Rechercher

Retour sur le Pourim des enfants d’Odessa dans une station balnéaire roumaine

800 personnes qui ont fui l'Ukraine avec l'aide de Tikvah, une organisation qui aide les orphelins et les jeunes défavorisés, prennent la route avec un esprit de fête

  • Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)
    Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)
  • Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)
    Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)
  • Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)
    Des enfants ukrainiens fêtent Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)

NEPTUN, Roumanie (JTA) – Des centaines d’enfants juifs d’Odessa ont tiré la station balnéaire roumaine de Neptun, sur la mer Noire, de sa léthargie hivernale en organisant une fête de Pourim qui leur a permis, pour un temps au moins, d’oublier la réalité tragique de leur pays.

« Il n’est pas facile de savoir ce qui se passe chez eux, mais c’est une mitzvah d’être heureux pour Pourim ; ils ont beaucoup souffert et méritent de passer un bon moment ce soir », a déclaré Alina Feoktistova, l’une des organisatrices, avant le début de l’événement mercredi.

Comme presque tous ceux qui ont célébré Pourim à Neptun cette semaine, Alina Feoktistova est associée à Tikvah, une organisation d’aide juive orthodoxe basée à Odessa qui s’occupe des enfants juifs défavorisés.

Tikvah a attiré l’attention de la communauté internationale les jours qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le 24 février, par ses efforts pour évacuer les enfants qui lui sont confiés, souvent identifiés comme orphelins dans les médias. Tikvah s’adresse en fait à un large éventail de familles, y compris celles qui ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants pour des raisons financières ou de dysfonctionnement.

En plus de fournir de la nourriture, un abri et une éducation, le groupe cherche également à aider les enfants et les jeunes adultes qu’il rapproche du judaïsme, après que des décennies d’antisémitisme secret et officiel sous le communisme ont éloigné leurs parents et grands-parents de leurs racines.

Feoktistova a rejoint Tikvah à l’âge de 16 ans. Sa famille n’ayant pas les moyens de payer ses études, elle a terminé le lycée dans l’un des centres de l’organisation, puis a obtenu un diplôme en anglais et en littérature étrangère dans le cadre de son programme universitaire. Feoktistova a fondé une famille au sein de la communauté orthodoxe d’Odessa, dont elle est depuis devenue un pilier.

« Odessa était le plus bel endroit pour les Juifs », a-t-elle déclaré à la Jewish Telegraphic Agency. Passant du passé au présent, elle a poursuivi : « Nous avons tout là-bas : une synagogue, des vacances, des fêtes juives, le Shabbat … et aussi des écoles juives pour tous les degrés d’observance. »

S’exprimant au milieu des cris d’excitation des enfants dans le hall de l’un des deux hôtels loués dans leur intégralité par Tikvah à Neptun, Feoktistova a ajouté : « C’était comme dans n’importe quelle communauté juive en Israël ou en Amérique, avec peut-être moins de nourriture casher. »

Le directeur général de Tikvah Odessa, le rabbin Refael Kruskal, dirige les opérations avec Feoktistova depuis un petit bureau dans l’hôtel.

« Dès que les bombes ont commencé à tomber, nous avons évacué les gens par bus à travers la Moldavie », a déclaré Kruskal, qui a dit être profondément reconnaissant à la communauté juive roumaine pour l’aide qu’elle a offerte.

Alina Feoktistova au centre éducatif juif Tikva à Odessa en Ukraine, le 2 novembre 2019. (Cnaan Liphshiz/JTA)

Kruskal est arrivé à Odessa en 1999 en provenance de Londres, suivant les traces du grand rabbin d’Odessa Shlomo Baksht, qui s’était installé dans la ville portuaire ukrainienne en 1993 pour y raviver la vie juive dans l’ère post-soviétique.

« Odessa est un endroit magnifique et le peuple ukrainien a toujours été très gentil avec nous », a déclaré M. Kruskal, qui a ajouté qu’il n’avait jamais été confronté à l’antisémitisme en Ukraine, que le président russe Vladimir Poutine a décrié comme étant pleine de nazis.

Alors que certains juifs ukrainiens ont décidé d’immigrer en Israël à cause de la guerre, le directeur financier de Tikvah, Jeremy Posen, a déclaré que toutes les personnes associées au groupe souhaitaient retourner à leur vie et à leurs nombreux projets à Odessa – tant que la ville, qui s’apprête à subir des bombardements accrus, reste sous contrôle ukrainien.

« Si les Russes prennent le contrôle de la ville, elle sera coupée du reste du monde, comme ce fut le cas pour la Crimée, et le seul moyen de sortir sera de passer par Moscou », a déclaré M. Posen. « Ce n’est pas un scénario que nous envisageons à l’heure actuelle. »

Des enfants ukrainiens célèbrant Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)

David Dima est né il y a 28 ans à Tchernivtsi, près de la frontière avec la Roumanie. Il a été élevé par ses grands-parents paternels, qui font partie de la minorité roumaine d’Ukraine, et s’est inscrit à 12 ans dans une école Tikvah lorsque sa mère, juive et non pratiquante, a découvert l’existence de cette organisation. Dima a étudié le droit grâce à Tikvah et travaille maintenant pour l’organisation. Il est marié à un autre membre de la communauté juive d’Odessa et le jeune couple a un enfant.

« Je vis dans la communauté depuis de nombreuses années ; nous avons reçu une bonne éducation ici et nous sommes comme une grande famille, tout le monde s’entraide », a déclaré Dima, dont la sœur est également associée à Tikvah.

Assise au bar de l’hôtel, Zina Ioshka, 75 ans, professeur de musique à la retraite d’Odessa, est arrivée à Neptun avec sa fille, qui est devenue orthodoxe et s’est affiliée à Tikvah. Visiblement triste et fatiguée, Zina Ioshka a regardé les enfants qui couraient dans tous les sens et s’est souvenue de l’époque où elle était enseignante dans une école publique d’Odessa, où se trouve toujours sa sœur.

« Je veux juste rentrer le plus vite possible », a-t-elle dit.

Pour lancer les festivités de Pourim, deux animateurs roumains de la ville côtière de Constanta ont démarré avec leur spectacle de marionnettes et de magie pour les enfants. Au début, ils n’ont pas réussi à briser la barrière de la langue, et le public semblait s’ennuyer. Mais la musique et quelques tours de Ciprian le magicien ont réussi à animer la salle.

Des enfants ukrainiens célèbrant Pourim à Neptun, en Roumanie, le 16 mars 2022. (Crédit : Marcel Gascon Barbera/JTA)

Déguisés en animaux, en médecins, en pilotes, en papillons, en centurions romains, en personnages bibliques et en super-héros américains, les enfants suivaient ses mouvements, les yeux fixés sur une table qui lévitait. Des objets apparaissaient et disparaissaient du chapeau de Ciprian. Les enfants se regardaient, incrédules, puis ébahis, se mettaient à applaudir.

À la fin du spectacle, les adultes ont commencé à se préparer pour la lecture de la Meguilah, la récitation rituelle de l’histoire de la survie des Juifs à Pourim. Des bénévoles, dont Pearli Brown et Dana Lipschitz, qui ont fait le voyage depuis Israël pour passer les fêtes avec les enfants, ont aidé à maquiller les enfants.

Dans la file d’attente se tenait Silviu Vexler, membre du parlement roumain et président de la Fédération des communautés juives de Roumanie.

« Les enfants doivent ressentir Pourim comme un moment de bonheur, même dans le contexte dramatique de la guerre qui les a amenés ici », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...