Meir Porush : La fermeture de quartiers haredi est une « injustice »
Rechercher

Après Rivlin, Netanyahu condamne les incitations contre les ultra-orthodoxes

9 nouveaux cas en Cisjordanie ; Jérusalem et Bnei Brak comptent encore le nombre le plus élevé de porteurs

  • Des policiers et des soldats israéliens à un poste de contrôle temporaire à Jérusalem, pour vérifier que les gens ne désobéissent pas aux ordres du gouvernement visant à empêcher la propagation du coronavirus, 5 avril 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
    Des policiers et des soldats israéliens à un poste de contrôle temporaire à Jérusalem, pour vérifier que les gens ne désobéissent pas aux ordres du gouvernement visant à empêcher la propagation du coronavirus, 5 avril 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)
  • Des employés du Magen David Adom et une équipe médicale de Shaare Tzedek, portant des équipements de protection contre le coronavirus, aux abords de la nouvelle unité de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 2 avril 2020 (Crédit :  Nati Shohat/Flash90)
    Des employés du Magen David Adom et une équipe médicale de Shaare Tzedek, portant des équipements de protection contre le coronavirus, aux abords de la nouvelle unité de l'hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 2 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
  • Un homme israélien est reçu à l'Institut national d'assurance. (Photo d'illustration: Flash90)
    Un homme israélien est reçu à l'Institut national d'assurance. (Photo d'illustration: Flash90)
  • La police patrouille sur Jaffa Street à Jérusalem, le 28 mars 2020 (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
    La police patrouille sur Jaffa Street à Jérusalem, le 28 mars 2020 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • La police installe des checkpoints temporaires à l'entrée de la ville de Bnei Brak, le 3 avril 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    La police installe des checkpoints temporaires à l'entrée de la ville de Bnei Brak, le 3 avril 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • Des policiers israéliens, en tenue de protection, arrivent dans une yeshiva dans la ville israélienne de Bnei Brak le 2 avril 2020, pour s'assurer que les mesures de distanciation sociale imposées par les autorités israéliennes visant à freiner la propagation du nouveau coronavirus sont respectées. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
    Des policiers israéliens, en tenue de protection, arrivent dans une yeshiva dans la ville israélienne de Bnei Brak le 2 avril 2020, pour s'assurer que les mesures de distanciation sociale imposées par les autorités israéliennes visant à freiner la propagation du nouveau coronavirus sont respectées. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
  • Des policiers évacuent des membres ultra-orthodoxes de la yeshiva Ponevezh à Bnei Brak, dans le cadre du confinement en pleine pandémie,le  2 avril 2020 (Crédit : Flash90)
    Des policiers évacuent des membres ultra-orthodoxes de la yeshiva Ponevezh à Bnei Brak, dans le cadre du confinement en pleine pandémie,le 2 avril 2020 (Crédit : Flash90)
  • Une ambulance du Magen David Adom, à Bnei Brak, le 1er avril 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
    Une ambulance du Magen David Adom, à Bnei Brak, le 1er avril 2020. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le Times of Israël en français suit pour vous les informations liées au coronavirus en Israël et dans le monde :

Dalia Salmona, 84 ans, 6e victime dans une maison de retraite de Beer Sheva

L’identité de la sixième victime de la pandémie de coronavirus dans une maison de retraite de Beer Sheva a été révélée dimanche : Elle s’appelait Dalia Salmona et elle était âgée de 84 ans.

Selon la Treizième chaîne, Salmona avait travaillé comme chef-infirmière au centre médical Soroka, dans la ville, jusqu’à sa retraite. Elle aurait souffert de démence sénile.

Elle laisse derrière elle trois enfants et des petits-enfants.

« Elle était une femme merveilleuse et elle aidait beaucoup », a déclaré sa petite-fille.

Les allocations chômage et les aides ne seront pas versées avant Pessah

Le chef de l’Institut national d’assurance a déclaré que les allocations chômage et les aides d’urgence ne seront pas versées avant la fête de Pessah.

« Malheureusement et malgré nos efforts, nous ne serons pas en mesure de planifier et de verser les allocations chômage, a déclaré Meir Spiegler au quotidien Maariv. Il a ajouté qu’il espérait que les aides d’urgence pour les enfants pourraient être traitées avant la fête mais que celles pour les seniors ne pourraient clairement pas être versées dans ce délai.

