Rechercher

Signature d’un protocole d’accord gazier entre l’UE, Israël et l’Egypte

Israël enverra du gaz à l'Égypte, qui le liquéfiera et l'expédiera pour réduire la dépendance énergétique de la Russie ; les objectifs de zéro émission sont pris en compte

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (à l'arrière), regarde le commissaire européen à l'Énergie, Kadri Simson (à gauche), le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla (à droite), et le ministre israélien de l'Énergie, Karine Elharrar (à droite), signer un accord trilatéral sur le gaz naturel lors de la réunion ministérielle du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGME) au Caire, le 15 juin 2022. L'accord prévoit l'exportation de gaz naturel israélien, via l'Égypte, vers l'Europe. (Crédit : Khaled DESOUKI/AFP)
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (à l'arrière), regarde le commissaire européen à l'Énergie, Kadri Simson (à gauche), le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla (à droite), et le ministre israélien de l'Énergie, Karine Elharrar (à droite), signer un accord trilatéral sur le gaz naturel lors de la réunion ministérielle du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGME) au Caire, le 15 juin 2022. L'accord prévoit l'exportation de gaz naturel israélien, via l'Égypte, vers l'Europe. (Crédit : Khaled DESOUKI/AFP)

Israël, l’Égypte et l’Union européenne (UE) ont signé mercredi au Caire un mémorandum d’entente qui permettra à Israël d’exporter son gaz naturel vers le bloc pour la première fois.

Cet accord historique permettra d’augmenter les ventes de gaz naturel liquéfié aux pays de l’UE, alors que celle-ci cherche à diversifier ses approvisionnements énergétiques après la décision de la Russie de couper ses livraisons de gaz à des pays européens. Avant l’Egypte, Mme von der Leyen s’était rendue en Ukraine puis en Israël.

L’année dernière, à peu près 40 % du gaz de l’UE provenait de Russie. L’UE est confrontée à des problèmes énergétiques depuis qu’elle a imposé des sanctions sévères à Moscou.

La commissaire européenne à l’énergie Kadri Simson, le ministre égyptien du Pétrole et des Ressources minières Tarek El-Molla et la ministre israélienne de l’Energie Karine Elharrar « ont signé (aujourd’hui) un protocole d’accord trilatéral entre l’UE, l’Egypte et Israël en vue de l’exportation de gaz naturel vers l’Europe », ont annoncé l’Egypte et l’Union européenne dans un communiqué conjoint.

Lors d’une conférence de presse à l’issue de sa rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, Mme von der Leyen s’est félicitée de la signature de ce « protocole d’accord concernant l’acheminement de gaz naturel d’Israël vers l’Egypte », où le gaz devra être liquéfié avant d’être expédié en Europe.

L’Union européenne veut développer sa coopération énergétique avec les deux pays de méditerranée orientale pour « mettre un terme à sa dépendance aux énergies fossiles russes », a-t-elle expliqué.

L’accord prévoit qu’Israël envoie du gaz via l’Égypte, qui dispose d’installations permettant de le liquéfier pour l’exporter par voie maritime.

La ministre de l’Énergie Karine Elharrar a déclaré que la signature du mémorandum d’entente avait cimenté le rôle d’Israël sur la scène énergétique mondiale.

« C’est un moment extraordinaire où le petit Israël devient un acteur important sur le marché mondial de l’énergie », a déclaré Elharrar.

Le ministre de l’Énergie, Karine Elharrar, signe un accord pour stimuler les exportations de gaz de la Méditerranée orientale vers l’Europe avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le ministre égyptien du Pétrole, Tarek El-Molla, au Caire, en Égypte, le 15 juin 2022. (Crédit : Amr Nabil/AP)

Lors d’une conférence de presse conjointe aux côtés de la cheffe de la Commission européenne et du ministre égyptien, Mme Elharrar a déclaré que l’accord avait été conclu suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« Le mémorandum d’entente permettra à Israël d’exporter du gaz naturel israélien vers l’Europe pour la première fois, et c’est encore plus impressionnant quand on regarde la série d’accords importants que nous avons signés l’année dernière, positionnant Israël et l’économie de l’énergie et de l’eau comme un acteur clé dans le monde », a-t-elle déclaré.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (5ème), pose pour une photo de groupe avec la commissaire européen à l’Énergie, Kadri Simson (7ème), le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla (6ème), le ministre israélien de l’Énergie, Karine Elharrar (4ème), et d’autres responsables lors de la cérémonie de signature d’un accord trilatéral sur le gaz naturel pendant la réunion ministérielle du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGME) au Caire, le 15 juin 2022. L’accord prévoit l’exportation de gaz naturel israélien, via l’Égypte, vers l’Europe. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Mme Elharrar a également déclaré que l’accord mettait en lumière une hausse de la coopération entre l’Égypte et Israël.

« C’est une déclaration à ceux qui ne voient dans notre région que des forces négatives comme les divisions et les conflits », a-t-elle déclaré. « Ce mémorandum nous prouve que nous ouvrons une nouvelle voie de partenariat, de solidarité et de durabilité. »

Mme Von der Leyen a déclaré que l’accord aiderait le bloc à s’éloigner de sa dépendance vis-à-vis de la Russie.

