Marius Nacht et le chef de l’hôpital de Sheba iront à la conférence du Bahreïn
Rechercher

Marius Nacht et le chef de l’hôpital de Sheba iront à la conférence du Bahreïn

Avec la propriétaire d'une chaîne de boulangeries, ils font partie du petit nombre de membres du monde des affaires israélien qui participera au sommet économique américain

Le co-fondateur de Check Point Software Technologies, Marius Nacht  (Crédit : autorisation)
Le co-fondateur de Check Point Software Technologies, Marius Nacht (Crédit : autorisation)

L’entrepreneur milliardaire Marius Nacht, co-fondateur de la plus importante firme de cybersécurité, Check Point Software Technologies Ltd. et du fonds de capital-risque aMoon Partners, figurera parmi les quelques représentants du monde des affaires israélien qui assisteront au sommet sur la paix économique organisé par les États-Unis au Bahreïn cette semaine, selon une source proche du dossier.

Le Prof. Yitshak Kreiss, directeur-général du centre médical Sheba depuis 2016, sera également présent à la conférence, a ajouté la source, ainsi que Netta Korin, propriétaire de Bakery 29, un réseau de cafés-boulangeries disséminés dans l’Etat juif.

Un porte-parole du centre médical Sheba a confirmé la présence de Kreiss, expert en médecine interne et ancien médecin-conseil au sein de l’armée israélienne.

Un porte-parole de Marius Nacht n’a pas souhaité commenter.

L’administration américaine et le Bahreïn ont annoncé à la mi-mai qu’ils allaient organiser un atelier économique à Manama les 25 et 26 juin, qui aura pour objectif de « faciliter les débats sur une vision ambitieuse et réalisable et sur un cadre susceptible d’assurer un avenir prospère aux Palestiniens et à la région ».

Le Professeur Yitshak Kreiss, directeur-général du centre médical de Sheba (Autorisation)

Le Prof. Kreiss « ira au Bahreïn et  sera un participant actif, Sheba travaillant d’ores et déjà étroitement avec le ministère palestinien de la Santé en soignant presque 1 500 hommes, femmes et enfants originaires de Gaza et de Cisjordanie chaque année », a déclaré un porte-parole du centre médical Sheba, situé à Ramat Gan, dans un message écrit.

En mars dernier, l’hebdomadaire Newsweek a classé l’établissement dans le Top 10 des meilleurs hôpitaux du monde, « leader dans les sciences médicales et les innovations biotechniques, que ce soit au Moyen-Orient ou dans le monde entier ».

aMoon, l’entreprise de Marius Nacht, est un fonds de capital-risque tourné vers les sciences de la vie, qui investit dans les technologies de la santé innovantes.

Ce dernier a également fondé une organisation à but non-lucratif, appelée 8400 Health Network, dont l’objectif est de rassembler les meilleurs cerveaux au carrefour de la santé et de la technologie pour aider Israël à devenir un acteur majeur en sciences de la vie.

L’entrepreneur milliardaire souhaite également mettre en place une banque numérique au sein de l’Etat juif.

La semaine dernière, le Times of Israel a révélé que Yoav Mordechai, ancien chef du COGAT (Coordinateur des activités du gouvernement dans les territoires) au ministère de la Défense, serait également présent au sommet.

Les responsables américains ont expliqué que la conférence traitera exclusivement du volet économique du prochain plan de résolution du conflit israélo-palestinien mis au point par la Maison Blanche.

L’administration américaine a fait savoir qu’elle n’avait convié « qu’un nombre à un chiffre » d’hommes d’affaires israéliens à l’atelier de travail, avait déclaré au Times of Israel un responsable américain qui s’était exprimé sous couvert d’anonymat, la semaine dernière.

Ni les responsables israéliens, ni les officiels palestiniens n’assisteront au sommet. Les Palestiniens ont refusé d’y participer ou même de dialoguer avec l’administration Trump depuis le transfert de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem. Les responsables israéliens et les ministres du cabinet n’ont, pour leur part, pas été invités.

Samedi, quelques jours avant le début de la conférence, la Maison Blanche a révélé sa proposition visant à redynamiser l’économie palestinienne en offrant une enveloppe d’aides d’un montant de 50 milliards de dollars – des aides dont le versement ne pourra se concrétiser qu’à travers la conclusion d’un accord de paix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...