Facebook qualifie Yoram Halevi de "policier raciste", qui agit contre les fidèles du mont du Temple selon un principe de "vengeance personnelle"

Un post Facebook contre le chef de la police de Jérusalem Yoram Halevi. (Capture d'écran :  Facebook, via la Deuxième chaîne)
Un post Facebook contre le chef de la police de Jérusalem Yoram Halevi. (Capture d'écran : Facebook, via la Deuxième chaîne)

Le chef de la police Yoram Halevi est devenu une cible des incitations palestiniennes vendredi après avoir déclaré que la police pouvait gérer toute agitation suscitée par la colère des Palestiniens face à l’installation des détecteurs de métaux israéliens à l’entrée du complexe du mont du Temple suite à un attentat terroriste du 14 juillet dernier faisant deux policiers des frontières morts en service.

Les détecteurs de métaux, installés après un attentat terroriste commis par trois israéliens arabes au cours duquel deux agents de police israéliens sont morts sur le site vendredi après que les tueurs ont caché leurs armes sur le lieu saint, ont suscité la colère des chefs religieux islamiques, qui ont appelé les Palestiniens à ne pas passer à travers eux et à ne pas entrer sur le mont du Temple pour les prières.

Un post paru vendredi sur Facebook, qui a été partagé des centaines de fois, présentait une photographie de Halevi avec la légende « Homme recherché », a fait savoir la Deuxième chaîne.

Un autre post indique que « le policier raciste agit par vengeance contre les Palestiniens et il est connu par les résidents de Jérusalem pour ses positions racistes et sa haine des Arabes. De plus, il a utilisé l’attentat d’Al-Aqsa vendredi dernier par instinct de vengeance personnelle, pour exprimer sa haine des sites religieux à Jérusalem ».

Hatem Abd el Kader, responsable du Fatah en charge des affaires de Jérusalem, a dit que la Maison Blanche avait offert de supprimer les détecteurs de métaux pour les remplacer par un seul, placé sur un côté de l’entrée, où les gens paraissant suspect ou portant des colis pourraient être examinés.

Selon un reportage de la radio militaire, Kader a indiqué que la Jordanie et l’Arabie saoudite mettaient la pression pour qu’Israël ramène le calme sur le mont du Temple.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...