Liberman prône la loi sur la peine capitale pour les terroristes
Rechercher

Liberman prône la loi sur la peine capitale pour les terroristes

En amont d'un vote du cabinet de sécurité sur la législation, Liberman a assuré qu'il n'était pas nécessaire de se montrer plus "éclairé" que les Etats-Unis ou le Japon

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman dirige une réunion de faction de son parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 7 mai 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman dirige une réunion de faction de son parti Yisrael Beytenu à la Knesset, le 7 mai 2018 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a vivement recommandé mardi aux autres ministres d’approuver un projet de loi instaurant la peine capitale pour les Palestiniens reconnus coupables d’avoir tué des civils et des soldats israéliens, disant qu’il n’y avait aucune raison que l’Etat juif se montre plus éclairé que les Etats-Unis dans la guerre contre le terrorisme.

Les ministres doivent voter le projet de loi lors d’une réunion du cabinet de sécurité de haut-niveau.

« Enfin, le texte prévoyant la peine de mort pour les terroristes va être décidé », a tweeté Liberman. « Je suis sûr que mes collègues ministériels comprennent bien que nous avons besoin de toutes les mesures possibles dans la guerre contre le terrorisme ».

« Un terroriste qui assassine une famille ne doit pas pouvoir retourner chez lui », a continué Liberman. « Il n’y a pas de raisons que nous nous montrions plus éclairés que les Etats-Unis ou le Japon dans la guerre contre le terrorisme ».

Même si la peine capitale existe officiellement dans la loi israélienne, elle n’a été appliquée qu’à une seule occasion – dans le cas de l’officier nazi Adolf Eichmann, l’un des architectes de la Shoah et d ela Solution finale, en 1962.

Elle est techniquement autorisée dans les cas de haute-trahison ainsi que dans un certain nombre de circonstances définies par la loi militaire qui s’applique dans l’armée israélienne et en Cisjordanie – mais elle n’est pas appliquée.

Le projet de loi, qui a été proposé par le parti Yisrael Beytenu de Liberman, a été initialement soutenu lors d’une lecture préliminaire à la Knesset même si certains députés de la coalition ont exprimé des réserves sur la législation. Son avancée a été ensuite reportée de manière répétée.

Le chef de l’agence de sécurité du Shin Bet, Nadav Argaman, a dans le passé indiqué aux législateurs qu’il s’opposait à la peine de mort pour les terroristes.

Le grand rabbin séfarade Yitzhak Yosef a également déclaré qu’il était défavorable à cette sanction, citant les objections soulevées par les responsables du Shin Bet qui estiment qu’elle mettrait en péril les vies des Juifs, dans le monde entier, qui pourraient être kidnappés et utilisés comme instrument de chantage en échange des terroristes attendant leur exécution.

Le procureur-général Avichai Mandelblit se serait également prononcé contre la peine capitale, disant qu’elle ne dissuaderait pas les terroristes de commettre des attentats dans la mesure où ils les perpètrent en général en pensant qu’ils ne survivront pas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...