Renvoi de l’armée d’un officier qui a menti et n’a pas respecté sa quarantaine
Rechercher

Renvoi de l’armée d’un officier qui a menti et n’a pas respecté sa quarantaine

Ce commandant de compagnie était allé prier avec son unité lors de Yom Kippour alors qu'il devait s'isoler ; au moins 27 soldats avaient été contaminés

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Photo d'illustration. Les soldats de l'unité d'élite Duvdevan lors d'un exercice (Crédit : Armée israélienne)
Photo d'illustration. Les soldats de l'unité d'élite Duvdevan lors d'un exercice (Crédit : Armée israélienne)

Un commandant de formation de l’unité d’élite Duvdevan a été renvoyé de son poste, jeudi, après avoir contrevenu à sa mise en quarantaine obligatoire, causant une épidémie de coronavirus au sein de ses troupes. Il s’est également avéré qu’il avait menti, ont noté les militaires.

Suite à l’épidémie – au cours de laquelle plus d’une vingtaine de soldats de l’unité ont contracté le virus – le chef de la brigade de commando, le colonel Kobi Heller, avait ouvert une enquête dont il a présenté les conclusions, cette semaine, à la 98e division.

« Il a été déterminé à partir de l’enquête que le commandant de la compagnie n’avait pas dit la vérité, pendant l’enquête épidémiologique, au médecin de l’unité, et qu’il avait mis en danger en toute connaissance de cause les soldats, en restant avec eux alors qu’il devait se trouver à l’isolement », a expliqué l’armée israélienne dans un communiqué.

Le commandant de la compagnie avait dû se mettre en quarantaine, le mois dernier, après avoir été en contact avec son adjoint, qui avait attrapé le coronavirus. Il avait alors été sommé de s’isoler alors que les autres soldats avaient été placés en quarantaine par groupes, sous forme de « capsules ». Et malgré cela, l’officier – qui était infecté – avait pris part aux services de prière avec le reste de son unité, lors de Yom Kippour.

Des soldats israéliens portent le masque à un barrage routier à Tel Aviv, pendant le confinement national dû à la crise du coronavirus, le 19 septembre 2020. (Crédit : AP Photo/Ariel Schalit)

Apparemment en résultat de cette exposition à la maladie, au moins 27 soldats de l’unité avaient contracté le nouveau coronavirus.

Au vu de ces conclusions, le commandant de division, le général de brigade Ofer Winter, a décidé de limoger le commandant, a indiqué l’armée.

« Le commandant de division a noté que le chef de la compagnie avait agi d’une manière indigne d’un commandant de l’armée israélienne, qu’il n’a pas dit la vérité lors de son interrogatoire, qu’il n’a pas respecté sa mise à l’isolement alors qu’il devait le faire et que, ce faisant, il a mis tous ses soldats en péril de manière délibérée », a ajouté l’armée.

« Le commandant de division a ordonné que les conclusions de l’enquête soient partagées avec les autres unités de la division », a-t-elle poursuivi.

L’épidémie qui a éclaté au sein de l’unité Duvdevan, un détachement dont les activités se concentrent sur l’antiterrorisme et qui mène souvent des opérations sous-couverture, a été l’une des plus importantes à survenir dans les rangs des militaires.

Plus de 100 soldats de la Base 80, une base de formation, ont été testés positifs au coronavirus ces dernières semaines. Des dizaines de soldats de la base de la brigade Nahal sont tombés malades, comme cela a également été le cas de 36 marins qui se trouvaient à bord du navire INS Lahav.

Au total, jeudi, 1 095 soldats et employés civils, au sein de l’armée, étaient porteurs du coronavirus, et la majorité n’avait présenté que des symptômes légers. Cinq jeunes qui font actuellement leur service sont dans un état modéré et l’un d’entre eux se trouve dans un état grave. De plus, 4 870 soldats et employés civils se trouveraient actuellement en quarantaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...