Israël en guerre - Jour 62

Rechercher

Les fonds d’investissement n’éviteront pas, comme promis, les combustibles fossiles

Selon Altshuler Shaham, "mieux vaut s'engager avec les entreprises pour les changer que de les boycotter"

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Illustration: Une pancarte "fossil fuels out" ("les énergies fossiles dehors") lors d'une manifestation au sommet des Nations unies sur le climat COP27, à Charm el-Cheikh, en Égypte, le 12 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong/Dossier)
Illustration: Une pancarte "fossil fuels out" ("les énergies fossiles dehors") lors d'une manifestation au sommet des Nations unies sur le climat COP27, à Charm el-Cheikh, en Égypte, le 12 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Peter Dejong/Dossier)

Deux sociétés d’investissement qui ont traditionnellement obtenu de bons résultats dans un indice d’investissement vert sont quasiment tombées à la dernière place, l’organisation environnementale à l’origine du classement les accusant d’avoir renié leurs promesses de ralentir ou d’arrêter les nouveaux investissements dans les combustibles fossiles, selon un rapport publié dimanche.

Au cours du quatrième trimestre de l’année dernière, Altshuler Shaham, qui est tombé au septième rang sur dix dans le classement du Clean Money Forum, a versé un peu moins de 5 milliards de shekels de fonds publics pour les plans de retraite, l’épargne à long-terme (fonds de prévoyance) et les polices d’assurance dans des entreprises qui contribuent à accélérer le dérèglement climatique, contre un peu plus de 3 milliards de shekels au début de l’année 2021, selon les chiffres.

Et ce, malgré l’engagement pris en juillet 2021 d’arrêter les nouveaux investissements dans les combustibles fossiles.

Migdal s’est engagé à la fin de 2020 à éviter les investissements dans de nouvelles capacités de production de combustibles fossiles et à détourner les investissements existants des combustibles fossiles jusqu’en 2030 à un taux d’au moins 10 % par an.

Or, selon le rapport, le fonds a réalisé de nouveaux investissements dans des entreprises fossiles l’année dernière et n’a pas réussi à réduire ses avoirs comme il l’avait promis.

Les nouvelles évaluations de l’organisation à but non lucratif Clean Money Forum ont été publiées dans un rapport trimestriel dimanche, qui a révélé que les entreprises classées avaient investi au moins 57,5 milliards de shekels dans des entreprises de charbon, de pétrole et de gaz au cours du dernier trimestre de l’année dernière – en baisse par rapport aux 64,5 milliards de shekels au cours du premier trimestre 2022.

Une déclaration d’Altshuler Shaham indique que la société d’investissement attache une grande importance aux considérations environnementales, sociales et de gouvernance d’entreprise, qu’elle a été à l’origine de la création du premier fonds vert du pays et qu’elle a investi massivement à la fois dans des start-ups et des entreprises vertes et dans des entreprises conventionnelles désireuses de prendre des mesures telles que l’économie d’énergie.

Mais elle a découvert qu’il n’y avait aucune autre grande société d’investissement qui n’investissait pas dans les combustibles fossiles. Étant donné que la principale priorité et l’obligation légale de la société était de faire gagner de l’argent à ses clients, elle a décidé d’essayer d’investir dans des entreprises actives dans le secteur du gaz fossile et du pétrole brut (mais pas dans celui du charbon, du mazout ou du diesel), mais uniquement dans celles qui avaient mis en place des politiques de réduction des combustibles fossiles pouvant être suivies sur plusieurs années, en plus d’une somme déclarée devant être investie dans la transition vers les énergies renouvelables.

Chez Migdal, les hauts et les bas de l’investissement dans les combustibles fossiles ont été moins spectaculaires en termes absolus, comme le montrent les chiffres, les sommes oscillant autour de 9 milliards de shekels au cours du premier trimestre 2021, puis augmentant à plus de 11 milliards de shekels avant de retomber à environ 9,3 milliards de shekels au cours du quatrième trimestre de l’année dernière.

