Sujet d’histoire à Bordeaux : écrire un discours de propagande nazie pour le Fürher
Rechercher

Sujet d’histoire à Bordeaux : écrire un discours de propagande nazie pour le Fürher

Cet exercice faisait partie d’un corpus pédagogique censé aider les enseignants à préparer leurs cours

Des lycéens de Jérusalem pendant leurs examens finaux de mathématiques. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)
Des lycéens de Jérusalem pendant leurs examens finaux de mathématiques. Illustration. (Crédit : Yossi Zamir/Flash90)

Le site de France Info rapporte qu’un sujet d’histoire polémique aurait été mis à disposition des professeurs de l’académie de Bordeaux, avant d’être retiré.

Ce sujet invitait les élèves de troisième à écrire un discours de propagande pour Hitler.

Cet exercice faisait partie d’un corpus pédagogique censé aider les enseignants à préparer leurs cours. Si ce matériel est accessible qu’aux professeurs, il a vocation a être exposé aux élèves.

Selon l’exercice, l’élève doit enfiler l’habit d’un rédacteur travaillant pour Hitler. « Nous sommes le 24 novembre 1942, la bataille de Stalingrad fait rage. Vous êtes employé au ministère du Reich à l’éducation du peuple et à la propagande. Le Führer, en colère, vient de commander à Joseph Goebbels un discours à faire entendre aux troupes, sur le front, afin de les galvaniser. Le ministre de la propagande vous demande d’élaborer ce discours en insistant sur les enjeux idéologiques et territoriaux de cette bataille pour l’Allemagne national-socialiste. »

Les enseignants ont partagé leur choc sur les réseaux sociaux.

De son côté Sandrine Doucet, députée de la 1ère circonscription de la Gironde et membre de la commission des programmes scolaires, est revenue sur la dangerosité de cet exercice. « Un exercice tel quel, brut, sans chercher à prendre de la hauteur, n’a aucun intérêt pour les élèves. C’est très surprenant, » a-t-elle déclaré.

Pour l’inspecteur d’académie, Michel Roques, il s’agit « d’une formulation maladroite » qui a poussé l’académie à retirer l’article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...