Syrie : Tsahal transfère de l’aide humanitaire et Assad bombarde les rebelles
Rechercher

Syrie : Tsahal transfère de l’aide humanitaire et Assad bombarde les rebelles

L'armée israélienne a effectué six missions spéciales afin d'acheminer de l'aide humanitaire aux réfugiés syriens dans le Golan, alors que Bashar el-Assad bombardait l'opposition

Des soldats israéliens près de la livraison de nourriture de l'opération Bon voisin d'aide humanitaire aux Syriens touchés par la guerre civile. Photographie non datée, publiée le 19 juillet 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de Tsahal)
Des soldats israéliens près de la livraison de nourriture de l'opération Bon voisin d'aide humanitaire aux Syriens touchés par la guerre civile. Photographie non datée, publiée le 19 juillet 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de Tsahal)

L’armée israélienne a supervisé le transfert de tonnes de nourriture, de milliers de litres de carburant, de dizaines de tentes et d’équipements médicaux vers le sud-ouest syrien déchiré par la guerre au cours de la semaine dernière, a indiqué Tsahal, alors que les forces du dictateur Bashar el-Assad bombardaient les groupes d’opposition restants dans la région et les auraient forcés à se rendre.

« Au cours de la semaine dernière, la Division Bashan a effectué six missions spéciales dans un certain nombre d’endroits, au cours desquelles l’aide humanitaire a été acheminée aux Syriens dans des villages de tentes sur le plateau du Golan [syrien] », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Selon l’armée israélienne, ces cargaisons comprenaient : 72 tonnes de nourriture, 70 tentes, 9 000 litres de carburant, des médicaments et du matériel médical, des vêtements et des jouets.

Des rebelles syriens ont accepté jeudi de céder les territoires sous leur contrôle dans la province de Qouneitra, qui borde la partie du Golan annexée par Israël, aux termes d’une série d’accords ayant permis au régime de reprendre des secteurs clé.

Cette annonce intervient après un autre accord conclu cette semaine ayant conduit à l’évacuation jeudi de milliers d’habitants de deux localités pro-régime assiégées par les insurgés dans le nord de la Syrie.

Ces deux accords, négociés par Moscou, grand allié du régime, sont perçus comme une nouvelle victoire pour Bachar al-Assad dans la guerre qui ravage le pays depuis plus de sept ans.

Recourant à la puissance de feu et à des négociations pour des accords de reddition, les forces gouvernementales ont capturé ce mois plus de 90 % de la province méridionale de Deraa, où les premières manifestations contre le régime de Damas avaient éclaté en 2011.

L’aviation du régime a ensuite lourdement bombardé la province de Qouneitra, voisine de Deraa et limitrophe de la zone-tampon avec le plateau du Golan.

Sous pression, les rebelles ont accepté de céder Qouneitra et la zone-tampon aux forces du régime, ont indiqué jeudi à l’AFP l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) et un membre de la délégation de négociateurs rebelles.

L’accord prévoit « un cessez-le-feu, l’abandon (par les rebelles) de l’artillerie moyenne et lourde et le retour des institutions gouvernementales » à Qouneitra (sud-ouest), a affirmé le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Selon lui, les forces gouvernementales prendront le contrôle du territoire dans la zone-tampon, et les insurgés refusant de rendre les armes seront évacués vers des zones rebelles dans le nord du pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...