Synagogues d’avant-guerre : un organisme européen appelle à leur préservation
Rechercher

Synagogues d’avant-guerre : un organisme européen appelle à leur préservation

Sur les lieux de culte juifs non détruits pendant la Seconde Guerre mondiale, près de 25 % sont menacés, selon un rapport de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe

  • La synagogue Fabric à Timisoara, en Roumanie, était une synagogue Néologue inaugurée en 1899. (Domaine public)
    La synagogue Fabric à Timisoara, en Roumanie, était une synagogue Néologue inaugurée en 1899. (Domaine public)
  • Des membres de la communauté juive de Lituanie attendent l'arrivée du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la synagogue Choral de Vilnius, en Lituanie, le 26 août 2018. (AP Photo/Mindaugas Kulbis)
    Des membres de la communauté juive de Lituanie attendent l'arrivée du Premier ministre Benjamin Netanyahu à la synagogue Choral de Vilnius, en Lituanie, le 26 août 2018. (AP Photo/Mindaugas Kulbis)
  • La Synagogue à la Cigogne Blanche en 1979. (CC/SA 3.0/ Stiopa)
    La Synagogue à la Cigogne Blanche en 1979. (CC/SA 3.0/ Stiopa)
  • Intérieur de la Grande synagogue chorale de Saint-Pétersbourg, lors de la prière du matin, le vendredi 14 septembre 2018. (Rossella Tercatin / Times of Israël)
    Intérieur de la Grande synagogue chorale de Saint-Pétersbourg, lors de la prière du matin, le vendredi 14 septembre 2018. (Rossella Tercatin / Times of Israël)
  • La Synagogue à la Cigogne Blanche du 19e siècle à Wroclaw, Pologne, photographiée en 2007. (Domaine public)
    La Synagogue à la Cigogne Blanche du 19e siècle à Wroclaw, Pologne, photographiée en 2007. (Domaine public)

LONDRES – Un organisme européen de premier plan a demandé que des mesures soient prises pour préserver les synagogues juives historiques sur tout le continent après que des recherches ont révélé que près d’un quart d’entre elles sont en « mauvais ou très mauvais état ». Seulement 22 % des bâtiments fonctionnent encore comme des synagogues.

Une résolution adoptée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qualifie le patrimoine culturel juif de « partie intégrante du patrimoine culturel partagé en Europe » et affirme qu’il existe une « responsabilité commune de le préserver ».

L’Assemblée est le bras parlementaire du Conseil de l’Europe, une organisation de 47 pays à l’échelle du continent. Elle est composée de 324 membres issus des Parlements nationaux du Conseil de l’Europe. La Knesset d’Israël a le statut d’observateur.

Un rapport adopté par l’assemblée et préparé par le parlementaire suisse Raphaël Comte fait valoir qu’“en assurant la survie des sites historiques juifs, la mémoire collective se trouverait également préservée”.

« Valoriser et avoir une compréhension plus profonde de la culture et du patrimoine juifs, qui révèlent des échanges interculturels significatifs et un enrichissement mutuel avec d’autres cultures, contribuera également au dialogue interculturel, à la promotion de l’inclusion et de la cohésion sociale, et à la lutte contre l’ignorance et les préjugés », indique le rapport.

Raphaël Comte. (Wikimedia commons)

Mais, prévient-il, « ce patrimoine ancien a été malmené par la négligence, les forces naturelles et les actions humaines – et il reste aujourd’hui en danger dans de nombreux endroits ».

La résolution adoptée par les parlementaires européens appelle à la mise en place de directives pour la protection et la préservation des sites du patrimoine juif, et au développement de programmes éducatifs sur la valeur du patrimoine culturel juif dans les écoles, les universités, les musées et le secteur culturel. Elle recommande également la création d’un prix pour le travail bénévole exceptionnel sur la préservation du patrimoine juif.

« Les enquêtes sur le patrimoine national devraient inclure le patrimoine juif comme une catégorie distincte, en identifiant les sites à risque, en fournissant une protection statutaire, en développant des plans d’action et en dirigeant les ressources vers les cas les plus urgents, en s’assurant que le patrimoine juif reçoit le même niveau de protection, de conservation et d’entretien », indique le rapport.

Le rapport de M. Comte a été préparé avec l’aide de la Foundation for Jewish Heritage, qui s’emploie à promouvoir la préservation du patrimoine juif dans le monde entier.

