Les présidents polonais et israélien ensemble à la Marche des Vivants
Rechercher

Les présidents polonais et israélien ensemble à la Marche des Vivants

Reuven Rivlin et Andrzej Duda ont convenu de participer à la marche de commémoration annuelle organisée à Auschwitz dans un contexte de tensions sur une loi controversée

Le président Reuven Rivlin avec le président polonais  Andrzej Duda, durant une cérémonie officielle de bienvenue à la résidence du président de Jérusalem, le 17 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le président Reuven Rivlin avec le président polonais Andrzej Duda, durant une cérémonie officielle de bienvenue à la résidence du président de Jérusalem, le 17 janvier 2017. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Varsovie, Pologne – Dans un contexte de tensions entre la Pologne et Israël concernant une législation polonaise qui criminaliserait l’usage des termes « camps de la mort polonais » ou l’évocation d’une complicité des Polonais dans les meurtres de masse des Juifs, les présidents des deux pays prendront part à la Marche des vivants à l’ancien camp de la mort d’Auschwitz.

Reuven Rivlin et Andrzej Duda ont convenu de participer conjointement à cette cérémonie qui aura lieu le 12 avril au cours d’un entretien téléphonique le mois dernier, a annoncé lundi le chef de cabinet du président polonais Krzysztof Szczerski.

Après les cérémonies à Auschwitz, un entretien entre les deux présidents se déroulera à Oświęcim.

La législation approuvée vendredi par la chambre basse du Parlement polonais – ou Sejm – doit être maintenant adoptée par le Sénat et recevoir l’aval du président. Elle a été créée pour établir clairement que c’est l’Allemagne nazie qui a endossé la responsabilité des crimes contre l’humanité qui ont été commis dans les camps.

Szczerski a déclaré que les programmes de cette cérémonie et de cet entretien du mois d’avril ont figuré à l’ordre du jour de sa rencontre, dans la journée de lundi, avec l’ambassadrice israélienne en Pologne, Anna Azari, qui a été convoquée après que la controverse a éclaté sur cette législation.

Duda a expliqué lundi dans une interview accordée à la télévision polonaise qu’il avait été « consterné » par les critiques de l’ambassadrice israélienne sur cette loi polonaise en suspens proférées durant une cérémonie, organisée ce week-end à l’occasion de l’anniversaire de la libération d’Auschwitz.

Des jeunes participent à la marche des Vivants, à Auschwitz, en Pologne, le 24 avril 2017. (Crédit : Yossi Zeliger/La Marche des Vivants)

« Il y a eu des Polonais qui ont été prisonniers de ce camp et en leur présence, ces mots ont été dits. Pour moi, c’est la situation globale qui a été surprenante, je ne comprends pas cette situation », s’est-il étonné.

Duda a expliqué que du côté polonais, cette loi est claire et dépourvue d’ambiguïtés, et que la réaction d’Israël pourrait être le résultat de « déformation ou de mauvaises informations ».

« Nous ne pouvons absolument pas reculer. Nous avons le droit de défendre la vérité historique », a-t-il ajouté.

Dimanche, Duda a fait savoir dans un communiqué qu’il réexaminerait minutieusement la législation.

« Tous ceux dont les souvenirs personnels ou les recherches historiques livrent la vérité sur les crimes et les comportements honteux qui ont eu lieu dans le passé avec la participation des Polonais ont pleinement droit à cette vérité », a-t-il poursuivi.

Les Premiers ministres des deux pays ont également convenu dimanche d’ouvrir « un dialogue immédiat afin de tenter des trouver des accords concernant cette loi ».

La Marche des vivants va parcourir un itinéraire de plus de trois kilomètres depuis l’entrée principale de l’ancien camp d’Auschwitz jusqu’au camp de Birkenau où une cérémonie de commémoration des victimes de la Shoah se déroulera près des ruines du plus grand crématorium.

L’événement, cette année, tombe le jour du 30e anniversaire de la toute première Marche.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...