« Habituellement, nous devons traiter 17 000 demandes d’allocation chômage chaque mois, mais nous en avons maintenant plus d’un million. Ce mois, nous allons payer 700 000 à 800 000 avances des 1 000 à 2 000 shekels pour les employés qui ont été mis au chômage technique. Les systèmes ne sont pas conçus pour cela », a-t-il souligné.

Israël a plus d’un million de citoyens au chômage pour la première fois de son existence, alors que la pandémie de coronavirus met à l’arrêt de plus en plus d’entreprises.

La semaine dernière, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait annoncé que les familles recevraient un versement en une seule fois de 500 shekels par enfant (environ 127 euros) jusqu’au quatrième enfant, avant la fête. Il y aura aussi une aide pour les seniors, avait-il déclaré. Il avait précisé que ces versements seraient approuvés par une loi d’urgence, et que les paiements seraient directement versés sur les comptes en banque, sans devoir remplir de la paperasse.

Il avait promis que les paiements seraient effectués avant Pessah.

Des soldats forcés à s’isoler dans une pièce fermée et sans eau

Deux militaires issus d’un bataillon de patrouille, dans le désert, ont expliqué dimanche avoir été envoyés à l’isolement dans une pièce fermée, dans un poste de l’armée abandonné, sans électricité ni eau courante. Ils avaient passé du temps à proximité d’un individu qui était atteint du coronavirus.

Les soldats ont expliqué à la chaîne publique Kan avoir été placés en quarantaine dans une pièce verrouillée à proximité de la frontière égyptienne et qu’ils avaient été, pendant de longues périodes, privés d’alimentation.

Ils ont précisé ne pas avoir vu de médecin pendant leur mise à l’isolement.

« J’ai voulu charger mon téléphone cellulaire, je leur ai dit que j’avais des problèmes psychologiques et que je voulais partir mais personne ne m’a répondu », a dit l’un des soldats.

En réponse, l’armée a fait savoir que les soldats avaient été nourris comme les autres militaires et qu’ils avaient eu accès à une salle de bains.

« Nous comprenons qu’il y ait un sentiment d’insatisfaction qui puisse survenir en isolement, mais ce dernier a visé à protéger la structure de la compagnie, en prenant en considération au maximum l’état de santé des combattants et en s’inquiétant au mieux de leurs besoins personnels », a dit l’armée.

Le chef du Commandement central en quarantaine

Le chef du Commandement central, le général de division Nadav Padan, a été envoyé en quarantaine après avoir été en contact avec un civil qui aurait contracté le coronavirus, a fait savoir l’armée dimanche.

Tsahal a noté que l’officier s’isolerait dans son bureau et qu’il continuerait à effectuer son travail habituel.

« Le général se sent bien et il ne présente aucun symptôme », a indiqué l’armée.

— Judah Ari Gross

Annonce d’un approvisionnement plus important en œufs

Le chef de l’association israélienne des aviculteurs en Israël a évoqué dimanche la grave pénurie d’œufs dans le pays.

« Tout le monde est confiné à domicile et un oeuf peut constituer un repas entier – c’est pour cette raison que la consommation d’œufs est bien plus importante que d’habitude. Nous allons travailler à fournir davantage d’œufs au pays », a déclaré Moti Alkabetz au micro de la radio militaire.

Les responsables ont fait savoir que la pénurie n’était pas due à des problèmes d’approvisionnement mais à des achats de panique poussant les citoyens à stocker.

Le bureau du Premier ministre a expliqué vendredi qu’Israël allait subventionner un transport aérien de millions d’œufs en amont de la fête de Pessah.

Itamar Grotto : Les transports publics entre les villes haredi doivent cesser

Itamar Grotto, vice-directeur-général du ministère de la Santé, a expliqué dimanche à un panel de la Knesset dont les travaux se consacrent à l’épidémie de coronavirus que les transports publics entre les villes ultra-orthodoxes devaient être interrompus pour mettre un terme à la propagation du COVID-19 potentiellement mortel.

« Nous oeuvrons à stopper les transports publics entre les villes ultra-orthodoxes pour prévenir davantage de contaminations et de victimes », a-t-il clamé.

Les autorités ont décidé, dimanche matin, de durcir la fermeture de la ville de Bnei Brak, touchée par le virus, coupant les accès entre la municipalité et le reste du pays et renforçant les efforts d’assistance aux résidents et d’évacuation des personnes atteintes par la maladie.

Les autorités songeraient à prendre des mesures similaires pour d’autres villes ayant connu une irruption majeure du virus – qui comportent, pour un grand nombre d’entre elles, de larges populations ultra-orthodoxes.

