Rechercher

Mort de Desmond Tutu, icône de la lutte anti-apartheid

L'archevêque anglican a constamment comparé le conflit israélo-palestinien à l'apartheid qui a sévi dans son pays, tout en soutenant le droit d'Israël à exister

Desmond Tutu (Crédit : Wissam Nassar/Flash90)
Desmond Tutu (Crédit : Wissam Nassar/Flash90)

L’archevêque anglican Desmond Tutu, prix Nobel de la Paix, est mort dimanche à 90 ans.

Le président Cyril Ramaphosa a exprimé « sa profonde tristesse » face au décès de ce « patriote sans égal », « intègre et invincible contre les forces de l’apartheid, qui laisse une veuve, « Mama Leah », et leurs quatre enfants.

Cette mort représente « un nouveau chapitre de deuil dans l’adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels » qui « nous ont légué » un pays « libéré », a-t-il estimé, un mois après la mort de Frederik Willem de Klerk, dernier président blanc du pays.

Desmond Tutu n’a jamais hésité à comparer la situation au Proche-Orient à l’apartheid. « C’est une crise des droits de l’homme enracinée dans quelque chose de comparable au système d’apartheid de propriété et de contrôle des terres », avait notamment lancé l’archevêque anglican, au moment du lancement de l’opération israélienne dans la bande de Gaza en juillet 2014.

Desmond Tutu (Crédit : capture d’écran YouTube)

Tutu a également critiqué ouvertement Israël pour son traitement des Palestiniens et ce qu’il a appelé leur « humiliation » par les forces de sécurité israéliennes, appelant à des sanctions et à un boycott mondial pour obliger Israël à changer sa politique et comparant la situation à l’apartheid qu’il a connu en Afrique du sud.

Cependant, il a soutenu le droit d’Israël à exister et a exhorté le chef de l’OLP, Yasser Arafat, à accepter l’existence d’Israël en 1989.

Dans un discours publié en 2002 dans le journal britannique The Guardian, il a déclaré qu’il soutenait le droit d’Israël à « sécuriser les frontières », mais a poursuivi : « Ce qui n’est pas si compréhensible, pas justifié, c’est ce qu’il a fait à un autre peuple pour garantir son existence. J’ai été très profondément affligé lors de ma visite en Terre Sainte ; cela m’a tellement rappelé ce qui nous est arrivé, les Noirs en Afrique du Sud. »

« Dans notre lutte contre l’apartheid », avait-il noté dans le même discours, « les grands partisans étaient le peuple juif ». Se tournant vers Israël et les Palestiniens, il a poursuivi : « Nos frères et sœurs juifs ont-ils oublié leur humiliation ? Ont-ils oublié la punition collective, les démolitions de maisons, dans leur propre histoire si tôt ? Ont-ils tourné le dos à leurs profondes et nobles traditions religieuses ? Ont-ils oublié que Dieu se soucie profondément des opprimés ? Israël n’obtiendra jamais une véritable sécurité en opprimant un autre peuple. »

Frederik Willem de Klerk (Crédit : capture d’écran YouTube)

La perte de Mgr Tutu, « penseur, leader, berger », est « incommensurable », a réagi la fondation Mandela.

Après l’avènement de la démocratie en 1994 et l’élection de son ami Nelson Mandela, Desmond Tutu avait inventé le terme de « Nation arc-en-ciel ». Il a présidé la Commission vérité et réconciliation (TRC) dont il espérait, grâce à la confrontation des bourreaux et des victimes, qu’elle permettrait de tourner la page de la haine raciale.

« The Arch », comme le surnomment affectueusement les Sud-Africains, était affaibli depuis plusieurs mois. Souffrant depuis longtemps d’un cancer de la prostate, il est mort, sans doute de vieillesse, paisiblement à 07H00 (05H00 GMT) dimanche, selon plusieurs proches interrogés par l’AFP.

Il ne s’exprimait plus en public mais saluait les caméras présentes à chacun de ses déplacements, d’un regard malicieux, d’un faible geste de la main, comme lors de sa vaccination contre le Covid ou, en octobre, à la cérémonie célébrant ses 90 ans.

