Les soldats tués à Givat Assaf sont Yovel Mor Yosef et Yosef Cohen
Rechercher

Les soldats tués à Givat Assaf sont Yovel Mor Yosef et Yosef Cohen

L'oncle de Mor Yosef dit qu'il devait rentrer chez lui jeudi, et qu'il s'est porté volontaire pour remplacer ses camarades ; le beau-père de Cohen : c'était une "âme belle et pure"

Une photo montage montre le sergent Yosef Cohen (G) et le sergent d'état-major Yovel Mor Yosef de la Brigade Kfir de l'Armée israélienne. Les deux jeunes hommes ont été tués le 13 décembre 2018 lors d'un attentat terroriste à l'extérieur de l'avant-poste de Givat Assaf, dans le centre de la Cisjordanie. (Armée israélienne)
Une photo montage montre le sergent Yosef Cohen (G) et le sergent d'état-major Yovel Mor Yosef de la Brigade Kfir de l'Armée israélienne. Les deux jeunes hommes ont été tués le 13 décembre 2018 lors d'un attentat terroriste à l'extérieur de l'avant-poste de Givat Assaf, dans le centre de la Cisjordanie. (Armée israélienne)

Deux soldats israéliens tués dans une fusillade terroriste dans le centre de la Cisjordanie ont été identifiés jeudi soir comme étant le sergent d’état-major Yovel Mor Yosef, 20 ans, et le sergent Yosef Cohen, 19 ans.

Mor Yosef était originaire de la ville du sud d’Ashkelon. Cohen était un résident de Beit Shemesh. Tous deux étaient membres du bataillon d’infanterie Netzah Yehuda de la Brigade Kfir, une unité de soldats religieux.

L’armée a déclaré que Mor Yosef et Cohen avaient été promus à titre posthume du grade de sergent à celui de caporal respectivement après avoir été tués par des coups de feu lors de l’attaque devant l’avant poste de Givat Assaf.

Un troisième soldat a été grièvement blessé dans la fusillade et a subi une opération chirurgicale pour une blessure par balle à la tête à l’hôpital Hadassah Ein Kerem à Jérusalem jeudi. Une civile a également été grièvement blessée.

Les forces de sécurité israéliennes et des experts médico-légaux inspectent le lieu d’un attentat terroriste à l’extérieur de l’avant-poste de l’implantation Givat Asaf, au nord-est de Ramallah, le 13 décembre 2018. (Ahmad Gharabli/AFP)

L’oncle de Mor Yosef a expliqué aux journalistes que son neveu devait rentrer chez lui jeudi, mais s’était porté volontaire pour rester avec son unité afin de donner du temps libre aux autres soldats.

« Son but dans la vie était de servir dans une unité de combat. C’est ce qu’il a fait et ce qu’il voulait. Il aimait vraiment servir, contribuer et faire du bénévolat », a déclaré Sami Mor Yosef.

Après que Mor Yosef a été identifié comme étant l’un des soldats tués, les médias israéliens ont diffusé un message audio qu’il avait envoyé à un ami jeudi matin avant l’attaque.

« Si tu passes par Givat Assaf, ne m’oublie pas, mon frère. Je t’aime », disait Mor Yosef dans l’enregistrement prémonitoire.

Le rabbin Eliyahu Merav, beau-père de Cohen, a décrit son beau-fils comme « une âme belle et pure » et a raconté ce qui s’est passé lors de sa dernière visite chez lui.

« Quand nous nous sommes assis pour le repas de Shabbat et que chacun a rendu grâce pour quelque chose en particulier, Yossi a dit : « Je remercie Dieu, j’ai le privilège de défendre le peuple d’Israël », a raconté Merav à la Dixième chaîne d’information.

« C’étaient de si gentils garçons, toujours souriants », a dit le rabbin David Fuchs, qui est rattaché au bataillon et qui connaissait bien les soldats. « Leurs amis les aimaient et les admiraient ; ils étaient amis avec tout le monde. »

« Entendre que des gars comme ça, des garçons qui étaient si pleins d’énergie, heureux, enjoués, sont tombés, c’est indescriptiblement douloureux. Je viens de rencontrer leurs amis ; tout le monde est en état de choc. L’angoisse les incite à se concentrer encore plus intensément sur leur mission. Les habitants de l’implantation où ils sont tombés les aimaient et entretenaient une relation étroite avec eux », a-t-il ajouté.

La fusillade de jeudi s’est déroulée dans un contexte d’une série d’attaques récentes, dont une fusillade depuis une voiture devant l’implantation d’Ofra, qui a fait sept blessés israéliens dimanche soir. Parmi les blessés se trouvait une femme enceinte dont le bébé a été mis au monde par césarienne d’urgence mais est décédé mercredi.

Jeudi également, la police des frontières a tué par balle un Palestinien dans la Vieille Ville de Jérusalem qui a poignardé deux officiers et les a légèrement blessés.

L’armée a déclaré qu’un autre Palestinien avait tenté de foncer avec sa voiture sur des soldats à l’extérieur de Ramallah, bien que les responsables de la défense ont déclaré à la Dixième chaîne qu’il ne s’agissait visiblement pas d’une attaque. Le chauffeur palestinien a été abattu par les soldats israéliens.

Le porte-parole du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, Osama Najjar, a identifié le conducteur comme étant Hamdan al-Arda, 58 ans. Najjar a déclaré au Times of Israel qu’Arda, qui résidait à Araba, un village du nord de la Cisjordanie, était propriétaire d’une société d’aluminium à Al-Bireh et a été abattu par les forces israéliennes à quelques mètres du siège de son entreprise.

Sur cette photographie non datée, des soldats israéliens recherchent les terroristes qui ont commis un attentat à l’arrêt d’autobus à l’extérieur de l’implantation d’Ofra, près de Ramallah, le 9 décembre 2018, où sept israéliens, dont une femme enceinte, ont été blessés lors d’une fusillade. (Armée israélienne)

La Cisjordanie a connu une augmentation du nombre d’attaques contre des civils et des soldats israéliens ces dernières semaines, après des mois de calme relatif dans la région, ce qui fait craindre une nouvelle flambée potentielle de violence récurrente et grave dans cette région.

Les militaires ont imputé l’augmentation des attentats à la fois aux efforts en cours des groupes terroristes, au phénomène de « mimétisme » et à un certain nombre de dates importantes à venir cette semaine, notamment l’anniversaire de la fondation de l’organisation terroriste du Hamas.

Mercredi soir, l’armée israélienne a arrêté un certain nombre de suspects qui auraient perpétré l’attentat de dimanche soir et tué par balle un tiers d’entre eux, et dont les agents de sécurité ont dit qu’ils avaient tenté d’attaquer les soldats israéliens pendant une tentative de fuite.

Un Palestinien qui a abattu deux Israéliens lors d’un attentat terroriste en Cisjordanie en octobre dans la zone industrielle de Barkan a également été tué jeudi matin lors d’une fusillade avec les soldats de Tsahal.

Judah Ari Gross et Adam Rasgon ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...