Netanyahu dit ne pas avoir su que son avocat était impliqué dans la transaction des sous-marins allemands
Rechercher

Netanyahu dit ne pas avoir su que son avocat était impliqué dans la transaction des sous-marins allemands

Le procureur général demande une enquête pour déterminer l’implication du Premier ministre dans cette acquisition, à laquelle s’opposaient les institutions de défense

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin "Rahav" sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à bord du sous-marin "Rahav" sur la base de la marine à Haïfa, le 12 janvier 2012. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

L’avocat personnel de longue date du Premier ministre Benjamin Netanyahu est accusé d’être au cœur d’une controverse d’un demi-milliard de shekels, qui impliquerait l’acquisition par Israël de sous-marins allemands avec des fonds assignés à la sécurité.

David Shimron, qui défend depuis des années Netanyahu contre des dizaines de plaintes pour malversations et abus de pouvoirs pour gains personnels, est accusé d’un sérieux conflit d’intérêts à cause de ses relations avec le constructeur naval allemand qui a tenté de vendre les navires à Israël.

Selon un reportage de la Dixième chaine mardi soir, Shimron est le représentant d’une société allemande qui tente de vendre des sous-marins militaires à Israël, que Netanyahu souhaite acquérir, contre la volonté de l’armée et de l’ancien ministre de la Défense Moshe Yaalon.

Netanyahu a annoncé lors d’une réunion du Cabinet le mois dernier qu’Israël négocie l’acquisition de trois nouveaux sous-marins pour la marine israélienne, dont la flotte se constitue de 5 sous-marins, et une livraison prévue pour les prochaines années.

Les nouveaux sous-marins, dont la valeur est estimée à 6 milliards de shekels, sont censés remplacer les anciens modèles de l’armée.

Selon le reportage, ni Yaalon qui était ministre de la Défense au moment où l’affaire a été proposée, ni l’armée n’étaient favorables à l’acquisition des nouveaux sous-marins, parce que cette décision ne correspondait pas au plan multi-annuel pour l’armée établi par le ministère de la Défense, – changeant de facto les habituelles négociations d’achat au sein de l’armée.

L'INS Rahav, le plus récent sous-marin d'Israël, partant du port allemand de Kiel vers Haïfa, où il est arrivé en janvier 2016, le 17 décembre 2015. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
L’INS Rahav, le plus récent sous-marin d’Israël, partant du port allemand de Kiel vers Haïfa, où il est arrivé en janvier 2016, le 17 décembre 2015. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Mais un porte-parole de l’armée a annoncé mardi que l’armée ne s’est pas opposée aux acquisitions, diffusant un communiqué qui informait le cabinet du « besoin » de nouveaux sous-marins.

Netanyahu aurait commencé les négociations avec l’Allemagne sans en informer Yaalon, qui ne l’a appris que plus tard, lorsque l’information a fuité.

Apparemment furieux, celui qui était alors ministre de la Défense s’en est pris à Netanyahu dans le bureau de ce dernier, dans un échange bruyant.

Yaalon a réussi à torpiller le plan, mais une fois qu’il a démissionné de son poste au ministère en mai, Netanyahu a relancé les négociations avec les Allemands au sujet de ces sous-marins.

Chef d'État-major Gadi Eisenkott, ministre de la Défense Moche Yaalon, le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjmain Netanyahu à l'inauguration du nouveau sous-marin "Rahav" à Haïfa le 12 janvier 2016. (Crédits : Kobi Gideon/GPO)
Chef d’État-major Gadi Eisenkott, ministre de la Défense Moche Yaalon, le président Reuven Rivlin et le Premier ministre Benjmain Netanyahu à l’inauguration du nouveau sous-marin « Rahav » à Haïfa le 12 janvier 2016. (Crédits : Kobi Gideon/GPO)

Contacté par le Times of Israel, Yaalon n’a pas souhaité parlé de l’accord.

De leurs côté; les proches de Yaalon déclarent qu’il a tenté de dissuader Netanyahu de s’engager dans les négociations pour l’achat de trois sous-marins allemands, selon la Deuxième chaine.

Selon la Dixième chaine, Shimron représente le constructeur naval allemand, supposé construire les sous-marins, et organise des réunions au sommet au nom de l’agent israélien de la société, Miki Ganor.

