Rechercher

Raids attribués à Israël en plein jour près de Damas ; un blessé

Le ministère syrien de la Défense a déclaré qu'un soldat avait été blessé et a fait état de "dégâts matériels"

Illustration. Un nuage de fumée s'élève, dans le sillage d'une frappe aérienne près de la ville syrienne de Masyaf, le 25 août 2022. (Crédit : Réseaux sociaux)
Illustration. Un nuage de fumée s'élève, dans le sillage d'une frappe aérienne près de la ville syrienne de Masyaf, le 25 août 2022. (Crédit : Réseaux sociaux)

Israël a mené lundi une frappe en plein jour sur les environs de Damas, faisant un blessé parmi des militaires, a annoncé le ministère syrien de la Défense.

Il s’agit du deuxième raid en trois jours à viser la région de la capitale syrienne. Les bombardements israéliens se produisent en général la nuit.

« L’ennemi israélien a mené des frappes aériennes depuis le nord des territoires palestiniens occupés, ciblant des sites près de Damas », a indiqué le ministère dans un communiqué, ajoutant qu’un soldat avait été blessé et faisant état de « dégâts matériels ».

Les explosions ont été clairement entendues dans la capitale syrienne, selon un journaliste de l’AFP.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), une ONG basée à Londres mais dont le financement reste flou, a précisé que le raid avait visé des sites dans la région de Dimas, voisine de la capitale, où opèrent des groupes soutenus par l’Iran et l’armée syrienne.

Une frappe israélienne avait visé vendredi soir des sites militaires syriens près de l’aéroport international de Damas et dans la zone au sud de Damas, selon l’OSDH, qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays.

Depuis que la guerre civile a éclaté en Syrie en 2011, Israël a mené des centaines de frappes contre son voisin du nord, visant les forces gouvernementales syriennes tout comme leurs alliés soutenus par l’Iran, ou des combattants du Hezbollah.

Israël a justifié ces frappes par la nécessité d’empêcher l’Iran de s’implanter à proximité de ses frontières.

Une frappe israélienne avait tué cinq militaires syriens près de Damas en septembre.

En juin, une autre avait mis l’aéroport de Damas hors service pour deux semaines.

D’autres frappes israéliennes ont eu pour cible l’aéroport d’Alep (nord) en août et septembre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...