« Toute la communauté juive du Maroc était en joie » après l’annonce du roi
Rechercher

« Toute la communauté juive du Maroc était en joie » après l’annonce du roi

"J’ai peur que des manifestations éclatent, qu'un clivage se crée entre les communautés, que les malentendus prennent le pas", confie néanmoins une Casablancaise

Une femme juive marocaine remplit des sacs de pâtisseries pour servir les clients de la boulangerie casher "Madame Fhal" dans la ville portuaire de Casablanca, le 11 décembre 2020. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)
Une femme juive marocaine remplit des sacs de pâtisseries pour servir les clients de la boulangerie casher "Madame Fhal" dans la ville portuaire de Casablanca, le 11 décembre 2020. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

C’est l’effervescence dans la boulangerie « Madame Fhal », célèbre à Casablanca pour ses pâtisseries casher, et la récente annonce de la reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël anime les discussions.

« Tout le monde en parle, que ce soit nos clients juifs, qui représentent la moitié de notre clientèle, ou musulmans », affirme Kevin Fhal, 36 ans, petit-fils de la fondatrice de cette institution, en plein rush du vendredi, veille de Shabbat.

« Depuis la normalisation (avec Israël) annoncée par les Emirats arabes unis et le Bahreïn, c’était obligé qu’on soit sur la liste. Et finalement, c’est venu plus tôt que prévu », constate le commerçant qui attend avec impatience l’ouverture des liaisons aériennes directes vers Israël prévues par l’accord officialisé jeudi.

Après l’annonce, « toute la communauté juive du Maroc était en joie. C’est un geste très fort et très courageux de la part du roi Mohammed VI », lance une cliente quadragénaire venue chercher quelques halot, pain tressé traditionnel consommé durant Shabbat.

Une femme juive marocaine remplit des sacs de pâtisseries pour servir les clients de la boulangerie casher « Madame Fhal » dans la ville portuaire de Casablanca, le 11 décembre 2020. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

Cette Casablancaise qui préfère ne pas donner son nom estime que la décision « aura un impact positif sur les Marocains en général, pas que sur les juifs ». Mais elle s’inquiète depuis qu’elle a « fait un tour sur les réseaux sociaux » où les commentaires de certains, « probablement musulmans », l’ont « refroidie ».

« J’ai peur que des manifestations éclatent, qu’un clivage se crée entre les communautés, que les malentendus prennent le pas », confie-t-elle.

« Respect »

« Nous avons des relations très cordiales depuis fort longtemps. On n’a jamais eu de problèmes. On travaille ensemble dans le plus grand respect », tempère une des employées de la boulangerie, âgée d’une soixantaine d’années.

À la charcuterie « Amsellem », une autre institution culinaire du centre de Casablanca, dans le quartier qui abrite les derniers commerces juifs, le patron se dit lui aussi « très heureux » de l’évolution des relations entre son pays et Israël.

Un juif marocain choisit de la charcuterie dans une boucherie casher « Amsellem » dans la ville portuaire de Casablanca, le 11 décembre 2020. (Crédit : FADEL SENNA / AFP)

Jacques Bitton « n’arrête pas de recevoir des appels de Marocains, juifs et musulmans, tous satisfaits de cette décision ». « J’ai de la famille en Israël, un cousin germain est dans le gouvernement. J’ai parlé avec lui, il était fou de joie », dit ce sexagénaire.

En Israël, les quelques 700 000 juifs d’origine marocaine, ont souvent gardé des liens très forts avec le royaume, son dialecte darija, ses traditions culinaires et musicales.

La plupart sont partis en famille au début des années 50, après la création de l’Etat hébreu. A l’époque, le Maroc accueillait la plus importante communauté juive d’Afrique du Nord, de 250 000 à 300 000 âmes, selon les estimations. Il en resterait moins de 3 000 aujourd’hui.

« Qu’on nous permette à nous, juifs qui somme nés là-bas ou à nos enfants et nos petits-enfants de retourner sur cette terre où nos ancêtres ont vécu plus de 2 000 ans, c’est immense, c’est un grand jour », commente Avraham Avizemer, joint par téléphone à Cesarée, une petite ville de la côte israélienne.

Originaire de Casablanca, ce septuagénaire entreprenant importe des produits marocains, propose des voyages organisés, écrit des livres sur les juifs marocains et a déjà visité « 401 fois » son pays natal que sa famille a quitté quand il avait trois ans.

« Amour interdit »

Lui aussi dit avoir « reçu plein de messages en arabe d’amis marocains qui disaient mabrouk » (félicitations) depuis l’annonce.

« Il va y avoir des vols directs, plus besoin de passer par Istanbul, Rome, Paris, Madrid ou Amsterdam pour aller au Maroc, on gagne du temps. Et aussi de l’argent », jubile-t-il.

Actuellement, entre 50 000 et 70 000 juifs d’origine marocaine, la plupart en provenance de l’Etat hébreu partent chaque année au Maroc, en visite touristique, en pèlerinage ou pour des fêtes religieuses.

« Les relations entre le Maroc et Israël avaient lieu dans les coulisses. C’était une sorte d’amour interdit, officialisé aujourd’hui », estime Fanny Mergui, ancienne cheville ouvrière de la jeunesse sioniste dans les années 60.

Fanny Mergui, une femme juive marocaine, médite en visitant le musée juif marocain de Casablanca, le 6 mars 2015. (Crédit : Fadel SENNA / AFP)

Cette juive marocaine qui se présente comme une « militante pour la paix israélo-palestinienne » regrette cependant que « les Palestiniens n’aient pas été impliqués dans ce processus ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...