Rechercher

Sous-marins: L’ex-président de la Cour suprême Grunis à la tête de l’enquête d’Etat

L'élargissement de la commission d'enquête élargie a été approuvé le mois dernier par le cabinet ; Netanyahu devrait être appelé comme témoin principal

L'ancien président à la Cour suprême Asher Grunis (Crédit : Alex Kolomoisky/Flash90)
L'ancien président à la Cour suprême Asher Grunis (Crédit : Alex Kolomoisky/Flash90)

Asher Grunis, ancien président de la Cour suprême, a été nommé dimanche la tête de la commission d’enquête sur l’affaire des sous-marins.

Les autres membres de la commission qui examinera l’accord obscur de 2 milliards de dollars pour l’achat de sous-marins à l’Allemagne – qui a déjà donné lieu à plusieurs inculpations – comprennent l’ancien juge de la Cour suprême Zvi Zylbertal, l’ancien gouverneur de la Banque d’Israël Karnit Flug, l’ancien commandant de la marine israélienne Avraham Ben-Shoshan et l’ancien chef de la division des achats de l’armée de l’air israélienne Jacob Burtman.

La commission est chargée d’examiner les manières douteuses dont l’accord a été conclu entre l’État juif et le fabricant naval allemand Thyssenkrupp. La transaction, qui prévoyait l’acquisition par Israël de trois sous-marins et de quatre navires de guerre au groupe allemand ThyssenKrupp, avait été négociée entre 2009 et 2016. L’Etat hébreu a depuis reçu les navires de guerre mais l’accord sur les sous-marins avait achoppé après, entre autres, des soupçons de fraude au cœur des manifestations contre l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu, au pouvoir de 2009 à juin 2021.

Même si l’ancien procureur général, Avichaï Mandelblit, a écarté les soupçons de malversations de la part de M. Netanyahu dans ce dossier, les noms de certains de ses proches collaborateurs ont émergé dans l’enquête de la police.

Des Israéliens protestent contre le Premier ministre de l’époque, Benjamin Netanyahu, devant une audience sur l’affaire des sous-marins, devant la Cour suprême à Jérusalem, le 25 janvier 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

David Sharan, l’ancien chef de cabinet de M. Netanyahu, a été accusé de corruption et d’abus de confiance, ainsi qu’Avriel Bar-Yosef, le candidat de Benjamin Netanyahu au Conseil national de sécurité. Les soupçons pesant sur son avocat, David Shimron, soupçonné à un moment donné d’avoir servi de médiateur, ont été classés sans suite.

Netanyahu devrait être appelé comme témoin principal dans l’enquête, ce qui fera probablement de lui le premier Premier ministre israélien jamais appelé à témoigner devant une commission d’enquête soutenue par le gouvernement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...