Marée de goudron: Gila Gamliel veut enclencher un investissement vieux de 12 ans
Rechercher

Marée de goudron: Gila Gamliel veut enclencher un investissement vieux de 12 ans

La ministre de l’Environnement s'est mise d’accord avec Netanyahu pour soumettre une proposition au gouvernement et débloquer immédiatement des fonds pour sauver le littoral

Gila Gamliel, ministre de la Protection de l'environnement, et Assaf Izak, chef du conseil régional de Hof Carmel (à droite), reçoivent des conseils lors d'un exercice en vue d'une éventuelle fuite de pétrole de la plate-forme de gaz naturel Leviathan au large de la côte méditerranéenne nord d'Israël, le 6 septembre 2020. (Danny Shlomi, EcoOcean)
Gila Gamliel, ministre de la Protection de l'environnement, et Assaf Izak, chef du conseil régional de Hof Carmel (à droite), reçoivent des conseils lors d'un exercice en vue d'une éventuelle fuite de pétrole de la plate-forme de gaz naturel Leviathan au large de la côte méditerranéenne nord d'Israël, le 6 septembre 2020. (Danny Shlomi, EcoOcean)

Le ministère de la Protection environnementale va tenter de sauver les plages polluées depuis jeudi par le goudron, en obtenant les fonds et le soutien législatif promis il y a un peu plus de dix ans. A cette époque le gouvernement avait élaboré un plan national d’intervention en cas d’accidents et de pollution marine par les hydrocarbures.

La décision du cabinet remontant à 2008, quand Ehud Olmert était Premier ministre, précisait que le ministère pourvoirait aux postes nécessaires et acquerrait tout l’équipement et les voiliers nécessaires pour éviter les contaminations par les hydrocarbures en mer. Cela devait prendre effet trois ans après le 1er janvier 2009.

Le ministère devait négocier avec le Trésor tout financement qu’il ne pourrait compléter dans le cadre du budget 2009.

Le ministère de la Protection de l’environnement de l’époque devait inscrire le plan dans la loi, et se conformer à la Convention internationale pour la lutte et la coopération en matière de pollution par les hydrocarbures, dont Israël est signataire.

Mais le ministère des Finances avait bloqué le transfert de fonds supplémentaires et s’était opposé à l’inscription de la décision dans la loi.

L’actuelle ministre de l’Environnement, Gila Gamliel (Likud), a déclaré dimanche qu’elle s’était mise d’accord avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour soumettre une proposition au gouvernement dès lundi, et débloquer immédiatement des fonds pour sauver le littoral, et inscrire dans la loi le texte.

Aucun détail financier n’a été donné.

Des Israéliens autour d’une baleine de 17 mètres échouée sur la plage de Nitzanim, près de la ville d’Ashkelon, le 19 février 2021. (Crédit : Yossi Aloni / Flash90)

Les autorités israéliennes et des ONG ont ratissé dimanche les côtes d’Israël le long de la Méditerranée après la découverte d’une des plus importantes marées noires de l’histoire du pays.

Cette marée noire est due au déversement de « dizaines à des centaines de tonnes » de bitume d’un navire, selon les premières indications du ministère de l’Environnement.

« En raison de la pollution au bitume des plages et de la mer Méditerranée (…), les ministères de l’Environnement, de la Santé et de l’Intérieur appellent la population à ne pas se rendre à la plage pour s’y baigner ou y faire du sport jusqu’à nouvel ordre », ont-ils indiqué dans un communiqué conjoint.

Des responsables du ministère de l’Environnement, des équipes de l’armée, des civils et des membres d’ONG ont parcouru les côtes du pays afin de ramasser le goudron échoué sur les plages.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est rendu sur les plages d’Ashdod, au sud de Tel-Aviv, afin de participer aux opérations de nettoyage aux côtés de la ministre de l’Environnement Gila Gamliel.

« Nous devons regarder vers le futur. Cet événement et d’autres semblables à travers le monde nous montrent à quel point il est crucial de se détourner des énergies polluantes au profit des énergies renouvelables », a déclaré Mme Gamliel sur place.

Des vents puissants et des vagues inhabituellement hautes avaient secoué les côtes israéliennes la semaine dernière, entrainant le déversement de tonnes de goudron sur les plages, depuis Rosh Hanikra, près du Liban, jusqu’à Ashkelon, à la limite de la bande de Gaza.

Une baleine – un rorqual commun, deuxième plus grande espèce au monde après la baleine bleue – longue de près de 17 mètres, avait par ailleurs été découverte sur une plage près d’Ashkelon.

Dimanche, des experts du gouvernement ont recueilli des échantillons de la dépouille du cétacé qui a ensuite été inhumée dans le sable de la plage par une excavatrice et un bulldozer, a constaté un photographe de l’AFP.

Les autorités israéliennes avaient initialement lié la mort du cétacé aux déversements de pétrole mais l’Autorité israélienne de la nature et des parcs a indiqué vendredi que sa mort « ne peut pas être liée à la pollution au goudron ».

Selon elle, le cétacé, un mâle pesant 25 tonnes, était à un stade avancé de décomposition, faisant remonter sa mort à environ deux semaines avant la pollution.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...