Saar applaudi et hué au congrès du Likud ; le parti abandonne les primaires
Rechercher

Saar applaudi et hué au congrès du Likud ; le parti abandonne les primaires

Le rival de Netanyahu au Comité central : "le fait de délégitimer et de diffamer" tout opposant au dirigeant sont contraires au "caractère et aux traditions démocratiques" du Likud

Gideon Saar, membre du Parlement du Likud, avec des supporters du Likud lors d'un événement à Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. (Yossi Zeliger/ Flash90)
Gideon Saar, membre du Parlement du Likud, avec des supporters du Likud lors d'un événement à Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. (Yossi Zeliger/ Flash90)

Le challenger du Premier ministre Benjamin Netanyahu pour la direction du Likud, le député Gideon Saar, a reçu un accueil houleux dimanche lors d’une réunion du comité central du parti, avec les encouragements de ses supporters et des huées des partisans du Premier ministre.

Quelque 800 membres du comité se sont réunis pour voter sur la question de savoir s’il fallait annuler les primaires pour la liste du parti à la Knesset si de nouvelles élections étaient convoquées cette semaine. La motion a été approuvée. Entre-temps, les élections aux primaires pour la direction du parti seront fixées à une date ultérieure si une élection est annoncée.

S’adressant aux personnes présentes, M. Saar a déclaré qu’il était « décidé à se porter candidat à la direction du parti parce qu’il avait compris qu’un changement était nécessaire… pour sortir la nation de la crise politique actuelle, former un gouvernement dirigé par le Likud et unir la population ».

Il a contesté sa représentation parmi les alliés de Netanyahu comme déloyale pour avoir défié le chef de parti de longue date.

« Les tentatives de délégitimation et de diffamation de ceux qui veulent se présenter vont à l’encontre du caractère démocratique et des traditions du Likud », a-t-il déclaré. « Une compétition démocratique renforce le mouvement au lieu de l’affaiblir ».

Il a ajouté que tout leader était à même de relever un défi, même après de nombreuses années au sommet.

De nombreux membres du Likud ont critiqué Saar pour sa contestation publique du leadership de Netanyahu, certains l’accusant même de « trahison ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la conférence du journal israélien « Makor Rishon » au centre de convention international de Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La candidature de Saar a reçu un large soutien de la part d’un certain nombre de maires influents du Likud, y compris de l’aile droite du parti en faveur des implantations, tandis que de nombreux hauts responsables du parti, dont le président de la Knesset Yuli Edelstein, le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan, le député Avi Dichter et le ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi, sont restés silencieux sur qui ils soutiendraient.

Samedi, le député Yoav Kisch a rejoint l’ancienne assistante de Saar, Michal Shir, en devenant le seul député du Likud à soutenir publiquement Saar.

Netanyahu, prenant la parole par la suite, a déclaré qu’il faisait « un dernier effort pour éviter [une élection]. Mais si nous y sommes contraints, nous irons de l’avant et gagnerons largement ».

Tant Netanyahu que Benny Gantz, le chef du parti Kakhol lavan, ont essayé de former un gouvernement et n’ont pas réussi à le faire à la suite des élections de septembre. Tous deux ont exprimé leur soutien à un gouvernement d’unité, y compris leurs partis respectifs, mais les pourparlers entre eux n’ont pas abouti à une coalition et ils se sont rejeté la responsabilité de l’impasse.

Le président du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, prend la parole lors d’une réunion de faction à la Knesset, le 2 décembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Si aucun membre de la Knesset ne reçoit l’appui de 61 députés pour tenter de former une coalition avant le mercredi 11 décembre, la Knesset sera dissoute par la loi et de nouvelles élections seront déclenchées.

Des sondages récents ont montré qu’une nouvelle élection, la troisième en moins d’un an, ne produira probablement pas de résultats significativement différents des suffrages exprimés en avril et en septembre.

Samedi, Netanyahu a déclaré qu’il plaiderait en faveur de la sortie de l’impasse par un vote direct pour le poste de Premier ministre, s’opposant à Gantz.

Saar a critiqué cette décision, disant à la radio Kan qu’elle « n’a aucune chance de passer dans les quelques jours qui restent à la Knesset, en supposant qu’aucun gouvernement ne soit formé ». Il a ajouté : « Nous ne devrions pas changer précipitamment le système de gouvernance pour tenter de résoudre une situation politique momentanée. »

Bien qu’une élection directe au poste de Premier ministre eût déterminé automatiquement qui formerait le gouvernement, elle ne changerait pas l’arithmétique de la coalition, et le gagnant devrait toujours former une coalition avec les mêmes partis élus en septembre dernier.

Israël a brièvement expérimenté l’élection directe au poste de Premier ministre dans les années 1990 – la première élection de Netanyahu au poste de Premier ministre, quand il a battu Shimon Peres en 1996, a également été la première élection directe d’Israël.

Cependant, cinq ans plus tard, on est revenu à un vote pour les partis, plutôt que pour les candidats individuels, car il était trop difficile de former une coalition après le vote.

« Le Likud s’est toujours opposé à l’idée d’élections directes, qui ont causé de gros dégâts et ont été annulées à juste titre après plusieurs années », a soutenu Saar. « Quand [l’ancien Premier ministre Ehud] Olmert a essayé de changer de régime après son échec lors de la seconde guerre du Liban en 2006, Netanyahu lui a dit qu’un système de gouvernance n’est pas comme des chaussettes, qu’on change chaque jour ».

La proposition d’élections directes ferait probablement l’objet d’une formidable contestation judiciaire de la part de la Cour suprême de justice, car elle impliquerait des réformes en profondeur par un gouvernement intérimaire pendant une campagne électorale.

Kakhol lavan a répondu samedi soir à la déclaration de Netanyahu en disant : « Nous sommes déterminés à éviter des élections coûteuses et inutiles et non de vaines tentatives pour rétablir un système électoral qui… a échoué lamentablement. »

Raoul Wootliff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...