Itamar Grotto, directeur général adjoint du ministère de la Santé israélien. (Twitter)

Jérusalem et Bnei Brak comptent encore le nombre le plus élevé de porteurs

Selon des chiffres du ministère de la Santé révélés ce dimanche, c’est la ville de Jérusalem qui arrive en tête du classement en termes de nombre de malades atteints par le coronavirus. Bnei Brak, ville bien plus petite et à la population majoritairement ultra-orthodoxe, arrive deuxième.

Il y a 1 302 cas de coronavirus dans la capitale, forte d’une population avoisinant le million de résidents. Bnei Brak, pour sa part, compte 1 214 cas pour environ 200 000 habitants.

Meir Porush : La fermeture de quartiers haredi est une « injustice »

Meir Porush, député du parti Yahadout HaTorah, a estimé dimanche que la fermeture de quartiers ultra-orthodoxes, imposée en raison de l’épidémie de coronavirus, était une « injustice ».

L’imposition d’une fermeture des quartiers et des villes ultra-orthodoxes est une injustice. L’armée n’a pas les compétences pour entrer dans une ville dont il ne connaît pas la population – les gens refuseront d’autoriser les soldats à les évacuer », a-t-il affirmé au micro de la radio militaire en faisant référence à la fermeture de la ville de Bnei Brak, où les soldats devraient procéder à l’évacuation des personnes âgées.

Le député, membre du parti du ministre de la Santé Yaakov Litzman, Yahadout HaTorah, a ajouté que l’implication de Tsahal dans la distribution de produits essentiels aux résidents de la ville dorénavant confinée n’était pas nécessaire.

« Vous pensez vraiment qu’ils ne distribuaient pas de colis alimentaires là-bas avant le coronavirus ? Les ultra-orthodoxes rient de l’idée que les soldats puissent se trouver dans l’obligation de distribuer à manger aux personnes âgées de la ville », a-t-il commenté.

Le député Meir Porush (Yahadut Hatorah) s’est menotté au podium de la Knesset en juillet 2013 pour manifester contre le projet de loi de conscription des ultra-orthodoxes. Des centaines de milliers de haredim sont attendus lors d’une manifestation contre le projet, à Jérusalem, dimanche après-midi. (Crédit : Flash90)

9 nouveaux cas de coronavirus en Cisjordanie, selon l’AP

Kamal al-Shakhra, directeur-général des premiers soins au sein du ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, a annoncé dimanche qu’il y avait neuf nouveaux cas de coronavirus en Cisjordanie.

Jusqu’à présent, les autorités palestiniennes ont indiqué que 226 personnes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza avaient été infectées par le COVID-19, avec 21 malades ayant finalement guéri.

Il y a eu un décès des suites de la maladie.

— Adam Rasgon

Rivlin exhorte à ne pas faire de généralisations sur les ultra-orthodoxes

Le président Reuven Rivlin a commenté les critiques émises à l’encontre de la communauté ultra-orthodoxe dans le contexte de la pandémie de coronavirus.

« Je veux m’exprimer avec force contre les critiques que je peux entendre sur la communauté ultra-orthodoxe : Nous sommes frères et sœurs et c’est un sentiment mutuel de responsabilité qui nous éclaire et qui nous guide », a dit Rivlin lors d’un appel en vidéoconférence avec le grand rabbin séfarade de Jérusalem Moshe Amar.

« Nous ne devons pas lancer de fausses accusations sur le fait qu’un groupe ou un autre aiderait à propager la maladie, et nous ne devons certainement pas blâmer une communauté toute entière pour les actions de quelques-uns – ce qui arrive dans n’importe quelle société. Nous devons nous abstenir de faire des généralisations au sujet d’une communauté dont la vaste majorité respecte les instructions données par le ministère de la Santé dans ces journées difficiles qui nous mènent à Pessah », a-t-il ajouté.

Le président Reuven Rivlin fait une allocution télévisée depuis sa résidence à Jérusalem, le 25 mars 2020. (Capture d’écran/YouTube)

Écoles et crèches rembourseront les parents pour les services non-assurés

Le ministère de l’Education a fait savoir, dimanche, que les parents seraient remboursés des frais investis pour bénéficier des services qu’ils n’ont pas reçus après la fermeture des écoles et des crèches en raison de la pandémie de coronavirus.

