Liberman épinglé par la Knesset pour avoir qualifié Hanin Zoabi de « terroriste »
Rechercher

Liberman épinglé par la Knesset pour avoir qualifié Hanin Zoabi de « terroriste »

La députée arabe a déclaré que les "crimes de guerre" du ministre de la Défense israélien ne seront pas jugés à la Knesset mais à La Haye

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'exprime à l'ouverture de l'exposition de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 20 septembre 2018 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman s'exprime à l'ouverture de l'exposition de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 20 septembre 2018 (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

La commission d’éthique de la Knesset a réprimandé mercredi le ministre de la Défense Avigdor Liberman qui a qualifié de « terroriste » une députée issu de la Liste arabe unie, Hanin Zoabi.

Liberman a utilisé cette épithète dans un post paru le 4 juin sur Twitter, puis une autre fois dans une déclaration récente faite devant la commission d’éthique, en réponse à la plainte déposée par Zoabi suite à l’incident.

Dans sa réprimande, la commission, présidée par le député du parti Shas Yitzhak Vaknin, a répété son opposition de longue date à l’usage d’une telle terminologie. Pour la commission : « ce type d’expression utilisée en direction de responsables élus par leurs collègues n’a pas sa place dans le discours public ». La commission a estimé que le chef de la formation Yisrael Beytenu a contrevenu aux règles éthiques de la Knesset.

Zoabi n’a pas mâché ses mots après que la commission a annoncé sa réprimande, mercredi. « M. Liberman a été épinglé par la commission d’éthique. Les soutiens racistes de l’apartheid, du transfert et de l’utilisation des balles contre les individus méritent d’être réprimandés. Et ceux qui mettent en garde contre le meurtre, le blocus et le bombardement des populations civiles, qui combattent tout cela, sont expulsés, réduits au silence et risquent l’assassinat. Les actions de Liberman ne l’amèneront pas devant la commission d’éthique de la Knesset, mais bien sur le banc de la cour pénale internationale, parce que c’est là que les crimes de guerre sont jugés ».

Liberman a qualifié Zoabi de terroriste dans un tweet du 4 juin 2018 dans le cadre de la campagne menée par son parti en faveur de l’expulsion de la députée arabe de la Knesset, en raison de ses propos passés en soutien au Hamas. Zoabi a aussi qualifié certains soldats israéliens de « meurtriers », et a usé d’autres expressions similaires.

Hanin Zoabi de la Liste arabe unie à la Knesset, le 22 décembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« La terroriste Hanin Zoabi », avait-il écrit dans son tweet, « siège encore à la Knesset et elle soutient le terrorisme contre les soldats et les civils de l’État d’Israël, seulement parce que les membres de la Knesset issus de l’Union sioniste, de Yesh Atid et des partis haredim refusent de soutenir le projet de loi porté par le député Oded Forer [d’Yisrael Beytenu] qui vise à l’expulser de la Knesset ».

Liberman demandait alors à ses abonnés de se rendre sur le site de Forer, pour écrire des courriers aux députés afin de leur demander de soutenir l’expulsion de Zoabi.

Zoabi avait porté plainte auprès de la commission d’éthique suite à ce post, accusant Liberman d’incitations criminelles contre les députés.

Dans sa réponse laconique devant la commission, Liberman a répété son accusation. Il a affirmé qu’il irait « droit au but : c’est une terroriste ».

Zoabi a elle-même été rappelée à l’ordre par la commission d’éthique par le passé, notamment au mois de mai quand elle a écopé d’une semaine de suspension pour avoir accusé les soldats israéliens « d’assassiner » les Palestiniens.

Au mois de juillet 2014, elle avait été interdite de siéger à la Knesset pendant six mois par la commission après avoir déclaré que les meurtriers de trois adolescents israéliens n’étaient pas des terroristes. La cour d’appel avait alors rejeté sa demande de faire annuler cette suspension.

Les députés de droite réclament son départ permanent de la Knesset depuis longtemps à cause de ses commentaires incendiaires sur le traitement des Palestiniens par Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...