Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

L’Egypte avertit de « répercussions catastrophiques » en cas d’offensive israélienne à Rafah

Sameh Choukri, le ministre égyptien des Affaires étrangères, à Moscou, le 21 août 2017. (Crédit : Alexander Nemenov/AFP)
Sameh Choukri, le ministre égyptien des Affaires étrangères, à Moscou, le 21 août 2017. (Crédit : Alexander Nemenov/AFP)

L’Egypte a prévenu mardi à Genève qu’une offensive de l’armée israélienne sur Rafah, dans le sud de Gaza, aurait des « répercussions catastrophiques » sur la paix au Moyen-Orient.

« Toute action militaire dans les circonstances actuelles aurait des répercussions catastrophiques qui compromettraient la paix dans la région », a déclaré le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, en exhortant Israël à ne pas attaquer Rafah et en appelant à un cessez-le-feu immédiat.

« Le monde est témoin des crimes et des violations les plus odieux contre le peuple palestinien », a-t-il ajouté.

Le chef de la diplomatie égyptienne s’exprimait, avec ses homologues de la Ligue arabe, devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui tient sa 55e session à Genève.

Il a déploré que certains des 47 pays membres du Conseil refusent de prendre pour Gaza les mesures fermes qu’ils ont prises dans le cadre d’autres conflits, critiquant une politique d’un poids deux mesures.

« Il semble que la vie à Gaza ne mérite pas suffisamment leur attention, que le massacre de dizaines de milliers d’enfants ne parvient pas à ébranler leur conscience, bien sensible à d’autres sujets », a-t-il déclaré.

« La vie des enfants de Gaza a apparemment moins de valeur que celle des autres (…). Cela augure d’un effondrement du système international, y compris de ce conseil », a-t-il ajouté.

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a lui déclaré que le monde « ne peut pas continuer à fermer les yeux » sur le « désastre humain sans précédent » à Gaza.

Le ministre marocain des affaires étrangères, Nasser Bourita, lors d’une conférence de presse après s’être entretenu avec son homologue espagnol, à Rabat, au Maroc, le 3 juin 2019. (Crédit : AP/Mosa’ab Elshamy)

La ministre qatarie de la Coopération internationale, Lolwah Al-Khater, a elle estimé que Gaza était le théâtre d’une « guerre génocidaire », et que la situation en Cisjordanie occupée se détériorait.

« Le parrainage par certaines puissances mondiales de cette exception israélienne au-dessus du droit international devrait cesser », a-t-elle déclaré au Conseil.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.