Ces remboursements concerneront les voyages scolaires, les activités culturelles, la cantine et les cours supplémentaires qui ont été supprimés après la fermeture des établissements d’enseignement, le mois dernier.

Les barrages de police entraînent d’énormes embouteillages vers Jérusalem

Les automobilistes ont rapporté d’énormes embouteillages sur les routes en direction de Jérusalem, alors que la police a mis en place des barrages routiers pour vérifier si chaque déplacement était bien justifié.

Il peut y avoir jusqu’à deux heures de retard, selon des médias israéliens.

On observe des ralentissements sur les routes 1 et 443 alors que les forces de l’ordre vérifient qu’il n’y a pas plus de deux personnes par véhicule.

La police contrôle également que les usagers se rendent bien vers la capitale pour un travail urgent ou pour une autre raison autorisée par les directives imposées contre la propagation du COVID-19.

Des passagers ont dû descendre d’un bus allant de Modiin Illit à Jérusalem sur la route 443 après qu’un grand nombre d’entre eux a été pris sans justification pour sortir de leurs maisons, a rapporté la chaîne publique Kan.

Modiin Illit et certains quartiers de Jérusalem seront peut-être encore confinés plus strictement à cause du grand nombre de cas de virus dans ces zones.

Des policiers et des soldats israéliens à un poste de contrôle temporaire à Jérusalem, pour vérifier que les gens ne désobéissent pas aux ordres du gouvernement visant à empêcher la propagation du coronavirus, 5 avril 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi / Flash90)

Séance tendue à la « commission corona » de la Knesset

Le chef de l’hôpital Hadassah a accusé le ministère de la Santé de publier des données inexactes sur le nombre de tests.

« Même si nous pouvions réaliser un million de tests par jour, cela ne nous aiderait pas à relancer l’économie. Ne comptez pas là-dessus pour sortir de la crise », a déclaré le professeur Itamar Grotto, directeur-général adjoint du ministère de la Santé.

« Pour l’instant, nous avons réalisé 103 000 tests, c’est un des taux les plus hauts dans le monde », a déclaré Grotto.

Il a alors été interrompu par le président de la commission, le député (Yesh Atid) Ofer Shelah, qui a cité le chiffre de 75 000 tests fourni aux élus par le service de recherche de la Knesset. Il a ensuite demandé à Grotto d’expliquer la différence.

Le député Ofer Shelah de Yesh Atid assiste à une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 30 avril 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Grotto a noté qu’il y a eu des milliers de nouveaux tests pour des individus déjà testés auparavant.

Le professeur Zeev Rotstein, directeur de l’hôpital Hadassah a ensuite lancé : « Les données du ministère de la Santé sont inexactes, c’est le moins que l’on puisse dire ».

Grotto a rétorqué : « Ah Rotstein, si vous continuez ainsi, croyez-moi, ça ne va pas bien marcher. Je pense que nos données sont correctes, j’ai des données 100 fois plus correctes que les vôtres, alors arrêtez de dire n’importe quoi ».

Il a demandé aux membres de la commission de ne plus l’auditionner en même temps que Rotstein.

« Si c’est ça le dialogue où je ne fais que l’écouter, alors je vous dis merci et je pars », a déclaré Rotstein.

« Choisissez si vous me voulez moi ou Rotstein, qui n’a même pas un diplôme en santé publique », a répondu Grotto.

L’agent aéroportuaire, qui était dans un état grave, se rétablit du COVID-19

Un employé de l’aéroport Ben Gurion, qui avait contracté le coronavirus et qui était dans un état grave, s’est remis du COVID-19, a annoncé l’hôpital Ichilov de Tel Aviv.

Yehuda Dror n’avait pas voyagé à l’étranger et il n’avait pas été en contact avec un porteur du virus. Les autorités avaient commencé par refuser de le tester au COVID-19, même s’il travaillait à l’aéroport Ben Gurion.

« Yehuda respire déjà de lui-même et communique avec les personnes présentes autour de lui. Dans les prochains jours, il sera le premier patient à être admis à l’unité de rééducation respiratoire du COVID-19 qui ouvre à l’hôpital », a déclaré l’établissement.

L’état de Dror s’est détérioré et il a été placé sous sédatif et branché à un respirateur. Il s’agissait de la deuxième personne en Israël atteinte du COVID-19 à être considérée dans un état grave. L’autre patient était un conducteur de bus qui a également guéri. Il a pu sortir de l’hôpital la semaine dernière.