Mais ces sommes représentent une proportion croissante du total investi dans les actions et les obligations de sociétés pour les retraites, l’épargne et l’assurance – atteignant 14,23 % au cours du quatrième trimestre de l’année dernière et faisant chuter Migdal à la neuvième place, selon les chiffres du Clean Money Forum.

Dans l’ensemble, 13,3 % de tous les investissements réalisés par les entreprises pour les fonds de pension, les caisses de prévoyance et les assurances ont été investis dans les combustibles fossiles.

Un pétrolier s’approchant de la jetée d’une installation pétrolière à Fujairah, aux Émirats arabes unis, le 21 septembre 2016. (Crédit : Kamran Jebreili/AP)

Le Clean Money Forum, une coalition de 28 organisations de défense de l’environnement et de la justice sociale, cherche à encourager les institutions financières à se désinvestir des combustibles fossiles et à fournir des informations aux investisseurs à la recherche de fonds verts. Il classe les dix plus grandes institutions financières du pays disposant d’informations accessibles au public en fonction de leurs investissements dans des entreprises de combustibles fossiles en Israël et à l’étranger.

L’organisation examine les politiques d’investissement et analyse les investissements réels en obligations d’entreprises et en actions que les institutions de retraite, d’épargne et d’assurance du pays sont tenues de publier. Elle n’a pas accès aux autres transactions effectuées par ces institutions, telles que les prêts, que les entreprises ne sont pas tenues de révéler. Les banques sont exclues du classement car elles ne sont pas obligées de publier des données sur les retraites.

Le classement des investissements est basé sur l’indice Fossil Free de la Bourse de Tel Aviv ainsi que sur une liste mondiale gérée par As You Sow, basée sur les données du géant de l’évaluation Morningstar.

La centrale électrique Orot Rabin depuis le parc Nahal Hadera, à Hadera, en Israël, le 25 novembre 2017. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Le rapport note qu’à la fin de 2021, Migdal a respecté ses obligations et a même mené l’indice.

Mais au début de 2022, un nouveau directeur de la division des investissements, Erez Migdali, a pris ses fonctions.

« Migdal ne s’est pas officiellement retirée de l’engagement écrit sur le site web, mais dans la pratique, elle a réalisé de nouveaux investissements dans des entreprises fossiles. Et ils n’ont pas atteint l’objectif de réduction des participations dans ces entreprises, comme ils s’y étaient engagés à la fin de l’année 2020 », indique le rapport.

« Notre principale considération dans chaque investissement est de rentabiliser l’épargne du public et de protéger son argent », précise un communiqué de la compagnie.

Elle a ajouté que Migdal était un investisseur majeur dans les énergies renouvelables et qu’elle respectait sa politique environnementale, sociale et de gouvernance, mais qu’il s’agissait d’un « parcours long et complexe ».

Aux États-Unis, et peut-être aussi en Israël (selon l’interprétation), la loi interdit en fait aux gestionnaires de portefeuille d’investir dans des produits qui pourraient être bénéfiques pour l’environnement s’ils ne sont pas rentables.

Les actions des entreprises de combustibles fossiles ont semblé attrayantes en partie en raison de l’augmentation de la demande liée à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Le classement d’une entreprise dans l’indice du Clean Money Forum – où celles qui sont placées en tête de liste ont les investissements les plus faibles en combustibles fossiles – dépend de la performance des neuf autres.

Pour le quatrième trimestre 2022, Yellin Lapidot – qui a progressivement amélioré sa position – est arrivé en tête, ayant investi 11,21 % des fonds de pension, de prévoyance et d’assurance du public dans des combustibles fossiles.

Viennent ensuite Meitav (12,01 %), Harel (12,52 %), Clal (12,88 %), Menorah (13,07 %), Phoenix (13,49 %), Altshuler (13,91 %), Migdal (14,23), Analyst (15,4 %) et Mor (16,81 %).

À titre de comparaison internationale, les entreprises de l’indice S&P investissent en moyenne 10,06 % des fonds de pension publics dans les combustibles fossiles. La moyenne pour les entreprises du MSCI ACWI est de 10,04 %.

Le forum fournit à chaque institution son rapport sur l’exposition aux combustibles fossiles avant de publier les classements, afin de leur permettre de réagir.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.