Quarantaine pour les Israéliens venant de Thaïlande, Hong-Kong, Singapour, Macao
Rechercher

Quarantaine pour les Israéliens venant de Thaïlande, Hong-Kong, Singapour, Macao

Le ministère de la Santé élargit ses directives pour contenir l'épidémie et El Al réduit ses vols vers Bangkok

Une femme arbore un masque de protection dans le hall des arrivées de l'aéroport Ben-Gurion, près de Tel Aviv, le 30 janvier 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Une femme arbore un masque de protection dans le hall des arrivées de l'aéroport Ben-Gurion, près de Tel Aviv, le 30 janvier 2020 (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le ministère de la Santé a fait savoir dimanche que les Israéliens revenant de quatre destinations de l’Est-asiatique devraient se placer eux-mêmes en quarantaine pendant deux semaines dans un contexte d’inquiétudes portant sur la propagation du coronavirus.

Les Israéliens s’étant rendus en Thaïlande, à Singapour et dans les régions chinoises semi-autonomes de Hong-Kong et de Macao devront rester à l’isolement, a expliqué le ministère.

Antérieurement, seuls les voyageurs revenant de Chine continentale étaient soumis à cette auto-quarantaine.

« À partir d’aujourd’hui, ceux qui sont revenus de ces pays devront rester à l’isolement, chez eux, pendant les 14 jours qui suivront la date de leur retour », a expliqué le ministère dans un communiqué.

Le ministère a ajouté que ces nouvelles directives visaient « à prévenir autant que possible la propagation du virus en Israël ».

Le transporteur national israélien El Al a annoncé dimanche qu’il allait diminuer de moitié le nombre de ses vols en direction de Bangkok, une destination prisée par les Israéliens. El Al avait fait savoir, au mois de janvier, qu’il cessait ses liaisons vers la Chine en raison de l’apparition du virus et ce pour une période de deux mois minimum.

Fin janvier, l’Etat juif avait interdit aux ressortissants étrangers s’étant récemment rendus en Chine d’entrer sur le territoire par la mer ou par la terre, le bilan mortel du nouveau coronavirus meurtrier grimpant en flèche. Le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, avait alors noté que cette interdiction resterait en vigueur jusqu’à une date indéterminée et que les Israéliens étant allés en Chine devraient être placés en quarantaine, chez eux, pendant deux semaines.

Dimanche, le ministère de la Santé avait fait savoir que trois Israéliens qui se trouvaient à bord d’un bateau de croisière, au large du Japon, avaient été contaminés par le coronavirus, qui a infecté plus de 69 000 personnes dans le monde et tué plus de 1 770 personnes.

Yaakov Litzman du parti Yahadout HaTorah à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 septembre 2019. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le ministère de la Santé avait annoncé dans un communiqué dimanche matin que les autorités japonaises avaient indiqué que deux malades ne montraient que des symptômes modérés, avant de confirmer le cas d’un troisième malade israélien dans la soirée.

Dimanche également, le ministre de la Santé du Japon avait déclaré que le nombre de personnes testées positives au coronavirus sur le Diamond Princess, immobilisé sur la côte japonaise, s’élevait dorénavant à 355.

« Jusqu’à présent, nous avons mené des tests sur 1 219 individus. Sur ce nombre total, 355 ont eu des résultats positifs. Et 73 d’entre eux n’affichent aucun symptôme », a déclaré Katsunobu Kato lors d’une table ronde retransmise sur la chaîne publique NHK — ce qui représente une augmentation de 70 personnes par rapport au dernier bilan gouvernemental.

Les membres des forces d’auto-défense japonaises marchent vers le navire de croisière Diamond Princess mis en quarantaine sur le port de Yokohama au Japon, le 9 février 2020. (Crédit : AP Photo/Eugene Hoshiko)

Aujourd’hui, ce sont la panique et le ressentiment qui se sont propagés parmi les autres ressortissants se trouvant à bord du bateau.

Shalva Dahan, une passagère, a appelé Israël à intervenir pour leur faire quitter le navire et a critiqué les autorités qui, selon elle, les laissent dans l’ignorance.

« Sortez-nous de là, mettez-nous dans un hangar en Israël, quel qu’il soit », a-t-elle déclaré au site d’information Walla. « Je me fiche d’y rester un mois mais pourquoi nous laisser ici, pourquoi ne pas nous tenir au courant de ce qu’il se passe ? », s’est-elle exclamé.

« Pourquoi n’avons-nous pas d’accès en temps réel aux informations ? J’ai vu ce qu’il se passait sur le pont – il y a de nombreuses ambulances, l’armée, la police. Et je me dis : ‘Ca suffit, je vais dans ma chambre, je ne veux plus voir ça' », a-t-elle ajouté.

« Je suis nerveuse, je ne sais absolument pas de qu’il se passe », a confié Lena Samuelov à la chaîne publique Kan. « Tous ceux que je connais sur le bateau ne sont pas infectés. »

Prenant la parole lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis que les Israéliens à bord du bateau de croisière et testés négatifs au coronavirus auraient l’autorisation de revenir bientôt dans le pays.

« Ceux qui ne sont pas infectés retourneront en Israël et seront placés à l’isolement. Ceux qui ont été testés positifs restent là-bas, conformément à une décision prise par le gouvernement japonais. Nous avons envoyé un médecin pour leur venir en aide et, bien sûr, nous prions pour eux », a dit Netanyahu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...