Shimron s’est entretenu avec le président du syndicat de la Histadrout Avi Nissenkorn et avec le chef du syndicat de l’armée dans le but d’engager la responsabilité du chantier naval sur les sous-marin, au lieu d’engager la responsabilité de la marine.

L’implication de Shimron a soulevé des questions à propos d’un éventuel conflit d’intérêts pour lui-même et pour le Premier ministre, particulièrement lorsque l’on voit la détermination avec laquelle Netanyahu s’acharne à mener ces négociations à terme, au regard de l’opposition de l’armée.

Prime Minister Benjamin Netanyahu's lawyer and coalition negotiator David Shimron (photo credit: Kobi Gideon/Flash90)
David Shimron, avocat du Premier minsitre Benjamin Netanyahu. (Crédits : Kobi Gideon/Flash90)

« Ça sent le roussi », a déclaré Michael Partem, vice-présidente du Movement for Quality Government in Israel au Times of Israel. « Cela soulève des questions troublantes d’accès, de trafic d’influence et de pay-to-play. »

L’ONG anti-corruption a appelé le procureur général Avichai Mandelblit à enquêter sur ces éléments. « Il semblerait que Netanyahu a donné accès en échange de l’amende de quelqu’un d’autre. Il n’y a rien de certain pour le moment, mais c’est certainement suffisamment suspect pour mandater une enquête policière », déclare Partem.

Le ministère public envisage d’ouvrir une enquête sur l’affaire d’une valeur de plusieurs milliards de shekels dans le cadre de l’acquisition de sous-marins allemands après qu’il a été rendu public que l’avocat de Netanyahu David Shimron représente la compagnie allemande, selon la Deuxième chaine

En réaction au premier reportage, Shimron a indiqué ne pas « avoir discuté de ces questions avec le Premier ministre » et a démenti avoir eu une influence sur Netanyahu en faveur de cette affaire.

« Je n’ai parlé à aucun politique de la privatisation du constructeur naval, et je n’ai pas non plus eu à faire avec des politiques au sujet des navires achetés par l’État d’Israël », affirme-t-il dans un communiqué.

Netanyahu a également affirmé à la Dixième chaine qu’il n’a jamais discuté avec Shimron de ses clients personnels, et que « nous faisons affaire avec les Allemands pour des considérations stratégiques et économiques. »

Le Premier ministre a déclaré qu’il n’avait pas connaissance de l’implication de son avocat personnel dans la transaction des sous-marins allemands.

Il dit avoir en avoir pris connaissance, lorsque que la Dixième chaine lui a demandé avant de diffuser le reportage de mardi, lui révélant ainsi que Shimron représentait la société allemande qui cherche à vendre ses sous-marins à Israël.

« Shimron n’a jamais évoqué les sous-marins ni les bateaux ni aucun sujet concernant ses clients avec le Premier ministre », affirme le Bureau du Premier ministre dans un communiqué, ajoutant que Shimron n’a parlé du client allemand ni d’aucun autre de ses clients avec Netanyahu. Le Bureau du Premier ministre a déclaré que les proches de Netanyahu, y compris Shimron « savent qu’il ne faut pas aborder leurs affaires personnelles avec le Premier ministre. »

« La seule considération qu’avait le Premier ministre [dans les négociations avec les allemands] était de renforcer la capacité d’Israël au regard de l’obtention de navires stratégiques, essentielles pour le futur d’Israël. »

Mercredi soir, Netanyahu a publié sur Facebook que l’accord a été conclu « de manière ordonnée et professionnelle, sans influence externe et avec les recommandations des organes professionnels du ministère de la Défense, de l’armée israélienne et l’Agence de Sécurité Nationale (NSA). »

La NSA est un organe qui opère sous les auspices du Cabinet du Premier ministre. L’agence a publié son propre communiqué, remettant en question ce qu’il appelle « une vague de faux rapports » et a déclaré que Yaalon avait donné son aval et son soutien à ces négociations.

Mardi, un ancien représentant de la NSA a été arrêté pour suspicion de corruption. Il est accusé d’avoir accepté des pots-de-vin de la part de connaissances allemandes, afin d’encourager les transactions commerciales qui impliquent le florissant développement naturel du gaz en Israël.

Pour l’instant, on ne sait pas encore s’il y a un lien entre les soupçons portés sur Avriel Bar-Yosef et Shimron.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...