La présidente de la Fondation, Dame Helen Hyde, a accueilli favorablement ces propositions. « Nous espérons que cette reconnaissance par le Conseil de l’Europe de la valeur du patrimoine juif conduira à une action plus importante des pays d’Europe pour préserver le patrimoine juif qui est particulièrement vulnérable compte tenu des événements tragiques du 20e siècle », a-t-elle déclaré dans un communiqué de presse.

Le rapport contient les principales conclusions d’une recherche commandée par l’organisation basée à Londres pour créer un inventaire de toutes les synagogues historiques d’Europe. Afin de fournir une image aussi complète que possible de l’état actuel de ces bâtiments, chacun d’entre eux a été évalué en fonction de son importance et de son état.

La synagogue chorale de Vilnius, juillet 2019. (Raphael Ahren/Times of Israel)

La recherche, entreprise par le Centre d’art juif de l’Université hébraïque de Jérusalem, a révélé qu’il y a 3 237 synagogues historiques en Europe. Elle a calculé qu’il y avait 17 000 synagogues en Europe en 1939. Cela suggère que celles qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale représentent 19 % du total de 1939.

Sur les 3 237 sites, 718 – soit 22 % – restent des synagogues en activité. La recherche indique donc que plus des trois quarts des synagogues historiques qui fonctionnaient en 1939 et qui ont survécu à la guerre sont soit utilisées à d’autres fins, soit abandonnées.

Ces objectifs sont variés : 133 sont des lieux de culte pour d’autres religions, 180 sont des musées, 289 sont des centres culturels et artistiques, et 900 sont devenus des maisons ou des bureaux. D’autres servent de gymnases, de théâtres et de cinémas, d’espaces de stockage et de restaurants, ainsi que de garages et de casernes de pompiers. Trois cents anciennes synagogues sont aujourd’hui à l’abandon.

Vingt-trois pour cent des synagogues historiques, soit un total de 757, ont été jugées en piètre ou en mauvais état et donc à risque.

Cette synagogue orthodoxe de Przysucha, en Pologne, a été achevée en 1777. Toute la communauté juive de Przysucha, qui représentait 60 % de la population de la ville, a été anéantie lors de la Shoah. (CC/SA 3.0/Jacques Lahitte)

L’étude fait apparaître des variations importantes en Europe en ce qui concerne la proportion de synagogues qui ont survécu à la guerre. Le tableau le plus sombre se trouve en Europe de l’Est.

Le niveau de préservation le plus faible a été constaté au Bélarus, où il ne reste que 7 % des synagogues qui existaient autrefois. (Le Bélarus n’est pas membre du Conseil de l’Europe mais a été inclus dans l’enquête en raison de ses importants sites du patrimoine juif). En Ukraine, Russie, Lettonie, Lituanie, République de Moldavie et Serbie, environ 10 % des synagogues sont préservées, ce chiffre atteignant 14 % en Pologne et en Croatie, et 18 % en Roumanie.

En Europe occidentale, la situation est plus positive. Environ la moitié des synagogues d’avant-guerre en Italie existent toujours, ainsi qu’environ 60 % en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

La synagogue néo-byzantine de la ville de Thann en Alsace est classée site historique depuis 2016. (CC/SA 3.0/Claude TRUONG-NGOC)

Au Royaume-Uni, qui n’a pas connu la Shoah, le modèle de préservation des synagogues repose sur les changements démographiques, les Juifs britanniques se déplaçant des petites villes vers les grandes, et des centres-villes vers les banlieues.

La recherche suggère également que la disparition des synagogues dans l’ancienne Union soviétique a commencé avant la Seconde Guerre mondiale et la Shoah.

Intérieur de la synagogue néo-byzantine de la ville de Thann en Alsace, France. (CC/SA 3.0/Claude TRUONG-NGOC)

« Il semble que les synagogues de l’ex-Union soviétique aient eu tendance à disparaître beaucoup plus que dans d’autres pays », indique le rapport. « Cependant, les synagogues des territoires qui étaient soviétiques avant la Seconde Guerre mondiale ont été préservées dans une bien moindre mesure que les territoires qui ont été annexés par l’URSS à la suite de la guerre. »

Le rapport note, par exemple, que les deux tiers des synagogues qui subsistent aujourd’hui au Bélarus sont situées dans la partie occidentale du pays, qui a été annexée en 1939. En revanche, un tiers seulement se trouve dans la Biélorussie soviétique d’avant-guerre. Une situation similaire existe en Ukraine.

