Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

Paris : Le spectacle de Dieudonné qui devait se jouer dans un bus interdit

Début août, le préfet de police de Paris avait prévenu le polémiste qu’il envisageait d’interdire son autre spectacle programmé au Zénith en septembre

Le polémiste français Dieudonné M’Bala M’Bala au deuxième jour du procès de Tariq Ramadan au palais de justice de Genève, le 16 mai 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)
Le polémiste français Dieudonné M’Bala M’Bala au deuxième jour du procès de Tariq Ramadan au palais de justice de Genève, le 16 mai 2023. (Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP)

La Préfecture de police de Paris a interdit la semaine dernière la tenue du spectacle « Dieudonné sous bracelet » qui devait se jouer dans le bus privé du polémiste, stationné rue de la Porte d’Issy, dans le 15ᵉ arrondissement de Paris. Au total, sept dates, du 10 août au 8 septembre, ont ainsi été annulées dans le cadre de cet arrêté publié le 9 août.

L’autorité de police a évoqué des menaces à l’ordre public pour justifier sa décision, soulignant la présence « d’un personnage de confession juive » dans le spectacle et notant le « caractère antisémite, incitant à la haine raciale » des propos et des gestes présents dans la pièce, « dans le prolongement [de ses] précédents spectacles ».

L’emplacement du bus a aussi été cité par l’arrêté : le véhicule, salle de spectacle mobile, se serait trouvé « à proximité d’une synagogue » de la commune limitrophe d’Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine).

Ce spectacle avait déjà été interdit à Montpellier par un arrêté municipal il y a quelques jours, pour une représentation prévue le 18 août.

Début août, le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, avait déjà prévenu Dieudonné, en accord avec le ministre de l’Intérieur, qu’il envisageait d’interdire son autre spectacle, « La cage aux fous », joué avec le chanteur complotiste Francis Lalanne, programmé lui le 14 septembre au Zénith de Paris.

Ces décisions font suite aux nombreuses condamnations pénales dont Dieudonné a fait l’objet pour des propos injurieux, incitant à la haine raciale, négationnistes ou faisant l’apologie du terrorisme, et leurs caractères réguliers et répétés qui traduisent une volonté délibérée de diffuser un discours affectant le respect dû à la dignité de la personne humaine et contribuent à la fragmentation de la cohésion nationale.

Fin avril, le Zénith de Paris avait fait part de sa « vigilance », notamment en matière de respect de « l’ordre public », dans l’hypothèse de l’accueil de ce spectacle en septembre, en rappelant qu’une interdiction revenait « aux seules autorités compétentes ».

L’Union des étudiants juifs de France et la Licra ont récemment annoncé saisir la justice contre de nouveaux propos « manifestement antisémites » de Dieudonné tenus ce mois-ci dans une longue interview au journal d’extrême droite Rivarol.

Dieudonné a tenté un come-back ces derniers mois, à travers Israël Magazine dirigé par André Darmon. Dans ce cadre, le polémiste a essayé de se faire « pardonner » de la communauté juive, et Israël Magazine lui a donné régulièrement la parole depuis janvier. Si André Darmon explique aujourd’hui n’avoir « pas du tout souscrit » au « pardon » de Dieudonné, le Franco-Israélien écrivait mi-juin sur Twitter que Dieudonné était « sincère » dans sa démarche de repentance :

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.