Likud et Kakhol lavan doivent former un gouvernement d’unité, répète Liberman
Rechercher

Likud et Kakhol lavan doivent former un gouvernement d’unité, répète Liberman

Le chef d'Yisrael Beytenu s'est opposé au projet de loi soutenu par Kakhol lavan stipulant que les députés faisant l'objet d'une enquête doivent être écartés du service

Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman au cours d'un événement à  Givatayim, le 13 septembre 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le chef du parti Yisrael Beytenu Avigdor Liberman au cours d'un événement à Givatayim, le 13 septembre 2019 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le chef d’Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a appelé une nouvelle fois, dans la journée de samedi, le parti du Likud, avec à sa tête Benjamin Netanyahu, et Kakhol lavan à former un large gouvernement d’unité, les pressant « d’arrêter de jouer » et de « mettre leurs egos de côté ».

S’exprimant lors d’une interview accordée samedi à la Douzième chaîne, Liberman a estimé qu’un gouvernement d’unité entre le Likud et Kakhol lavan était « le seul bon choix » pour aller de l’avant, quelques jours après que Benny Gantz a été officiellement chargé de mettre en place un gouvernement suite à l’échec de Netanyahu à mettre en place une coalition.

Liberman a déclaré que les trois autres options « terribles » étaient un gouvernement minoritaire mené par Gantz, un gouvernement minoritaire sous la houlette de Netanyahu et l’organisation d’un troisième scrutin.

Les élections israéliennes du mois de septembre – le second scrutin en six mois – ont abouti à une impasse politique. Netanyahu a émergé avec 32 sièges pour le Likud, formant un bloc de 55 députés issus des partis de droite et ultra-orthodoxes (Shas: 9; YaHadout HaTorah: 7 et Yamina: 7). C’est lui qui avait été initialement chargé de former une coalition sur la base du poids de ces alliances avec les différents partis.

Pour sa part, Gantz est à la tête d’un bloc de 54 législateurs des formations du centre, de la gauche et arabes (Kakhol lavan: 33; alliance Travailliste-Gesher: 6; Camp démocratique: 5; et 10 députés sur 13 au sein de la Liste arabe unie, majoritairement arabe).

Liberman, dont la faction a gagné huit sièges, a juré de ne prendre part qu’à un gouvernement d’unité qui serait constitué du Likud et de Kakhol lavan.

Un gouvernement d’unité est la seule réponse à apporter aux « décisions critiques » sur les fronts politique et économique, a clamé Liberman samedi.

Le chef d’Yisrael Beytenu a indiqué n’avoir reçu aucun engagement de la part de Kakhol lavan que son parti serait appelé à rejoindre une coalition, mais il a ajouté qu’un gouvernement d’unité pour le pays était tellement important que sa formation prendrait le risque de siéger dans l’opposition si nécessaire.

Liberman doit rencontrer Gantz lundi à Jérusalem, vingt-quatre heures après l’entretien qui aura lieu entre le leader de Kakhol lavan et Netanyahu à Tel Aviv.

« Je pense que les deux grand partis vont se saisir de l’opportunité et former un gouvernement d’unité », a expliqué Liberman au cours de l’entretien avec la Douzième chaîne.

Il a également fait part de son opposition à une législation proposée, qui aurait été réfléchie par Kakhol lavan, et qui exigerait de Netanyahu qu’il quitte son poste s’il devait être inculpé dans les trois affaires criminelles contre lui.

Selon un reportage diffusé par la Treizième chaîne, au début de la semaine, l’alliance de Gantz pourrait introduire ce texte dès lundi – au moment où elle prendra le contrôle de la Commission des arrangements de la Knesset, instance temporaire qui prendra le rôle tenu par la Commission intérieure de la Knesset, chargée de présenter les projets de loi jusqu’à la formation d’un nouveau gouvernement.

Kakhol lavan a d’ores et déjà exclu tout partenariat avec Netanyahu tant que ce dernier sera mis en cause pour corruption par la justice.

Liberman a fait savoir, samedi, qu’il n’apporterait pas son soutien à un texte de loi qui stipule que les députés faisant l’objet d’une enquête ne pourront pas servir « parce qu’on ne peut pas adopter une législation controversée dans une période de transition ».

Pour faire passer son texte, Kalhol lavan aurait besoin du soutien de Liberman qui, jusqu’à présent, a évité de sembler s’allier avec le principal parti d’opposition contre Netanyahu.

Liberman n’a recommandé aucun candidat pour former le prochain gouvernement auprès du président israélien. Cela a été encore le cas au début de la semaine lorsque Reuven Rivlin a demandé aux formations si elles souhaitaient modifier leur choix après que Netanyahu a annoncé avoir renoncé à tenter de mettre en place une majorité.

Un vote en faveur de la loi exigeant de Netanyahu qu’il démissionne en cas d’inculpation serait probablement utilisé par le Likud pour dire que Liberman s’est coordonné avec Gantz et qu’il ne s’intéresse donc guère à l’établissement du gouvernement d’unité qu’il appelle de ses vœux.

De plus, tandis que le président d’Yisrael Beytenu a fortement critiqué Netanyahu ces derniers mois, ses objections ont porté sur des affaires relatives à la sécurité, à la religion et à l’Etat plutôt que sur les déboires judiciaires du Premier ministre.

Ayant lui-même dû faire face à des enquêtes similaires, il est peu probable que Liberman s’aventure sur ce sujet pour en faire un point de discorde central avec Netanyahu.

Le procureur-général Avichai Mandelblit a annoncé au mois de février qu’il avait l’intention d’inculper Netanyahu dans trois affaires criminelles.

Netanyahu, qui nie toute malversation, clame de manière répétée qu’il est victime d’une chasse aux sorcières de la part des médias, de la gauche, de la police et des procureurs de l’Etat, dont l’objectif est de lui faire quitter le pouvoir.

Ses avocats ont présenté leurs arguments en défense du Premier ministre au cours d’une audience de pré-inculpation, au début du mois, qui s’est étendue sur quatre jours, tentant de dissuader Mandelblit d’inculper Netanyahu.

Mandelblit devrait prendre une décision sur une éventuelle inculpation d’ici la fin de l’année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...