Lituanie : Profanation de tombes dans un cimetière juif
Rechercher

Lituanie : Profanation de tombes dans un cimetière juif

La police a enquêté après que des fragments d'os ont été retrouvés. Une personnalité de la communauté suppose qu'on a essayé de couvrir l'incident

Un cimetière juif profané à Siauliai, en Lituanie (Capture d'écran : Facebook)
Un cimetière juif profané à Siauliai, en Lituanie (Capture d'écran : Facebook)

Un cimetière juif en Lituanie a été profané et des restes humains ont été déterrés après des travaux de fouilles en lien avec la pose de canalisations.

Des photos montrant un sol fraîchement retourné, des ordures et des fragments d’os sur le sol du cimetière de Siauliai, dans le nord de la Lituanie, ont commencé à circuler mercredi sur les réseaux sociaux alors que des informations ont laissé également entendre que cet incident avait tenté d’être tu par les responsables, a fait savoir vendredi le site Skrastas.

Selon l’article, le sol contenant des fragments d’os a été enlevé après avoir été photographié par Sania Kerbel, la présidente de la communauté juive locale, peut-être pour faire disparaître les preuves de cette profanation. Mais Marijus Velička, un représentant municipal siégeant à un poste important, a déclaré à Skrastas qu’il pensait que « ce n’est pas vrai ».

« Le cimetière est un site du patrimoine culturel et toute fouille y est interdite », a commenté Kerbel auprès du site d’information. « Ce n’est pas seulement une profanation d’un lieu d’inhumation, il y a également du vandalisme ici ».

La police enquête actuellement sur l’incident.

Les autorités rabbiniques de Lituanie ont été contactées pour prendre en charge la gestion des restes humains découverts et pour leur trouver un nouveau lieu de sépulture approprié.

Lithuanians digging up a Jewish cemetery in a village where my family lived.Those bones could belong to my cousins.The…

Posted by Grant Gochin on Thursday, 2 August 2018

Grant Gochin de Californie a réagi avec passion dans un post sur Facebook consacré à cet incident. Sa famille vivait à Siauliai.

« Ces os appartenaient peut-être à mes cousins », a-t-il écrit jeudi. « Ce manque de respect… C’est comme un coup de couteau au coeur de mon être, comment peut-on haïr avec une telle force ? Comment les gens peuvent-ils être tellement insensibles ? C’est ma famille que vous voyez dans cette terre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...