Sergei Chemezov : L’accord avec l’Iran sur les S-300 a été signé
Rechercher

Sergei Chemezov : L’accord avec l’Iran sur les S-300 a été signé

Le dernier contrat permet à Moscou de commencer à livrer le système des missiles surface-air à Téhéran

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Des missiles S-300 pendant la parade de la Victoire sur la place rouge à Moscou, le 9 mai 2009. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 3.0  via Wikimedia Commons)
Des missiles S-300 pendant la parade de la Victoire sur la place rouge à Moscou, le 9 mai 2009. (Crédit : Kremlin.ru/CC BY 3.0 via Wikimedia Commons)

La Russie et l’Iran ont signé un contrat sur la livraison par Moscou du système avancé de défense antimissile S-300 à la République islamique, Sergei Chemezov, le directeur général de Russie conglomérat de défense appartenant à l’Etat Rostec, a déclaré lundi.

« Le contrat sur la livraison des S-300 à l’Iran n’a pas seulement été signé par les parties mais est déjà entré en vigueur », a déclaré Tchemezov lors du Dubaï Airshow de 2015, selon les médias russes.

Une des armes anti-aériennes les plus sophistiquées au monde, le S-300 est capable de suivre plusieurs plans à la fois et certaines versions ont une portée d’interception qui va jusqu’à 200 kilomètres.

Israël a longtemps cherché à bloquer la vente à l’Iran du système S-300, qui selon les analystes pourraient entraver une frappe israélienne potentielle sur les installations nucléaires de Téhéran.

D’autres responsables ont exprimé la crainte que les systèmes pourraient parvenir la Syrie et le Hezbollah, affaiblissant la suprématie aérienne régionale d’Israël.

L’accord permettrait la livraison de cinq systèmes à l’Iran suite à un retard de neuf ans dans la transaction qui s’élève à un montant de 800 millions dollars.

La Russie a d’abord accepté de vendre le système à l’Iran en 2007 mais a ensuite hésité, en justifiant à l’époque qu’il se conformait à un embargo sur les armes imposé par les Nations unies sur la République islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...