Aviv Kohavi, sorti de l’isolement, rend visite aux soldats opérant à Bnei Brak

Le chef de l’armée israélienne Aviv Kohavi a rendu visite à la ville de Bnei Brak durement touchée par le COVID-19. Il a rencontré les hauts-gradés et les soldats en poste dans la banlieue ultra-orthodoxe de Tel Aviv.

« L’expression ‘armée du peuple’ prend tout son sens au vu des soldats israéliens qui effectuent cette mission pour sauver des vies. C’est l’expression d’une responsabilité réciproque envers le peuple d’Israël. Nous allons continuer à renforcer notre aide auprès des autorités locales, partout où c’est nécessaire, rapidement et à grande échelle. Je suis fier de votre action », a déclaré Kohavi lors de la visite.

Plus tôt aujourd’hui, deux bataillons de la 98ème division de parachutistes ont commencé à opérer à l’intérieur de Bnei Brak, l’une des villes les plus durement touchées par l’épidémie de coronavirus. Les soldats ont apporté de la nourriture et d’autres produits de première nécessité aux seniors résidant dans la ville et à d’autres personnes dans le besoin.

Lors de la visite de Kohavi, il a rencontré le commandant de la 98ème division, le général de brigade Yaron Finkleman et d’autres officiers. Il a également observé certaines opérations de distribution de nourriture et a écouté les projets de l’unité pour ses futures activités, a fait savoir l’armée.

Kohavi et deux autres généraux sont entrés en quarantaine la semaine dernière après avoir participé à une réunion avec un officier qui avait ensuite été testé positif au COVID-19.

— Judah Ari Gross

Un porteur du virus, censé être en quarantaine, arrêté dans un bus

La police a arrêté un homme porteur du coronavirus qui aurait sciemment enfreint sa quarantaine, alors qu’il était dans un bus public en direction de Jérusalem.

Selon la Douzième chaîne, l’homme se savait porteur du COVID-19, mais il a tout de même pris le bus 960 à Haïfa.

Sa famille a appelé la police pour les alerter du danger après qu’il a ignoré sa mise en quarantaine et a pris un bus en direction de Jérusalem, a rapporté la chaîne.

Il était revenu d’un séjour à l’étranger il y a 13 jours et, ce matin, il a été informé qu’il avait été testé positif au COVID-19.

On ne savait pas précisément s’il était en quarantaine à l’hôpital ou dans un établissement géré par l’Etat.

Les 34 autres passagers à bord du bus ont été envoyés en quarantaine après que le bus a été arrêté sur la route 1, a déclaré la police.

Des images vidéo montrent le suspect, un homme ultra-orthodoxe âgé d’une trentaine d’années et originaire de l’implantation de Beitar Illit, emmené vers une ambulance par des urgentistes de Magen David Adom portant une tenue de protection médicale. Il serait connu des services sociaux de son implantation.

Si les informations sont exactes, et qu’il a sciemment mis en danger la santé publique, il risque jusqu’à sept ans de prison, a déclaré la Douzième chaîne.

La policière Sigal Bar-Tzvi a déclaré à la Douzième chaîne qu’il s’agit du troisième ou quatrième incident où une personne se sachant infectée a quitté un hôpital ou un établissement de mise en quarantaine, mettant ainsi en danger la santé publique. Elle a déclaré qu’il y avait eu un autre incident dans le nord où un patient avait emprunté les transports publics.

Bar-Tzi a ajouté que le chauffeur du bus 960 avait écopé d’une amende de 5 000 shekels (1 273 euros) parce qu’il avait dépassé la limite autorisée en transportant plus de 25 passagers dans le bus.

3 employés municipaux agressés dans un quartier haredi

Trois employés de la municipalité de Jérusalem ont été agressés dans le quartier ultra-orthodoxe de Shmuel Hanavi.

L’un des ouvriers a été blessé au torse par un coup de couteau et a été transporté à l’hôpital, selon le site d’information Ynet.

La police aurait arrêté trois suspects en lien avec l’attaque.

Les trois employés sont des résidents du camp de réfugiés de Shuafat à Jérusalem est, a fait savoir la chaîne publique Kan.

« Je condamne le comportement violent de toute part, contre tout groupe et particulièrement contre les employés municipaux de Jérusalem qui font leur travail avec dévouement pour la ville et ses résidents », a déclaré le maire Moshe Lion.

Le taux de chômage grimpe en flèche à Eilat à 70 % depuis la fin février

Le taux de chômage à Eilat a augmenté à près de 70 %, en faisant de la ville la plus durement touchée économiquement par le COVID-19.

