Israël en guerre - Jour 259

Rechercher

Premier essai de drones-taxis en Israël pour tenter de réduire les embouteillages

Dans le cadre d'une initiative gouvernementale, Israël travaille sur un réseau d'espace aérien pour des drones conçus pour transporter des passagers et des marchandises lourdes

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Israël a commencé des vols d’essai sur des engins autonomes capables de transporter des passagers et des marchandises lourdes. Le pays prépare son espace aérien national au transport par taxi aérien et à de multiples services de livraison par drone.

Les premiers vols d’essai de taxis aériens effectués ces derniers jours font partie d’un projet pilote d’une valeur de 60 millions de shekels étalé sur deux ans et dirigé par le gouvernement. Également connu sous le nom d’Initiative nationale israélienne pour les drones (INDI), le programme avait été initialement établi en 2019 afin de créer un réseau national de drones et préparer le ciel aux livraisons par drones dans tout Israël. Il s’agissait alors d’une collaboration avec les organismes de réglementation et des entreprises privées.

Le projet consiste, d’une part, à transporter des passagers et des marchandises lourdes d’un endroit à un autre, afin de désengorger les routes israéliennes très embouteillées à l’aide de drones et d’autre part, à fournir des services commerciaux et publics de manière plus efficace.

« Il s’agit de la première initiative de ce type dans le monde pour un examen approfondi et multidisciplinaire des nouvelles technologies, y compris le transport de marchandises et, plus tard, de personnes », a déclaré Miri Regev (Likud), ministre des Transports.

« Le projet de collaboration examine tous les aspects – y compris la réglementation et les changements législatifs – impliqués dans l’exploitation commerciale des drones, en tant qu’outil supplémentaire pour faire face aux embouteillages. »

Cette initiative est un partenariat entre plusieurs entités gouvernementales dirigées par le ministère des Transports, l’Autorité israélienne de l’innovation, Ayalon Highways Ltd. et l’Autorité de l’aviation civile d’Israël (CAAI).

Dans le cadre de la deuxième phase du projet INDI lancé au début de l’année, 11 entreprises d’exploitation et de livraison de drones ont participé la semaine dernière à des essais et à des vols expérimentaux dans tout Israël. Pour la première fois, des vols d’essai d’un véhicule volant autonome, un aéronef électrique à décollage et atterrissage verticaux (eVTOL) avec des capacités de longue distance, ont été effectués dans un espace aérien urbain géré, transportant de lourdes charges de marchandises, qui pourraient à l’avenir transporter des personnes.

Au cours des deux prochaines années, des entreprises israéliennes exploitant des drones effectueront des vols d’essai dans tout le pays pendant une semaine chaque mois. (Crédit : B.Y. Creative & Productions)

La startup AIR, basée à Pardes Hanna, a fait voler son eVTOL biplace tout électrique AIR ONE, qui peut transporter une charge utile totale allant jusqu’à 220 kilogrammes sur une distance allant jusqu’à 160 kilomètres. Il est doté d’ailes repliables pour faciliter le stationnement et peut décoller ou atterrir sur n’importe quelle surface plane, ce qui en fait une alternative quotidienne pour les déplacements de courte distance dans le ciel.

Dronery, une filiale de l’opérateur israélien de flotte de livraison par drone Cando Drones, a effectué pour la première fois des vols de démonstration du drone taxi aérien biplace Ehang de Chine. L’appareil est en cours de développement pour le transport de passagers par des opérateurs aériens israéliens. L’aéronef EH216-S entièrement autonome peut transporter jusqu’à 220 kilogrammes et parcourir une distance de 30 kilomètres grâce à son système de commande et de contrôle intelligent.

Les autres entreprises israéliennes impliquées dans le projet INDI sont Airwayz Drones, un fournisseur de systèmes basés sur l’IA pour la gestion intelligente de flottes de drones ; Highlander Aviation, un développeur d’un système autonome de contrôle du trafic aérien ; et Robotican, un développeur de systèmes robotiques mobiles autonomes basés au sol et dans les airs.

« L’importance de ces démonstrations réside dans la création d’un bac à sable réglementaire qui permet à tous les acteurs concernés d’acquérir une expérience pratique avant d’établir une infrastructure réglementaire en vue d’un modèle économiquement viable plus large », a déclaré le directeur général de l’Autorité israélienne de l’innovation, Dror Bin. « La capacité des jeunes entreprises israéliennes du secteur des drones à expérimenter au sein de ce bac-à-sable leur confère un avantage concurrentiel sur le marché mondial. »

Pour déployer et surveiller en toute sécurité des centaines de drones opérant dans le même espace aérien que les avions, l’initiative INDI travaille également au développement d’un « système d’itinéraires aériens dans le ciel ». Ce système permettra le vol simultané de différents types de drones, notamment dans les domaines de la santé, du commerce, de la sécurité, de la sécurité et, à l’avenir, du transport de passagers. Dans le cadre de cette entreprise, le projet INDI fonctionne en collaboration avec d’autres entités, notamment l’armée de l’air israélienne, l’autorité aéroportuaire israélienne et les municipalités locales.

L’espace aérien israélien est l’un des plus étroitement contrôlés et des plus fréquentés par rapport à la taille du pays. Il y a beaucoup d’arrivées et de départs d’avions, ainsi qu’une forte présence militaire dans l’espace aérien, avec des avions et des hélicoptères qui se déplacent à la fois pour l’entraînement et pour le service actif.

Au cours des deux prochaines années, les sociétés d’exploitation de drones participant à l’initiative INDI continueront à effectuer des vols dans tout le pays une semaine par mois. Les vols se dérouleront dans un espace aérien contrôlé, dans tout Israël, sur de longues distances allant jusqu’à 150 kilomètres, tout en transportant des charges utiles plus lourdes, y compris, à l’avenir, des drones capables de transporter des personnes d’un endroit à l’autre. Les autoroutes Ayalon serviront de site pilote pour les démonstrations en vol.

« L’avion testé actuellement sera capable de contourner les embouteillages et de réduire la congestion en retirant les voitures et les camions des routes, en conjonction avec les systèmes de gestion du trafic aérien », a déclaré Orly Stern, PDG d’Ayalon Highways. « Cela créera une variété d’options de transport aérien pour les transferts de fret réguliers et d’urgence.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.