« Quel moment spécial », a-t-elle déclaré. « Je salue très chaleureusement la signature de cet accord historique. »

Elle a déclaré que l’accord s’inscrivait dans le cadre des efforts de l’Europe pour diversifier ses sources d’énergie en s’éloignant de la Russie et en important des hydrocarbures « d’autres fournisseurs dignes de confiance » – en citant Israël et l’Égypte, qui sont devenus des exportateurs de gaz ces dernières années suite à la découverte d’importants gisements offshore.

M. El-Molla a décrit l’accord comme « une étape importante » pour la coopération entre l’Égypte, Israël et l’UE.

Il a déclaré qu’il conduirait à une coopération plus poussée entre les membres du Forum du gaz de la Méditerranée orientale, qui comprend la Jordanie, Israël, Chypre, la Grèce, l’Égypte, l’Autorité palestinienne, la France et l’Italie.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen (C-L), la commissaire européen à l’Énergie, Kadri Simson (G), le ministre égyptien du Pétrole, Tarek el-Molla (C-R), et la ministre israélienne de l’Énergie, Karine Elharrar, assistent à la cérémonie de signature d’un accord trilatéral sur le gaz naturel lors de la réunion ministérielle du Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGME) au Caire, le 15 juin 2022 (Crédit : Khaled DESOUKI/AFP)

L’accord devrait dans un premier temps rapporter un milliard de shekels par an aux caisses de l’État, selon une estimation de la Douzième chaîne.

Le mémorandum d’entente reconnaît le rôle clé que le gaz naturel jouera dans l’économie énergétique des pays de l’UE jusqu’en 2030, date à laquelle sa consommation devrait diminuer progressivement jusqu’en 2050 – l’objectif de zéro émission, fixé par le bloc et de nombreux pays, dont Israël.

L’accord signé mercredi inclut un geste en faveur de l’environnement en prévoyant des dispositions pour la séquestration du carbone dans l’atmosphère.

La déclaration du ministère de l’Énergie indique que tous les signataires de l’accord s’efforceront de réduire les émissions de méthane et de tester des technologies avancées pour les opérations de réduction.

L’accord comprend également une disposition prévoyant l’examen conjoint des possibilités d’utiliser la séquestration du carbone dans le cadre d’un plan général de réduction des émissions et de décarbonisation du secteur du gaz naturel, ainsi que la recherche de moyens d’investir dans le développement de technologies permettant de faire progresser ces objectifs. Aucune autre précision n’a été donnée.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s’exprime après la signature d’un accord visant à augmenter les ventes de gaz naturel liquéfié aux pays de l’UE, qui cherchent à réduire leur dépendance en matière d’approvisionnement à la Russie alors que la guerre en Ukraine se prolonge, au Caire, en Égypte, le 15 juin 2022. (Crédit : Amr Nabil/AP)

Au début de l’année, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC) avait clairement indiqué que l’élimination du carbone était essentielle pour que le monde atteigne les objectifs climatiques de l’Accord de Paris et pour que les gouvernements et les entreprises respectent leurs promesses de réduction nette de leurs émissions. La population mondiale émet chaque année des milliards de tonnes de gaz à effet de serre (GES), principalement en brûlant des combustibles fossiles tels que le charbon, le pétrole et le gaz naturel. C’est le principal moteur du réchauffement de la planète et du changement climatique.

Le ministère a noté que l’utilisation du gaz naturel était préférable aux combustibles plus polluants comme le charbon et le pétrole.

L’accord contenait également une clause selon laquelle l’UE encouragera les entreprises européennes à participer aux appels d’offres et aux investissements dans les projets d’exploration et de production de gaz naturel en Israël et en Égypte.

L’Égypte a été le premier pays arabe à faire la paix avec Israël, en 1979, mais les accords économiques ont été controversés dans le pays le plus peuplé du monde arabe, où le soutien populaire aux Palestiniens est élevé. Toutefois, les relations entre les deux pays n’ont cessé de se réchauffer ces dernières années.

Selon l’accord, le gaz israélien sera acheminé par un gazoduc jusqu’au terminal GNL égyptien en Méditerranée avant d’être transporté sur des navires citernes vers les côtes européennes.

Israël possède deux champs gaziers opérationnels au large de sa côte méditerranéenne, contenant une quantité combinée de gaz naturel estimée à 690 milliards de mètres cubes, et une troisième plate-forme offshore est en préparation. Il a déjà signé des accords d’exportation de gaz avec l’Égypte et la Jordanie voisines.

Plateforme de gaz Leviathan au large des côtes d’Israël. (Crédit : Albatros)

Les nombreuses installations de gaz naturel de l’Égypte en Méditerranée sont restées largement inactives depuis le soulèvement du pays en 2011 qui a renversé l’autocrate de longue date Hosni Moubarak.

Ces dernières années, le gouvernement du président Abdel Fattah el-Sissi a réhabilité et modernisé les installations. En 2018, l’Égypte a signé un accord de 15 milliards de dollars avec la société israélienne Delek Drilling et son partenaire américain, Noble Energy, pour y transporter du gaz naturel. L’Égypte ambitionne de créer un hub énergétique régional.

L’accord de mercredi a été signé un jour après l’arrivée d’un médiateur américain à Beyrouth pour des pourparlers sur un différend concernant l’extraction offshore qui a menacé de faire boule de neige et de se transformer en conflit armé. Israël et le Liban sont actuellement en désaccord sur les droits du champ gazier de Karish, que le gouvernement israélien prétend être dans sa zone économique exclusive reconnue par l’ONU, tandis que le Liban affirme qu’il se trouve dans une zone contestée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...