Selon l’agence de l’emploi israélienne, 3,3 % des résidents étaient sans emploi à la fin février, un chiffre qui a augmenté pour atteindre les 69,3 % pendant le mois de mars.

Eilat, une station balnéaire populaire située sur la mer Rouge, dispose de nombreux hôtels et d’autres industries liées au tourisme, qui ont été particulièrement affectées par la pandémie du COVID-19.

Après Eilat, les villes avec le plus fort taux de chômage étaient Beitar Illit, Nazareth, avec respectivement 52,1 % et 46,3 % de la population active sans emploi.

Ce matin, 25 % de la population active israélienne était sans emploi, avec 1 050 000 chômeurs.

Une femme de 98 ans meurt du COVID-19 à Jérusalem, le 48e décès

Une femme de 98 ans hospitalisée au centre médical Shaare Zedek est décédée dimanche des suites du coronavirus.

L’hôpital a fait savoir dans un communiqué que la victime, arrivée hier dans l’établissement dans un état grave, présentait des « facteurs de comorbidité compliqués », sans donner d’autres détails.

Les résultats du test à la maladie étaient revenus positifs cet après-midi, selon les médecins.

Elle est la 48e personne au sein de l’Etat juif à décéder des suites du COVID-19.

Les assistants parlementaires de Bnei Brak interdits d’entrée à la Knesset

A partir de lundi, les assistants parlementaires et employés à la Knesset qui vivent à Bnei Brak ne seront plus autorisés à entrer au sein de la Knesset.

La Knesset a ajouté dimanche que cette initiative, qui survient alors que cette ville majoritairement ultra-orthodoxe a été déclarée « zone restreinte », avait été ordonnée par des responsables du ministère de la Santé.

Coronavirus en Iran : 5e jour de baisse des nouveaux cas

La propagation du nouveau coronavirus en Iran a ralenti pour le cinquième jour de suite, selon les chiffres publiés dimanche par les autorités, qui ont aussi annoncé entrevoir une reprise progressive de certaines activités économiques à partir du 11 avril.

La maladie Covid-19 a fait 151 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures, ce qui porte à 3 603 morts le bilan officiel de l’épidémie en Iran, a déclaré le porte-parole du ministère de la Santé, Kianouche Jahanpour, lors de son point-presse quotidien.

Dans le même temps, le pays a enregistré 2 483 nouvelles contaminations, selon M. Jahanpour.

Ce chiffre témoigne d’une baisse des nouveaux cas quotidiens pour le cinquième jour d’affilée après le pic de 3 111 cas journaliers atteint le 31 mars.

Au total, 58 226 cas ont été déclarés officiellement en Iran, l’un des pays les plus touchés par la pandémie de Covid-19. Certains, à l’étranger, soupçonnent néanmoins les chiffres officiels iraniens d’être sous-estimés.

Le ministère de la Défense devrait-il superviser la gestion de la crise ?

Les experts de la Douzième chaîne en Défense et en Santé se sont mêlés à l’épineux débat pour savoir si Israël gérait efficacement la crise du COVID-19, et si le ministère de la Défense devrait être chargé de cette mission.

Roni Daniel, l’analyste militaire de la chaîne, a déclaré qu’il était « temps de mettre un terme à cette gestion pathétique » de la réponse israélienne à l’épidémie et d’appeler le Commandement de Front intérieur de Tsahal à prendre les commandes des opérations.

Yoav Even, le journaliste santé, a dit qu’il n’était « pas d’accord avec la description ‘pathétique’ » et qu’il revenait au Premier ministre Netanyahu de trancher la question.

Un Israélien, qui a guéri du virus, donne son plasma sanguin

Un docteur israélien qui a guéri du COVID-19 a fait don de son plasma sanguin. Il espère qu’il contient des anticorps qui pourront aider les personnes infectées à guérir du coronavirus.

« Je donne le plasma pour l’utiliser dans le traitement du coronavirus », a déclaré le docteur Ofer Rak, chirurgien orthopédique, à la Douzième chaîne d’information. Il s’exprimait depuis la banque de sang de Magen David Adom, où le professeur Eilat Shinar du MDA supervise la procédure.

Rak a contracté le virus lors d’un séjour au ski en Italie. Il a été soigné à l’hôpital Ichilov à Tel Aviv, où il travaille.