La synagogue Fabric à Timisoara, en Roumanie, était une synagogue Néologue inaugurée en 1899. (Domaine public)

Le rapport indique que les niveaux de préservation plus élevés dans les pays de l’ancien bloc de l’Est au-delà de l’ex-URSS sont en partie dus au fait que « les communautés juives ont continué d’exister en tant qu’entités juridiques et que la destruction des synagogues par l’État n’a pas été aussi intense ». Néanmoins, il note que, sous le régime communiste, de nombreuses synagogues d’Europe de l’Est ont été « démolies, reconstruites à diverses fins, ou simplement abandonnées ».

Aujourd’hui, avertit le rapport, les bâtiments du patrimoine juif sont confrontés à plusieurs défis. Nombre d’entre eux n’ont pas de « communauté active d’utilisateurs », ce qui les fait passer pour un « patrimoine minoritaire ». L’ampleur de la tâche et le « processus sophistiqué et coûteux » qu’impliquent la préservation et la reconfiguration de l’enceinte des vieux bâtiments sont également des éléments clés.

Mais, prévient-il, le poids de l’histoire constitue également une menace majeure. « Il y a encore un héritage de la politique d’ignorance de l’histoire juive qui prévaut dans les anciens pays communistes et, plus inquiétant encore, des niveaux importants d’antisémitisme, qui ont tourmenté l’Europe pendant des siècles, sont encore répertoriés dans toute l’Europe, ce qui peut aussi être un facteur », dit le rapport.

La Synagogue à la Cigogne Blanche du 19e siècle à Wroclaw, Pologne, photographiée en 2007. (Domaine public)

« Beaucoup de ces bâtiments reflètent un profond traumatisme sociétal dont la barbarie est difficile à affronter », poursuit-il. « Il peut être plus confortable psychologiquement de simplement ignorer de tels sites et ce qu’ils représentent. Il peut aussi y avoir un problème de récits concurrents autour des événements de la Shoah, par exemple en ce qui concerne le niveau de collaboration avec les nazis, ce qui peut ajouter aux sensibilités et aux difficultés pour aborder de tels sites ».

Néanmoins, le rapport souligne également « des efforts accrus pour préserver, protéger et présenter le patrimoine juif, car sa signification historique, architecturale et sociale est de plus en plus reconnue, ainsi que son potentiel éducatif pour la société contemporaine ».

Il montre comment, grâce à une combinaison de la population locale, qui souvent n’est pas elle-même juive, et de l’aide financière fournie par des organismes tels que l’Union européenne, « les sites peuvent être remis en service avec bienveillance et se voir offrir un avenir durable ».

La Synagogue à la Cigogne Blanche en 1979. (CC/SA 3.0/ Stiopa)

La synagogue à la Cigogne Blanche à Wrocław Pologne, par exemple, a été saisie par les nazis et utilisée comme garage et entrepôt pour les biens volés aux Juifs. Elle n’a été rendue à la communauté juive qu’en 1996. Mais des années de négligence à l’époque communiste l’avaient fait tomber dans un « état de délabrement périlleux ». Aujourd’hui, cependant, elle abrite le Centre Wrocław pour la culture et l’éducation juives et est utilisée pour des expositions, des projections de films, des ateliers, des conférences et des concerts. Elle abrite également une exposition permanente intitulée « History Reclaimed: Jewish Life in Wrocław and Lower Silesia » [L’histoire retrouvée : La vie juive en Wrocław et en Basse-Silésie]. Ses représentations théâtrales éducatives sur des thèmes historiques juifs ont été vues par 25 000 jeunes.

En 2014, la petite synagogue en activité a célébré sa première ordination de quatre rabbins réformés et de trois cantors réformés depuis la Seconde Guerre mondiale, lors d’une cérémonie à laquelle assistait le ministre allemand des Affaires étrangères.

Le rapport note le désir, dans les sites où les communautés juives ont été anéanties par la Shoah, de raconter « toute l’histoire » et de veiller à ce que « l’accent soit mis sur l’éducation, non seulement sur la façon dont la communauté s’est éteinte, mais aussi sur les siècles qui ont précédé en montrant la vie et la contribution de la communauté ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...