Israël en guerre - Jour 145

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sgt de 1ère classe Urija Bayer, 20 ans : juif messianique mort en combattant le Hamas

Blessé lors de combats à Gaza le 14 décembre et mort de ses blessures le 17 décembre ; il s'était porté volontaire pour servir dans Tsahal

Le sergent de première classe Urija Bayer, 20 ans, a été blessé en combattant les terroristes du Hamas à Gaza le 14 décembre et a succombé à ses blessures le 17 décembre (Crédit : Facebook)
Le sergent de première classe Urija Bayer, 20 ans, a été blessé en combattant les terroristes du Hamas à Gaza le 14 décembre et a succombé à ses blessures le 17 décembre (Crédit : Facebook)

Le sergent de première classe Urija Bayer, 20 ans, commando de l’unité Maglan originaire de la ville de Maalot-Tarshiha, dans le nord du pays, a succombé à ses blessures lors de combats dans le sud de la bande de Gaza le 14 décembre.

Bayer avait été évacué vers l’hôpital Soroka de Beer Sheva après avoir été grièvement blessé à la tête par des éclats d’obus lors d’une bataille féroce avec des terroristes du Hamas dans la ville de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza. Pendant trois jours, les médecins ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour lui sauver la vie, mais il a finalement succombé à ses blessures le 17 décembre.

Juif messianique dont la famille avait quitté l’Allemagne pour s’installer en Israël afin d’aider les survivants de la Shoah, Bayer laisse derrière lui ses parents, Gideon et Nelli, son frère Zuriel et ses deux sœurs, Rachel et Odelia. Il sera enterré au cimetière militaire de Maalot-Tarshiha mardi.

Micah Bayer, l’oncle de Bayer, a déclaré que son neveu « croyait profondément en ce qu’il faisait. J’ai rencontré un de ses amis de l’unité qui a également été blessé et il m’a dit qu’Urija était l’homme le plus fort de l’unité, physiquement et mentalement ».

« C’était un garçon calme et introverti qui aimait rire et avec qui il était agréable d’être », a ajouté son oncle.

La famille Bayer a quitté l’Allemagne pour s’installer en Israël dans les années 1970 dans le cadre de Zedakah, une organisation chrétienne allemande dont l’objectif, comme l’indique son site web, est « d’apporter du réconfort aux survivants de la Shoah, de les servir et de faire le bien ». À cette fin, la famille s’est installée dans la ville de Maalot-Tarshiha, dans le nord du pays, pour fonder et gérer Bet Eliezer, une maison de retraite pour les personnes âgées ayant survécu à la Shoah.

Le rêve des grands-parents de Bayer était « de guérir, d’apporter des changements, d’expier ce qui avait été commis [à l’encontre des Juifs d’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale] ». De leur foi est née cette volonté d’aider le peuple juif, le peuple élu », a expliqué sa sœur Odelia à Ynet il y a quatre ans.

Suivant les traces de son frère et de ses sœurs, Bayer s’est porté volontaire pour servir dans une unité de combat de Tsahal. En 2020, Odelia s’est classée première au concours d’officiers de combat de Tsahal.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.