La Douzième chaîne a noté qu’un hôpital israélien de premier plan utilise déjà le plasma de patients qui ont guéri du virus pour traiter d’autres patients. De nombreux hôpitaux dans le monde ont commencé à suivre cette procédure. La chaîne a expliqué que beaucoup d’entreprises pharmaceutiques travaillent pour produire le traitement.

Bennett : l’armée est prête à intervenir dans d’autres villes si nécessaire

Le ministre de la Défense Naftali Bennett s’est rendu dimanche dans la ville de Bnei Brak. Il a rencontré des officiers de l’armée responsables de la supervision de la mission d’assistance des militaires dans cette localité durement touchée par le coronavirus, a fait savoir son bureau.

Bennett a expliqué que l’armée a distribué jusqu’à présent 12 000 repas chaud aux personnes âgées de Bnei Brak, aux personnes bénéficiant d’un soutien social et à celles qui se trouvent dans l’incapacité de quitter leurs appartements.

« L’armée israélienne et le Commandement intérieur sont prêts à intervenir dans toutes les villes où ils seront nécessaires. Cela réchauffe le cœur. Ensemble, nous viendrons à bout du coronavirus », a dit Bennett.

Le ministre de la Défense, Naftali Bennett (d), en visite dans la ville de Bnei Brak, touchée par le virus, le 5 avril 2020. (Crédit : autorisation)

— Judah Ari Gross

20 000 fidèles d’une congrégation musulmane mis en quarantaine au Pakistan

Quelque 20 000 fidèles ayant participé malgré la progression du Covid-19 à un rassemblement géant d’un mouvement rigoriste musulman à Lahore ont été mis en quarantaine, ont annoncé dimanche les autorités pakistanaises, qui en recherchent toujours des dizaines de milliers d’autres.

Face à la propagation du nouveau coronavirus, le gouvernement avait interdit cette itjema, une réunion de masse du Tablighi Jamaat. Mais ses organisateurs étaient passés outre et, selon eux, plus de 100 000 personnes en provenance de 70 pays s’étaient retrouvées à cette occasion du 10 au 12 mars dans les environs de la capitale du Pendjab (est).

Ces fidèles, que les autorités voudraient désormais soumettre à des tests pour savoir s’ils sont porteurs du virus, se sont depuis éparpillés au Pakistan et hors de ses frontières.

Dans la seule ville de Lahore, 7 000 de ces missionnaires musulmans ont été jusqu’à présent mis en quarantaine, tandis que 8 000 autres ont subi le même sort dans la province méridionale du Sindh et 5 300 dans celle de Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), dont « certains ont été testés positifs », a déclaré dimanche à l’AFP Ajmal Wazir, un porte-parole de l’administration cette région.

Au moins 154 tablighis ont également jusqu’ici été testés positifs au Covid-19 au Pendjab et dans le Sindh, dont au moins deux sont morts après avoir participé à l’itjema, selon les autorités.

Les deux premiers cas officiellement déclarés de coronavirus dans l’enclave palestinienne de la bande de Gaza étaient des personnes qui avaient pris part au rassemblement à Lahore, selon la représentation palestinienne à Islamabad. Au moins 45 personnes sont mortes des suites de la pandémie au Pakistan, un pays de 200 millions d’habitants dont le système de santé est en déshérence.

Netanyahu condamne les incitations présumées contre les ultra-orthodoxes

Après le président, c’est au tour du Premier ministre Netanyahu de condamner ce qu’il a qualifié « d’incitations sauvages » à l’encontre de la communauté ultra-orthodoxe israélienne dans un contexte d’épidémie de coronavirus.

Netanyahu a expliqué que le public haredi avait « intériorisé » le danger représenté par le COVID-19 ainsi que les restrictions émises par le ministère de la Santé pour réduire sa propagation.

« L »épidémie de coronavirus ne fait pas de différence entre ultra-orthodoxes et laïcs, entre Juifs et Arabes. Nous n’en faisons pas non plus. Cette guerre est la nôtre à tous », a-t-il écrit dans un communiqué.

Ce communiqué ne nomme pas la source de ces incitations présumées mais il semble désigner toutefois Rina Matzliah, une présentatrice de la Douzième chaîne qui a été vivement dénoncée pour ses critiques de la communauté au cours d’une émission en direct qui avait été diffusée vendredi.

Le matériel médical en provenance de Chine décolle pour Israël

Onze avions contenant du matériel médical, dont des respirateurs, des masques et des combinaisons de protection, arriveront en Israël en provenance de Chine dans les prochains jours, le premier venant de décoller, selon le ministère de la Défense.

