Rechercher

L’Iran critique vivement la « négligence » de l’AIEA vis-a-vis d’Israël

L'ambassadeur d'Iran auprès de l'AIEA accuse l'agence d'envoyer "un message négatif aux signataires du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires"

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, de l'Argentine, s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse concernant la surveillance par l'agence du programme d'énergie nucléaire de l'Iran, au Centre international de Vienne, en Autriche, le 7 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner)
Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Rafael Mariano Grossi, de l'Argentine, s'adresse aux médias lors d'une conférence de presse concernant la surveillance par l'agence du programme d'énergie nucléaire de l'Iran, au Centre international de Vienne, en Autriche, le 7 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Lisa Leutner)

L’Iran a vivement critiqué vendredi l’attitude de l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) qu’elle accuse d’avoir les yeux rivés sur l’Iran, tandis qu’elle les ferme sur le programme nucléaire d’Israël, ennemi juré de la République islamique.

Israël est généralement considéré comme le seul détenteur d’armes nucléaires au Moyen-Orient, avec jusqu’à 300 ogives, mais l’Etat hébreu a toujours refusé de confirmer ou de nier qu’il possédait de telles armes.

« Le silence et la négligence vis-à-vis du programme nucléaire israélien envoient un message négatif aux signataires du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) » a tweeté l’ambassadeur d’Iran auprès de l’AIEA, Kazem Gharibabadi.

« Être signataire du TNP revient à accepter les vérifications les plus strictes, tandis qu’être à l’extérieur du traité signifie être libéré de toutes les obligations et les critiques et d’en tirer même des bénéfices », a-t-il ajouté.

Le diplomate iranien réagissait à une interview du directeur général de l’AIEA Rafael Grossi publié le 8 octobre par la revue Energy Intelligence.

Interrogé sur la raison pour laquelle l’AIEA consacrait tant de temps au programme nucléaire iranien et pas à celui d’Israël, il avait répondu: « Nos relations avec Israël sont celles qui existent avec un pays non adhérent du TNP, Israël ne l’a jamais signé. Je ne juge pas si c’est bien ou non », avait-il répondu.

L’Iran est signataire du TNP depuis 1970, année de son entrée en vigueur, et a toujours nié avoir l’ambition d’acquérir ou de fabriquer une bombe atomique.

L’envoyé de l’Iran auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Kazem Gharibabadi, quitte le « Grand Hotel Vienna » où se déroulent les négociations nucléaires à huis clos, à Vienne, en Autriche, le 12 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Florian Schroetter)

Israël, qui n’a jamais signé le traité, a averti à plusieurs reprises qu’il ferait tout ce qui est nécessaire pour empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires.

Le TNP appelle les nations à « parvenir à la cessation de la course aux armements nucléaires et à prendre des mesures dans le sens du désarmement nucléaire ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...