Pologne : les chasseurs de trésors n’ont pas trouvé le « train d’or nazi »
Rechercher

Pologne : les chasseurs de trésors n’ont pas trouvé le « train d’or nazi »

"Cette nuit, nous avons décidé de fermer le chantier qui, il faut l'admettre, n'a rien donné", a déclaré Andrzej Gaik

Krzysztof Szpakowski (3ème à gauche) présente l'image au géoradar d'un tunnel lors d'une conférence de presse concernant la découverte d'un nouveau tunnel, qui fait partie d'une des structures souterraines dont le but est inconnu pendant la Seconde Guerre mondiale par l'Allemagne nazie, le 11 septembre 2015 à Walbrzych (Crédit : AFP PHOTO / Piotr Hawalej)
Krzysztof Szpakowski (3ème à gauche) présente l'image au géoradar d'un tunnel lors d'une conférence de presse concernant la découverte d'un nouveau tunnel, qui fait partie d'une des structures souterraines dont le but est inconnu pendant la Seconde Guerre mondiale par l'Allemagne nazie, le 11 septembre 2015 à Walbrzych (Crédit : AFP PHOTO / Piotr Hawalej)

Les chasseurs de trésors en quête du mythique « train d’or nazi » qui aurait été enfoui par des Allemands à la fin de la Seconde guerre mondiale dans le sud-ouest de la Pologne, ont annoncé jeudi avoir jeté l’éponge, au bout de 15 jours de fouilles.

« Il n’y a rien », a déclaré à l’AFP Andrzej Gaik, le porte-parole de l’équipe polono-allemande qui a mené les fouilles près de Walbrzych, à l’aide de géoradars, foreuses et bulldozers.

« Cette nuit, nous avons décidé de fermer le chantier qui, il faut l’admettre, n’a rien donné », a-t-il précisé.

Les chasseurs de trésors avaient entamé leurs fouilles en dépit des expertises négatives des spécialistes de l’Académie des Mines de Cracovie qui avaient exclu l’existence d’un train sur le site indiqué.

Cependant, M. Gaik a indiqué jeudi que la même équipe comptait reprendre des fouilles en septembre sur un autre site « tout proche », moyennant les autorisations légales nécessaires.

Le Polonais Piotr Koper et l’Allemand Andreas Richter avaient annoncé leur « découverte » en août 2015, affirmant détenir des preuves, notamment des examens du terrain au géoradar. Ces derniers se sont avérés trompeurs.

Les récits sur deux trains spéciaux nazis, disparus au printemps de 1945 dans la région de Walbrzych, contenant prétendument de l’or et des œuvres d’art, excitent depuis des années l’imagination de nombreux chasseurs de trésors. Ils s’appuient sur l’existence d’importantes constructions souterraines allemandes, y compris celles autour de l’immense château de Ksiaz (Fürstenstein), proche de Walbrzych. Les nazis y avaient mené d’importants travaux pour y installer l’un des QGs d’Hitler.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...