Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

Les « pavés de la mémoire », ciment des familles de victimes de la Shoah

Initié en 1996 par le sculpteur allemand Gunter Demnig, ce projet a déjà permis l'installation de plus de 100 000 "Stolpersteine" en Europe

Des « pavés de la mémoire » pour rendre hommage aux victimes de la Shoah mais qui peuvent aussi rassembler leurs descendants : à Strasbourg, une cérémonie a permis à une trentaine d’entre eux, venus de trois continents, de se retrouver pour la première fois.

En cette matinée ensoleillée, dans le quartier paisible de l’Orangerie, une trentaine de personnes bavardent devant le 36, rue Bautain où se dresse une élégante maison, celle où vivaient les Bernheim : Jacques, Suzanne et leurs enfants, Gaston et Nicole.

Comme tant d’autres Juifs, ils ont été déportés en 1944 à Auschwitz. Seule Nicole survivra à l’enfer du camp d’extermination et, après un bref retour en Alsace, partira s’installer aux Etats-Unis chez des proches.

Huit décennies plus tard, ses trois filles, Suzanne, Martine Singer et Michele Reiner, épouse du metteur en scène Rob Reiner, ont fait le déplacement depuis la Californie pour une émouvante cérémonie de dévoilement de quatre « pavés de la mémoire », des « Stolpersteine » (en allemand, les « pierres sur lesquelles on trébuche »), de petits blocs de 10 centimètres de côté scellés dans le sol devant le dernier domicile de victimes du nazisme, juives ou non juives.

Gunter Demnig (à droite), fondateur du projet Stolpersteine, à Feuchtwangen, en Bavière, le 30 mai 2023. (Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP)

Chacune porte une plaque de laiton comportant le nom d’une personne, sa date de naissance, celle de sa déportation ou de son exil et, si elle est connue, la date de son décès. Initié en 1996 par le sculpteur allemand Gunter Demnig, ce projet a déjà permis l’installation de plus de 100 000 « Stolpersteine » en Europe.

Préalablement insérés dans le trottoir, les pavés en hommage aux Bernheim étaient recouverts d’une mince couche de terre. Des petits-enfants de Nicole, Romy et Nick Reiner ainsi que Caroline et Alexander Weinstock, en ont balayé la poussière, le laiton est ensuite astiqué pour restaurer l’éclat.

« C’est émouvant mais aussi plein d’espoir », explique à l’AFP, dans un français parfait, Suzanne, 70 ans. « Les nazis ont essayé de tuer tous les Juifs, ils ont tué une bonne part de notre famille mais aujourd’hui, il y avait une trentaine ou plus de cousins, cousines qui sont venus » de France, des Etats-Unis, des Antilles, d’Israël, de Suisse… martèle Suzanne, rabbine qui vit à Riverside, près de Los Angeles. « La vie continue, nous sommes en vie, nous ne sommes pas disparus ».

« Notre grand-père, Jacques Bernheim avait une fabrique de jouets et une ferme de renards », poursuit Suzanne. Les parents de Jacques avaient au total « neuf enfants, deux ont été assassinés, mais le reste a survécu ou leurs enfants ont survécu. Maintenant, il y a une très grande famille », se réjouit-elle.

Gunter Demnig, fondateur du projet Stolpersteine, nettoie des Stolpersteine (« pierres d’achoppement ») fraîchement posées en commémoration de la famille Gutmann à Feuchtwangen, en Bavière, le 30 mai 2023. (Crédit : THOMAS KIENZLE / AFP)

Une famille dont beaucoup de membres ne se connaissaient pas avant cette cérémonie. Certains résident en France, d’autres ont parcouru des milliers de kilomètres, venant des Etats-Unis, des Antilles ou d’Israël.

Pour l’occasion, Jean-Claude Meyer, 78 ans, avait préparé un arbre généalogique, afin d’inscrire chacun dans la lignée familiale : « Il a encore besoin d’être complété », nuance cet ancien ingénieur qui réside en Suisse, cheville ouvrière du rassemblement de « toutes les branches » de la famille Bernheim qu’il a réussi à contacter « grâce à internet, que nos grands-parents n’avaient pas ! », explique-t-il.

« Pied de nez aux nazis »

« Très souvent, ces commémorations donnent lieu à des retrouvailles » de familles qui « ne se sont jamais rencontrées », avec des gens qui « viennent des quatre coins du monde. On a eu des exemples très touchants, très émouvants », témoigne Richard Aboaf, président de l’association Stolpersteine 67, qui œuvre depuis 2019 pour la pose de « pavés de la mémoire » dans le Bas-Rhin. Depuis, environ 150 « Stolpersteine » ont essaimé dans l’ensemble du département.

Pour Suzanne, Martine et Michele, le voyage en France s’est poursuivi vers le sud-est, où les Bernheim avaient fui, avant d’être arrêtés puis déportés. Dans la Méditerranée, les trois sœurs ont répandu les cendres de leur mère, décédée en 2003, confie Suzanne. « Elle était vraiment très courageuse et très forte ».

« Les descendants ont envie de se retrouver, de dire que la vie continue », façon de montrer qu’ils ont « gagné quelque part contre l’entreprise de destruction de masse » du IIIe Reich, analyse M. Aboaf.

« On reconstruit quelque chose », abonde Jean-Claude Meyer. « Un pied de nez aux nazis… »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.