Sur cette photo d’archives prise le 3 mars 2014, l’archevêque sud-africain Desmond Tutu s’exprime lors d’un service commémoratif en l’honneur de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela à l’abbaye de Westminster à Londres (Crédit : JOHN STILLWELL / POOL / AFP)

Une prière a été organisée à la cathédrale Saint-George, son ancienne paroisse, où des passants sont venus déposer des fleurs et se recueillir.

« C’est si triste », soupire auprès de l’AFP Miriam Mokwadi, infirmière retraitée de 67 ans. « Tutu était un vrai héros, il s’est battu pour nous », dit-elle, tenant sa petite fille par la main.

Les joueurs sud-africains de cricket ont porté dimanche un brassard noir au premier jour d’une importante compétition contre l’Inde. Et la Montagne de la Table, qui surplombe la ville du Cap, sera illuminée de violet de dimanche soir jusqu’à ses funérailles, sans doute d’ici une semaine.

Son ami le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains, avec qui il a partagé des fous rires mémorables, a souligné « le lien spirituel » qui les unissait.

DOSSIER – L’archevêque anglican sud-africain Desmond Tutu s’adresse à une conférence de presse à la Conférence mondiale contre le racisme et qualifiée d’antisémite, à Durban, en Afrique du Sud, le mercredi 5 septembre 2001. (Crédit : AP/Obed Zilwa, File)

L’ancien président américain Barack Obama a salué « un ami, un mentor, un repère moral ». « Sa chaleur humaine et sa compassion nous ont livré un message spirituel pour l’éternité », a réagi un autre ancien président des Etats-Unis, Jimmy Carter, membre comme Tutu du « Groupe des Sages » fondé par Mandela.

« Un géant est tombé », a salué l’opposant ougandais Bobi Wine. Son combat « restera dans nos mémoires », a estimé le président français Emmanuel Macron.

Desmond Tutu s’était fait connaître aux pires heures du régime raciste de l’apartheid. Alors prêtre, il organise des marches pacifiques contre la ségrégation et plaide pour des sanctions internationales contre le régime blanc de Pretoria. Sa robe lui a épargné la prison.

Sa fille Mpho Tutu van Furth avait raconté à l’AFP à l’occasion des 90 ans du révérend, un souvenir d’enfance symptomatique de l’apartheid : « On s’était arrêtés sur la route et mon père est allé nous acheter des glaces. L’employé lui a dit qu’il ne servait pas les ‘kaffirs’. Mon père est sorti en trombe, nous n’avons pas mangé de glace ce jour-là ».

L’archevêque sortant du Cap, Desmond Tutu (à droite) accueille le président Nelson Mandela lors d’un service à Cape Town, le dimanche 23 juin 1996, organisé pour célébrer la fin du mandat de Tutu en tant que chef de l’Église anglicane en Afrique du Sud. (Crédit : AP Photo/Guy Tillim, dossier)

Le combat non-violent de Tutu avait été couronné du prix Nobel de la paix en 1984.

Après l’apartheid, fidèle à ses engagements, il avait dénoncé les dérives du gouvernement de l’ANC, des errements dans la lutte contre le sida aux scandales de corruption.

En 2013, il avait promis de ne plus voter pour le parti fossoyeur de l’apartheid : « Je n’ai pas combattu pour chasser des gens qui se prenaient pour des dieux de pacotille et les remplacer par d’autres ».

Parmi ses autres combats, il a aussi défendu les droits des homosexuels – « Je ne vénérerais pas un Dieu homophobe – et milité pour le droit au suicide assisté.

La dernière fois que le pays a eu de ses nouvelles, c’était le 1er novembre. Loin des regards, il avait voté aux élections locales.

DOSSIER – L’archevêque anglican émérite Desmond Tutu, au centre, se met à danser après avoir renouvelé ses vœux de mariage à sa femme de 60 ans, Leah, à droite, lors d’un service à Soweto, Johannesburg, août 2015 (Crédit : AP Photo, File)

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...