Israël en guerre - Jour 199

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sergent-major Maru Alem, 20 ans : l’immigré éthiopien était un « enfant incroyable »

Tué en combattant des terroristes du Hamas près de Nir Oz, le 7 octobre

Le sergent-major Maru Alem. (Autorisation)
Le sergent-major Maru Alem. (Autorisation)

Le sergent-major Maru Alem, 20 ans, soldat de la brigade Golani originaire d’Ashkelon, a été tué en livrant un combat contre des terroristes du Hamas, près de Nir Oz, le 7 octobre dernier.

Il est mort en même temps que deux autres soldats de Golani – le capitaine Omer Wolf et le sergent-major Shalev Dagan – lorsque la jeep à bord de laquelle ils se trouvaient a été touchée par un missile guidé antichar.

Il laisse dans la peine ses parents, Yigavel et Gevaria, ainsi que ses cinq frères et sœurs. Il a été inhumé le 12 octobre 2023 à Ashkelon.

Alem et sa famille ont quitté l’Éthiopie pour Israël en 2012, quand il avait 11 ans. Ils ont passé deux ans dans un centre d’intégration à Sderot avant de s’installer à Ashkelon.

Deux de ses frères et sœurs sont restés en Éthiopie, tandis que sa famille s’est battue durant des mois pour permettre à l’un d’entre eux, Tamar, de rester en Israël, ce qu’ils ont obtenu en février 2023 grâce à l’aide de Joel Dagan, le père de son camarade Shalev, tombé au combat en même temps que Maru.

Le jour de ses funérailles, un officier de Golani a dit : « Maru, tu t’entraînais sans cesse, tu excellais dans ce que tu faisais, tu avais pris part à de nombreuses opérations et tu prenais tes responsabilités très à coeur. Tu étais calme, modeste, un bon ami avec un grand cœur. Tu as été un combattant courageux et fort. »

« Tu étais un modèle pour l’ensemble de la compagnie, en particulier les tout jeunes qui venaient de la rejoindre », a-t-il poursuivi, notant que la plupart de ses camarades n’avaient pas pu être présents pour ses funérailles parce qu’ils se trouvaient sur le front.

La sœur de Maru, Rivka, a écrit sur un site commémoratif d’Ashkelon : « Maru était un enfant magique avec un sourire incroyable. Il était généreux, prévenant : il était celui qui faisait en sorte de venir en aide à tous ceux qui en avaient besoin. Son sourire disait tout de lui – en le voyant, on comprenait à quel point il était bon, il irradiait où qu’il aille. »

Elle a ajouté : « Il est impossible de dire avec des mots qui il était… Amical, drôle, introverti, pur : je ne connais personne qui ne l’ait pas apprécié, il n’a jamais fait de mal à personne et son rire était contagieux. Personne ne l’oubliera. »

Son frère, a-t-elle dit, « était un garçon parfait, un frère qui n’abandonnait personne, qui prenait toujours des nouvelles de ses frères et sœurs, qui s’assurait qu’ils ne manquaient de rien – respecter ses parents était sa priorité absolue, il n’oubliait pas sa famille… Il aimait ma mère et voulait la voir heureuse. »

Sa mère, Yigavel, a confié à Kan : « C’est très dur, parce que mon fils est mort avant l’heure, pas de maladie ou de vieillesse… Ce n’est pas facile, c’est tellement dur. » « Mon bien-aimé Maru, pourquoi a-t-il fallu que tu meures ? »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.