Un couple de Philippins et leurs filles nées en Israël bientôt expulsés
Rechercher

Un couple de Philippins et leurs filles nées en Israël bientôt expulsés

Après le rejet de leur appel, les travailleurs étrangers dont le visa a expiré sont expulsés d'Israël, dans le cadre d'une nouvelle politique de répression

Des femmes avec le groupe de la communauté philippine Enfants unis d'Israël, qui ont aidé à organiser la manifestation contre les expulsions, à Tel Aviv le 24 juin 2019. (Melanie Lidman/Times of Israel)
Des femmes avec le groupe de la communauté philippine Enfants unis d'Israël, qui ont aidé à organiser la manifestation contre les expulsions, à Tel Aviv le 24 juin 2019. (Melanie Lidman/Times of Israel)

Un couple de Philippins et leurs deux enfants nés en Israël ont perdu leur appel jeudi et risquent l’expulsion.

Dans sa décision, la Cour d’Appel de Tel Aviv a statué que « l’Autorité de la Population et de l’Immigration doit agir pour les expulser dans les plus brefs délais ». Leur départ a été fixé à dimanche prochain.

Sheila Velasco et Randy Bakaru et leurs deux filles ont été arrêtées dimanche et emmenées à la prison Givon, à Ramle, en attendant leur expulsion vers les Philippines. Les arrestations font partie d’une nouvelle campagne de répression de l’Autorité de la Population et de l’Immigration contre les travailleurs étrangers qui restent dans le pays malgré l’expiration de leurs visas.

Il s’agit de la quatrième famille avec des enfants en âge d’être scolarisés à être avoir été arrêtée ces dernières semaines.

Le couple vit en Israël depuis 20 ans et leurs filles, Mika, 13 ans et Maureen 10 ans, fréquentent l’école Balfour de Tel Aviv.

Deux garçons philippins lors d’une manifestation contre les expulsions à Tel Aviv, le 24 juin 2019. (Melanie Lidman/Times of Israël)

Des dizaines de camarades d’école ont protesté devant le tribunal mercredi, et certains ont fondu en larmes en scandant « Mika, Maureen, nous sommes avec vous ».

La législation israélienne stipule que les ouvrières étrangères qui tombent enceinte doivent envoyer leurs bébés dans leur pays d’origine, c’est une pré-condition pour renouveler leurs visas. Mais beaucoup de femmes ne le font pas et restent illégalement dans le pays, pour donner à leurs enfants une meilleure vie que dans leur pays d’origine.

La semaine dernière, une femme philippine et son fils adolescent né en Israël ont été expulsés de force du pays après différents appels juridiques pour bloquer la mesure.

Rosemary Peretz et son fils Rohan ont été mis dans un avion et expulsés sous surveillance, après qu’une précédente tentative d’expulsion a été interrompue au dernier moment quand la mère a commencé à se débattre à bord de l’appareil.

L’expulsion marquait la première fois qu’une famille avec des enfants en âge d’être scolarisés était expulsée de force après une série d’arrestations ces dernières semaines. Environ 100 travailleurs étrangers ont été arrêtés, la majorité venaient des Philippines.

Les expulsions de travailleurs étrangers, volontaires ou contraintes, ont été critiquées en raison de l’impact qu’elles ont sur les enfants qui sont nés dans le pays, et dont certains ont passé des années dans le système israélien, voire uniquement dans le système israélien.

Environ 60 000 soignants étrangers – des femmes en majorité – sont actuellement employés en Israël, selon le Numéro d’urgence de travailleurs migrants, une organisation de défense des droits. La moitié d’entre eux viennent des Philippines, avec un plus petit nombre du Népal (15 %), d’Inde, du Sri Lanka et de Moldavie (10 % chacun), et le reste d’autres pays de l’Europe de l’est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...