Regroupement des sépultures juives en Algérie
Rechercher

Regroupement des sépultures juives en Algérie

Par un arrêté de mai 2016, les familles ont également un délai de six mois pour décider de rapatrier les ossements du défunt

Cimetière juif de Biskra, Algérie (Crédit : Capture d'écran/YouTube)
Cimetière juif de Biskra, Algérie (Crédit : Capture d'écran/YouTube)

Depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962, les Français de toutes confessions confondues ont quitté plus ou moins brusquement ce pays.

Le départ de ces Français a laissé de nombreuses questions en suspens, notamment concernant les cimetières juifs et chrétiens d’Algérie.

Depuis plus d’une dizaine d’années des négociations ont eu lieu entre le gouvernement français et le gouvernement algérien afin de regrouper les sépultures sur place et d’éviter les dégradations des tombes, rapporte le site d’Actualité Juive.

Ainsi, un arrêté ministériel datant du 26 mai 2016 relatif au regroupement de sépultures européennes en Algérie organise les modalités de transferts des tombes notamment grâce à un tableau récapitulatif des différents cimetières.

Cet arrêté ministériel, publié au Journal officiel le 9 juin dernier, liste les cimetières ayant des carrés juifs et indique vers quel cimetière les sépultures seront dorénavant regroupées en fonction des circonscriptions consulaires.

D’autre part, l’article 2 de cet arrêté dispose que les familles justifiant de la sépulture de parents ont « à compter de la date de publication du présent arrêté au Journal officiel de la République française, un délai de six mois pour faire savoir au consul général territorialement compétent si elles souhaitent effectuer le transfert en France, à leurs frais, des restes mortels de leurs défunts. »

Enfin, la sépulture juive se doit de respecter un certain nombres de règles religieuses contraignantes qui demandent la supervision par une personne habilité. Dans ce cas précis, le Consistoire a été mandaté pour superviser les regroupements des sépultures, rapporte le site d’Actualité juive.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...