L’UE envisage une aide pour les réfugiés syriens en Turquie, Liban et Jordanie
Rechercher

L’UE envisage une aide pour les réfugiés syriens en Turquie, Liban et Jordanie

L'UE souhaite revoir son assistance et "passer de l'aide humanitaire au soutien socio-économique et au développement", compte tenu de la durée du conflit en Syrie

Photo d'illustration de réfugiés syriens, le 29 mai 2014. (AFP/Anwar Amro)
Photo d'illustration de réfugiés syriens, le 29 mai 2014. (AFP/Anwar Amro)

La Commission européenne va proposer jeudi aux dirigeants des Vingt-Sept réunis en sommet à Bruxelles d’allouer 5,7 milliards d’euros pour financer l’aide aux Syriens réfugiés en Turquie, au Liban et en Jordanie jusqu’en 2024, selon la proposition consultée mercredi par l’AFP.

Une enveloppe de 3,5 milliards d’euros est destinée aux actions en faveur des 3,7 millions de Syriens installés en Turquie pour fuir le conflit dans leur pays.

Une premier financement de 535 millions d’euros a déjà été débloqué pour poursuivre les actions de l’UE en Turquie au cours de l’année 2021, précise le document.

La proposition avait été réclamée par les dirigeants européens en mars mais la Commission a tardé à s’exécuter et s’est attirée des remontrances des États membres auxquels elle n’a a été transmise que mardi, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Elle devait être discutée mercredi par les représentants des États membres. Le projet sera ensuite examiné par les dirigeants européens qui rencontreront le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, invité à leur sommet. M. Guterres est arrivé à Bruxelles mercredi pour des entretiens à la Commission européenne et avec les autorités belges.

Les fonds proviennent du budget commun, mais « les États membres peuvent décider d’ajouter des contributions nationales en fonction de l’évaluation des besoins », a précisé un diplomate européen.

La Commission européenne à Bruxelles. (Crédit : JLogan/Wikipédia)

Les financements européens doivent couvrir « les besoins les plus urgents des réfugiés et des communautés d’accueil, notamment les services de santé et l’éducation, la protection sociale, le développement des compétences et la création d’opportunités d’emploi », souligne la proposition.

L’UE souhaite revoir son assistance et « passer de l’aide humanitaire au soutien socio-économique et au développement », compte tenu de la durée du conflit en Syrie.

Cette démarche permet d’inclure le financement de la gestion des migrations et du contrôle des frontières, notamment à la frontière de la Turquie avec l’UE, souligne la proposition.

L’UE a déjà alloué plus de 6 milliards d’euros pour aider les Syriens réfugiés en Turquie dans le cadre d’un accord avec Ankara. « 4,1 milliards d’euros ont été décaissés et les 2 milliards d’euros restants seront déboursés au cours des prochaines années, notamment dans le domaine des infrastructures », a précisé la Commission.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...