Rechercher

Un ambassadeur qatari du Mondial 2022 qualifie l’homosexualité de « dommage mental »

Au micro de la télévision allemande, Khalid Salman, ancien joueur, a déclaré que les gays "devront accepter nos règles", avant d'être interrompu par un attaché de presse

L'ancien joueur de football international qatari et ambassadeur de la Coupe du monde, Khalid Salman, parle à un journaliste allemand au Qatar, en novembre 2022. (Capture d'écran : Twitter ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'ancien joueur de football international qatari et ambassadeur de la Coupe du monde, Khalid Salman, parle à un journaliste allemand au Qatar, en novembre 2022. (Capture d'écran : Twitter ; utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

La ministre allemande de l’Intérieur a critiqué mardi les déclarations d’un ancien joueur qatari, « ambassadeur » du Mondial-2022, qualifiant l’homosexualité de « dommage mental », à douze jours du début de la compétition (20 nov-18 déc).

« De telles déclarations sont horribles », a déploré Nancy Faeser lors d’une conférence de presse à Berlin.

Cet « ambassadeur » qatari de la Coupe du monde, chargé de la promotion de l’événement, a été interviewé par la chaîne publique allemande ZDF.

« Pendant la Coupe du monde, beaucoup de choses vont arriver ici dans le pays. Parlons des gays », a déclaré Khalid Salman, ancien international qatari.

« Le plus important, c’est que tout le monde acceptera qu’ils viennent ici mais ils devront accepter nos règles », ajoute M. Salman dans cet extrait de l’entretien qui sera diffusé en intégralité mardi soir sur ZDF.

L’homosexualité, « c’est ‘haram' » (ce qui signifie « interdit », ndlr), estime-t-il. « C’est ‘haram’ car c’est un dommage mental », ajoute M. Salman, avant d’être interrompu par un attaché de presse.

Sollicités par l’AFP, les organisateurs du Mondial n’avaient pas réagi dans l’immédiat.

Mme Faeser a cependant affirmé qu’elle gardait confiance dans les garanties de sécurité pour les spectateurs du Mondial-2022 obtenues de la part du Premier ministre qatari lors d’un récent déplacement dans le pays.

« C’est le Premier ministre qui me l’a donnée, je n’ai pas de nouvelles indications de sa part selon lesquelles quelque chose aurait changé », a observé la ministre mardi.

En visite au Qatar la semaine dernière, Mme Faeser avait assuré avoir obtenu « pour la première fois » des « garanties de sécurité » pour tous les spectateurs, dont les visiteurs LGBT+, dans un pays où les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont criminalisées.

Signalisation près du Centre d’exposition et de convention de Doha, à Doha, au Qatar, le 31 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Darko Bandic, Archive)

Elle avait dans la foulée décidé d’assister au premier match de l’Allemagne au Mondial-2022, contre le Japon le 23 novembre.

L’émir du Qatar Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani avait assuré le 21 septembre que tous les supporters seraient accueillis « sans discrimination » lors de la compétition organisée dans son pays (20 novembre-18 décembre), dans une volonté apparente de rassurer sur l’accueil des visiteurs LGBT+.

La FIFA avait réaffirmé de son côté que les drapeaux arc-en-ciel, symboles de la communauté LGBT+, seraient autorisés autour des stades.

Les capitaines de plusieurs équipes européennes – dont celles d’Angleterre, de France et d’Allemagne – porteront des brassards aux couleurs arc-en-ciel avec le message « One Love » dans le cadre d’une campagne antidiscrimination.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...