Un élu Raam nommé à la tête de la commission des Affaires internes de la Knesset
Rechercher

Un élu Raam nommé à la tête de la commission des Affaires internes de la Knesset

Quatre membres de la commission ont voté contre la nomination de Walid Taha en remplacement de son collègue de parti Saïd al-Harumi, décédé le mois dernier

Le député de Raam Walid Taha assiste à une réunion du comité des Affaires internes de la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député de Raam Walid Taha assiste à une réunion du comité des Affaires internes de la Knesset, le 21 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le député de Raam Walid Taha a été choisi comme nouveau président de la commission de la Knesset des Affaires intérieures et de l’Environnement, en remplacement de son défunt collègue Saïd al-Harumi, décédé le mois dernier.

Taha, qui est le chef de la faction du parti Raam à la Knesset, est devenu député en 2019.

La commission a approuvé sa nomination par 6 voix contre 4, plusieurs membres protestant contre la sélection et affirmant que Taha est un partisan du terrorisme.

La députée du Parti sioniste religieux Orit Strock a déclaré que le fait que « des partisans du terrorisme siègent au gouvernement » était « un embarras », et a appelé la coalition « à se repentir » de ses péchés.

Shlomo Karhi, député du Likud, a également voté contre la nomination, déclarant qu’il était « symbolique » qu’elle ait lieu ce jeudi, jour du jeûne de Guedalia – qui commémore la fin de l’autonomie juive après la destruction du Premier temple – alors que la commission « abandonne une fois de plus les terres du sud et de la Galilée ».

Karhi a déclaré que la direction de la commission, qui supervise la planification et la construction, ne devrait pas être confiée à un « membre du Mouvement islamique ».

Le député Saïd al-Harumi lors d’une interview dans son bureau de la Knesset à Jérusalem, le 28 juin 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Taha a répliqué que « les menteurs et les hypocrites ont un problème avec le fait qu’un parti arabe soit responsable de la distribution des ressources, y compris à la communauté arabe ».

Il a ajouté que de telles personnes « voudraient s’endormir et se réveiller sans un seul Arabe dans le pays, mais elles continueront à souffrir. Nous sommes également citoyens de cet État ».

Taha a déclaré qu’il n’était pas heureux de recevoir le poste « en raison du décès d’un ami cher ». Mais il a ajouté qu’il dirigerait la commission de manière équitable et que « toutes les questions seront traitées de manière professionnelle et sans parti pris ».

Al-Harumi est décédé fin août après une crise cardiaque soudaine alors qu’il conduisait.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...