Le ministère dit qu’il a coordonné l’effort aux côtés du ministère des Affaires étrangères, El Al et Israel Chemicals.

Le premier avion, qui doit arriver demain matin, contenait 900 000 masques chirurgicaux, un demi-million de combinaisons de protection et d’autres équipements médicaux. Des équipements de protection supplémentaires arriveront dans les prochains jours, aux côtés de plusieurs respirateurs.

Deux avions El Al s’envoleront pour Israël depuis la Chine chaque jour pendant le reste de la semaine, selon le ministère.

Le Magen David Adom a effectué 5 000 tests aujourd’hui

Eli Ben, le chef des services d’urgence du Magen David Adom, a déclaré que le MDA avait effectué 5 000 tests de coronavirus aujourd’hui, soit beaucoup moins que les plus de 7 000 qu’il a pu faire en une seule journée la semaine dernière et largement moins que les objectifs quotidiens fixés par le Premier ministre Netanyahu.

La baisse des tests intervient au milieu d’une pénurie de réactifs utilisés pour traiter les tests, bien que le ministère de la Santé ait déclaré plus tôt dans la journée avoir trouvé une « solution » non spécifiée pour permettre d’autres tests.

Barabash : la situation générale actuelle en Israël « bien meilleure »

Le professeur Gabi Barabash, ancien directeur général du ministère de la Santé, a déclaré que la situation générale actuelle dans la bataille d’Israël contre le coronavirus « était bien meilleure » qu’elle ne l’était.

« Nous sommes passés d’un doublement de nouveaux cas tous les six jours à un doublement tous les 11 jours », explique-t-il sur le plateau de la Douzième chaîne.

C’est en dépit de ce qui se passe à Bnei Brak et dans d’autres régions durement touchées, précise-t-il, et c’est « grâce aux confinements … j’espère que les gens maintiendront » la discipline du séjour à la maison, dit-il.

Le souci est d’éviter une nouvelle hausse à cause de Pessah. Si les chiffres restent ainsi, « cela donne aux autorités un bien meilleur point de départ », dit-il, pour envisager d’assouplir certaines des restrictions après la Pâque juive.

Deri songe à imposer un confinement général la première nuit de Pessah

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri, a déclaré à la Douzième chaîne que le gouvernement envisageait d’imposer un confinement général à Israël pendant la première nuit de Pessah, qui commence mercredi soir.

Deri appelle les Israéliens à se préparer à cette fermeture potentielle et dit que quiconque conduira ce soir-là devra expliquer pourquoi ils est sorti.

Il a également déclaré qu’en vertu de nouvelles restrictions de circulation qui devraient être introduites dans un certain nombre de zones ayant un taux élevé d’infections, Jérusalem sera divisée en huit zones, les résidents ne pouvant faire leurs achats qu’à l’intérieur des limites de ces zones.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...

Meir Porush : La fermeture de quartiers haredi est une « injustice »

Meir Porush, député du parti Yahadout HaTorah, a estimé dimanche que la fermeture de quartiers ultra-orthodoxes, imposée en raison de l’épidémie de coronavirus, était une « injustice ».

L’imposition d’une fermeture des quartiers et des villes ultra-orthodoxes est une injustice. L’armée n’a pas les compétences pour entrer dans une ville dont il ne connaît pas la population – les gens refuseront d’autoriser les soldats à les évacuer », a-t-il affirmé au micro de la radio militaire en faisant référence à la fermeture de la ville de Bnei Brak, où les soldats devraient procéder à l’évacuation des personnes âgées.

Le député, membre du parti du ministre de la Santé Yaakov Litzman, Yahadout HaTorah, a ajouté que l’implication de Tsahal dans la distribution de produits essentiels aux résidents de la ville dorénavant confinée n’était pas nécessaire.

« Vous pensez vraiment qu’ils ne distribuaient pas de colis alimentaires là-bas avant le coronavirus ? Les ultra-orthodoxes rient de l’idée que les soldats puissent se trouver dans l’obligation de distribuer à manger aux personnes âgées de la ville », a-t-il commenté.

Le député Meir Porush (Yahadut Hatorah) s’est menotté au podium de la Knesset en juillet 2013 pour manifester contre le projet de loi de conscription des ultra-orthodoxes. Des centaines de milliers de haredim sont attendus lors d’une manifestation contre le projet, à Jérusalem, dimanche après-midi. (Crédit : Flash90)