Netanyahu indique qu’il va annexer la vallée du Jourdain et les implantations
Rechercher

Netanyahu indique qu’il va annexer la vallée du Jourdain et les implantations

Le Premier ministre assure "préserver la possibilité de paix" et que Washington a donné son feu vert à l'annexion de zones qui, selon le plan, resteraient sous contrôle israélien

Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de l'annonce du plan de paix de l'administration américaine pour le Proche-Orient, à la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2020. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)
Le président américain Donald Trump et le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors de l'annonce du plan de paix de l'administration américaine pour le Proche-Orient, à la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2020. (Crédit : MANDEL NGAN / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis mardi qu’Israël « appliquerait ses lois à la vallée du Jourdain et à toutes les implantations de Judée et de Samarie », signalant qu’il n’attendrait pas un véritable accord de paix pour commencer à annexer des zones de la Cisjordanie.

Netanyahu a fait cette promesse aux côtés du président américain Donald Trump dans la salle Est de la Maison Blanche lors du dévoilement par l’administration américaine de son plan de paix israélo-palestinien.

Le Premier ministre a déclaré que ce plan était « bon pour Israël et bon pour la paix », bien qu’il prévoie la création d’un État palestinien auquel s’oppose une grande partie de sa base de droite. Il a promis de respecter le plan Trump, y compris l’exigence selon laquelle Israël ne doit pas construire dans les zones désignées pour un futur État palestinien dans le cadre de ce plan.

Pendant les quatre prochaines années, Israël maintiendra le statu quo « dans les domaines que votre plan ne désigne pas comme faisant partie d’Israël à l’avenir », a-t-il ainsi assuré au président américain. « Israël préservera la possibilité de paix ».

« Dans le même temps, Israël appliquera ses lois à la vallée du Jourdain, à toutes les communautés juives de Judée et de Samarie et aux autres régions que votre plan désigne comme faisant partie d’Israël et que les États-Unis ont accepté de reconnaître comme faisant partie d’Israël ».

« Vous avez été le plus grand ami qu’Israël ait jamais eu à la Maison Blanche », s’est-il enthousiasmé.

Le président américain Donald Trump (à droite) s’exprime aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2020. (Crédit : AP Photo/Susan Walsh)

Le plan de Donald Trump prévoit la création d’un État de Palestine dont la capitale se trouve dans certaines parties de Jérusalem-Est, mettant fin aux spéculations sur le fait que son administration, en préparant une proposition sans l’apport des dirigeants palestiniens, abandonnerait une solution à deux États pour le conflit.

Selon les termes de la « Vision de paix », le futur État palestinien serait constitué de la Cisjordanie et de Gaza, reliées par une combinaison de routes et de tunnels en surface. Les zones palestiniennes seraient formées autour d’implantations, à la fois en blocs et dans des zones plus isolées, qui seraient également reliées par des parcelles de terre.

Les Palestiniens ont rejeté le plan avant qu’il ne soit dévoilé comme étant unilatéral en faveur d’Israël. Les dirigeants des implantations ont également indiqué qu’ils n’accepteraient pas un plan qui permettrait la création d’un État palestinien.

Selon les médias de langue hébraïque citant le bureau du Premier ministre, Netanyahu prévoit de commencer le processus d’annexion de toutes les implantations et des zones de la vallée du Jourdain dès la réunion du cabinet de dimanche.

Carte conceptuelle de la Vision pour la paix publiée par l’administration Trump, le 28 janvier 2020.

Il a déclaré que le plan de Trump « perçait le grand mensonge » selon lequel Israël occupe illégalement la patrie historique du peuple juif.

« Vous reconnaissez la souveraineté d’Israël sur toutes les communautés juives, grandes et petites », a-t-il commenté pendant la conférence de presse conjointe.

Il a ajouté que les plans de paix passés ont échoué parce qu’ils « ont essayé de faire pression sur Israël pour qu’il se retire d’un territoire vital comme la vallée du Jourdain ».

Mais Trump « a reconnu qu’Israël doit disposer d’une souveraineté dans la vallée du Jourdain et d’autres zones stratégiques en Judée et en Samarie ».

« En raison de cette reconnaissance historique, et parce que votre plan de paix établit un juste équilibre là où d’autres ont échoué, j’ai accepté de négocier avec les Palestiniens sur la base de votre plan de paix. C’est un excellent plan pour Israël. C’est un grand plan pour la paix », a estimé Netanyahu.

C’est aussi un grand plan pour les Palestiniens, a-t-il insisté, même s’il faut aux dirigeants palestiniens « beaucoup de temps » pour le reconnaître.

« Votre plan de paix offre aux Palestiniens une voie vers un futur État. Je sais qu’il leur faudra peut-être beaucoup de temps pour arriver au bout de ce chemin. Il leur faudra peut-être même beaucoup de temps pour arriver au début de ce chemin. Mais s’ils sont vraiment prêts à faire la paix avec l’État juif et à respecter les conditions que vous proposez dans votre plan, Israël sera là, prêt à négocier la paix immédiatement », a-t-il promis.

Le Premier ministre a également salué la présence d’envoyés du Bahreïn, d’Oman et des Émirats arabes unis, venus entendre les dirigeants américain et israélien livrer leurs commentaires sur le plan.

Il a indiqué que cette occasion lui rappelait le 14 mai 1948, jour de la déclaration d’indépendance d’Israël, lorsque le président américain Harry Truman est devenu le premier dirigeant mondial à reconnaître l’État d’Israël.

« Je crois qu’au fil des décennies et peut-être des siècles, nous nous souviendrons aussi du 28 janvier 2020, car ce jour-là, vous êtes devenu le premier dirigeant mondial à reconnaître la souveraineté d’Israël sur des régions de Judée et de Samarie qui sont vitales pour notre sécurité et centrales pour notre patrimoine ».

Pour Netanyahu, Trump a « tracé un brillant avenir pour les Israéliens, les Palestiniens et la région en présentant un chemin réaliste vers une paix durable ».

Et se tournant vers le conseiller présidentiel et gendre Jared Kushner, un des principaux architectes du plan, le Premier ministre a déclaré : « L’État juif vous doit, et doit au président Trump une dette de reconnaissance éternelle. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...