Rechercher

Pays-Bas: Un parti d’extrême-gauche réclame la fin de la commémoration de la Shoah

Pour le BIJ1, qui a un siège au Parlement, Amsterdam devrait supprimer la cérémonie car elle ne mentionne pas les victimes de la colonisation en Asie de l'Est et au Moyen-Orient

Des soldats saluent pendant la commémoration officielle des victimes de la Shoah et des victimes de guerre à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 4 mai 2019. (Crédit : Ministerie van Defensie via JTA)
Des soldats saluent pendant la commémoration officielle des victimes de la Shoah et des victimes de guerre à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 4 mai 2019. (Crédit : Ministerie van Defensie via JTA)

AMSTERDAM, Pays-Bas (JTA) – Un parti d’extrême gauche néerlandais a appelé à annuler la principale cérémonie de commémoration de la Shoah aux Pays-Bas, affirmant qu’elle est « intrinsèquement raciste. »

Le parti BIJ1, qui se définit comme dédié à « l’antiracisme et à la décolonisation » et plaide pour « des excuses officielles pour l’esclavage et l’occupation coloniale et la prise en charge des conséquences juridiques », a lancé cet appel dans une ébauche de son programme pour les élections municipales de mars 2022 à Amsterdam, a rapporté la semaine dernière le site d’information Jonet.nl.

Lors de la commémoration officielle du 4 mai à Amsterdam pour les victimes de la Shoah et les victimes néerlandaises de la guerre, « les victimes indonésiennes, surinamaises, coréennes, irakiennes, etc. des Néerlandais (ou de la violence soutenue par les Pays-Bas) ne sont pas commémorées », indique le texte, qualifiant cette situation de « raciste par nature ». Tant que ce sera le cas, « Amsterdam ne doit pas être une plate-forme » pour l’événement, selon le projet de programme.

Les médias néerlandais ont fait état du document du BIJ1, qui a remporté, lors des élections générales de mars, un des 150 sièges du Parlement néerlandais, ce qui a suscité la protestation des groupes juifs. Ronny Naftaniel, président du Conseil central juif des Pays-Bas, a déclaré que c’était « étonnant ».

Jazie Veldhuyzen, membre du parti BIJ1 qui brigue un siège au conseil municipal, a déclaré que le parti avait changé de position. Il ne cherche pas vraiment à faire supprimer l’événement, mais à « le rendre plus inclusif », a-t-il déclaré au diffuseur RTVNH.

Le parti, dirigé par Sylvana Simons, était l’un des deux mouvements représentés au conseil municipal d’Amsterdam en 2018 qui ont refusé de signer une déclaration commune sur la lutte contre l’antisémitisme. La raison invoquée pour cela était que la définition de l’antisémitisme était celle de l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA). Ses détracteurs de cette définition affirment qu’elle étouffe la liberté d’expression sur Israël.

BIJ1 soutient un boycott général d’Israël, citant son engagement envers le droit international et les droits des Palestiniens. Le BIJ1 n’a jamais appelé au boycott d’un autre pays. Son site Internet indique qu’il s’engage à lutter contre l’antisémitisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...