Selon Eli Barnavi, ‘si les Etats-Unis le voulaient, il y aurait la paix en 3 mois’
Rechercher

Selon Eli Barnavi, ‘si les Etats-Unis le voulaient, il y aurait la paix en 3 mois’

Dans un entretien sur une chaîne de télévision suisse, l'ex-ambassadeur d'Israël en France regrette l'immaturité politique israélienne et l'incohérence américaine, causes selon lui, de la non-résolution du conflit

Elie Barnavi, Conférence de l'historien et diplomate israëlien Elie Barnavi au Salon du Livre Wizo (Strasbourg 2009) (Crédit : CC BY SA 3.0)
Elie Barnavi, Conférence de l'historien et diplomate israëlien Elie Barnavi au Salon du Livre Wizo (Strasbourg 2009) (Crédit : CC BY SA 3.0)

« Nous Israéliens sommes spécialistes des victoires militaires que nous transformons en défaites politiques » a ironisé Eli Barnavi, historien et ancien ambassadeur d’Israël en France (2000-2002) sur la chaîne de télévision suisse RTS.

Il fait référence ici à la Guerre des Six jours qui aurait pu être une opportunité « formidable » de réaliser la paix.

Si Israël avait conservé Jérusalem-Est, la Cisjordanie, le plateau du Golan et la bande de Gaza sous autorité militaire, il aurait pu s’en servir comme une rétribution offerte aux Arabes en échange de la paix.

« Pour la première fois de notre existence, nous avions quelque chose à offrir aux Arabes en échange de la paix, autre que notre propre disparition, » explique-t-il.

Dans le même entretien, il réaffirme le poids prépondérant des Etats-Unis dans des négociations à venir : « Si l’Amérique le voulait, il y aurait la paix en trois mois au Proche-Orient ».

Mais il juge qu’il serait « fantasque » pour le nouveau président, trop incohérent, de passer à l’action dans la région.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...