L’UE « consternée » après la mort de deux Gazaouis, tués par la sécurité du Hamas
Rechercher

L’UE « consternée » après la mort de deux Gazaouis, tués par la sécurité du Hamas

Hassan Abu Zayed et Imad al-Tawil ont perdu la vie suite à des altercations avec les forces de sécurité du Hamas ; des groupes palestiniens demandent des enquêtes indépendantes

Des agents de sécurité du Hamas montent la garde sur la route principale du camp de réfugiés de Jebaliya dans la Bande de Gaza, 30 octobre 2020. (Crédit : Adel Hana / AP)
Des agents de sécurité du Hamas montent la garde sur la route principale du camp de réfugiés de Jebaliya dans la Bande de Gaza, 30 octobre 2020. (Crédit : Adel Hana / AP)

L’Union européenne a fait savoir, mardi, être « consternée » suite à la mort de deux résidents de Gaza pendant ou à la suite immédiate d’altercations avec les forces de sécurité du Hamas. Des groupes de défense des droits de l’homme palestiniens réclament, de leur côté, des enquêtes indépendantes sur ces deux décès.

Hassan Abu Zayed, résident de Gaza âgé de 27 ans, était vendredi soir au volant de sa voiture quand il a été pris pour cible par les forces du Hamas qui ont ouvert le feu dans sa direction. Ces dernières ont prétendu qu’il avait accéléré à travers un checkpoint. L’homme, touché, a succombé à ses blessures.

Selon le ministère de l’Intérieur du Hamas, les forces de sécurité ont remarqué une voiture qui a accéléré en leur direction alors qu’ils se trouvaient au checkpoint du quartier al-Tuffah, à l’est de Gaza Ville. Le conducteur a ignoré les appels lancés par les forces de sécurité qui lui demandaient de s’arrêter, a ajouté le porte-parole du ministère Iyad Bozm.

« Les forces de l’ordre ont tiré deux fois sur le véhicule qui ne s’est pas immobilisé et qui a cherché à fuir. Il est ultérieurement apparu clairement que l’un des passagers avaient été touché. Il a été évacué vers l’hôpital où il a finalement succombé à ses blessures », a poursuivi al-Bozm.

Mais la Commission indépendante pour les droits de l’homme, qui a présenté en son nom un médecin qui a participé à l’autopsie de la victime, a déclaré qu’il y avait des incohérences entre le récit des faits livré par les autorités et l’examen médico-légal qui a été pratiqué sur la dépouille de la victime.

De plus, Imad Tawil, résident de Deir al-Balah âgé de 27 ans, aurait été frappé violemment par la police du Hamas, dimanche matin, au cours d’un raid des officiers dans le camp de réfugiés d’al-Nuseirat. Trente minutes plus tard, Tawil began a commencé à se plaindre de douleurs à la poitrine avant de s’effondrer. Pris en charge dans un hôpital voisin, il est finalement décédé, selon la Commission indépendante pour les droits de l’homme.

L’Union européenne ainsi que plusieurs groupes de défense des droits de l’homme palestiniens ont réclamé des enquêtes indépendantes dans les deux incidents.

« Une enquête entière, indépendante et transparente doit être immédiatement effectuée de manière à ce que les coupables soient traduits devant la justice », a écrit sur Twitter l’envoyé de l’Union européenne chez les Palestiniens.

Des mouvements de protestation ont secoué toute la Cisjordanie, le mois dernier, suite à la mort de Nizar Banat, une personnalité de l’opposition, alors qu’il se trouvait sous la garde des services de sécurité de l’Autorité palestinienne.

Les manifestations, au cours desquelles des milliers de personnes sont descendues dans les rues à Hébron et à Ramallah, ont été brutalement réprimées par les agents palestiniens. Des groupes de défense des droits de l’homme ont expliqué que certains protestataires avaient été frappés avec violence pendant la dispersion des manifestations. Les téléphones ou les caméras de certains manifestants ont été détruits ou volés afin de les empêcher de partager des images des brutalités.

De son côté, Gaza a connu un calme relatif depuis la mort des deux hommes, même si leurs funérailles ont attiré des centaines de personnes en deuil dans les quartiers où ils habitaient, selon les médias locaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...