Les responsables ultra-orthodoxes de Lev Tahor demandent l’asile à l’Iran
Rechercher

Les responsables ultra-orthodoxes de Lev Tahor demandent l’asile à l’Iran

Des membres de la secte ont prêté allégeance à l'ayatollah Ali Khamenei l'année dernière et sont poursuivis aux Etats-Unis pour des abus sur des enfants

Des membres d'une communauté juive orthodoxe collent une affiche du "Comité international de soutien pour les familles juives de l'implantation Lev Tahor" à la fenêtre d'un bus à Guatemala ville le 25 septembre 2016. (AFP PHOTO / JOHAN ORDONEZ)
Des membres d'une communauté juive orthodoxe collent une affiche du "Comité international de soutien pour les familles juives de l'implantation Lev Tahor" à la fenêtre d'un bus à Guatemala ville le 25 septembre 2016. (AFP PHOTO / JOHAN ORDONEZ)

Des documents présentés jeudi dernier devant un tribunal fédéral américain montrent que les responsables de la secte hassidique Lev Tahor ont demandé l’asile à l’Iran l’année dernière. Ils ont également prêté allégeance au guide suprême Ayatollah Ali Khamenei.

Selon les documents, rapportés en premier samedi dernier par Yeshiva World News, la secte ultra-orthodoxe a déposé une demande à Téhéran en novembre 2018 pour obtenir « l’asile, la protection et la liberté religieuse des familles de ses membres loyaux à la communauté Cheshek Shlomo ».

Lev Tahor a déclaré « la loyauté et la soumission au Guide suprême et au gouvernement de la République islamique d’Iran » et a appelé à « la coopération pour aider à contrer la dominance sioniste afin de libérer pacifiquement la Terre Sainte et le peuple juif ».

La demande a été déposée un mois avant que cinq membres de la secte soient arrêtés à Mexico. Ils sont actuellement en détention aux Etats-Unis en attente d’être jugés pour enlèvement, abus d’enfant et usurpation d’identité.

Le chef suprême iranien Ali Khamenei devant des milliers de membres des brigades paramilitaires Basij au stade Azadi de Téhéran, en Iran, le 4 octobre 2018 (Crédit : Office of the Iranian Supreme Leader via AP)

Des mariages arrangés entre des adolescents et des membres plus âgés de la secte seraient courants. Le groupe rejette la technologie et les femmes portent des robes noires de la tête aux pieds, en montrant uniquement leurs visages. La secte rejette aussi l’Etat d’Israël, affirmant que la nation juive peut seulement être restaurée par Dieu, et non par l’humain.

Les autorités américaines ont réprimé la secte.

Lev Tahor, qui compte environ 230 membres, a quitté le Canada en 2014 pour se rendre au Guatemala, après des accusations de mauvais traitement sur des enfants, dont des abus et des mariages avec des enfants.

En 2016, la secte a quitté la banlieue de Guatemala city pour se rendre à Oratorio, un village à environ 50 km de Guatemala city, après des conflits religieux avec des voisins. La secte aurait traversé la frontière du Guatemala au Mexique en juin 2017. Elle est peut-être revenue au Guatemala.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...